Derniers articles publiés

Les Européens, les patrimoines de l'Europe et le patrimoine européen

Actualité 04.05.2007

L'Institut de Sondage Ipsos a réalisé pour le minsitère de la Culture et de la Communication un sondage portant sur les patrimoines culturels européens.
Le sentiment d'appartenance à une communauté culturelle européenne apparaît corrélé avec l'ancienneté de l'adhésion des Etats à l'Union européenne.

Des emblèmes culturels distincts

Les emblèmes de l'identité culturelle des Européens ne sont pas les mêmes dans les 5 pays enquêtés (Allemagne, Finlande, France, Hongrie, Italie). Alors que "l'architecture et les monuments historiques" apparaissent les plus constitutifs de l'identité culturelle des Français, ils ne viennent qu'en deuxième position en Allemagne où l'on invoque plus spontanément "l'Histoire, les traditions et les modes de vie".

La France est le pays où l'on accorde la plus grande place à la "philosophie et aux grands courants d'idées" ainsi qu'au "cinéma".

Patrimoines nationaux et culture européenne  

Pour 49 % des répondants dans les 5 Etats (58 % des Français), le patrimoine européen est complémentaire aux patrimoines nationaux des Etat membres, alors que 45 % le considèrent plutôt comme "un patrimoine véritablement commun que partagent la plupart des habitants de l’Union européenne" (50 % des Finlandais).

Si 53 % des Italiens considèrent que leur culture nationale est complètement intégrée dans le patrimoine culturel européen, c'est le cas de seulement 5 % des Hongrois, pour lesquels  leur patrimoine n'est que partiellement intégré au patrimoine européen (70 %).
 

Le patrimoine culturel commun aux fondations de l'identité européenne ?

60 % des Européens interrogés dans le cadre de cette enquête considèrent que le fait de disposer d'un patrimoine culturel commun est susceptible de renforcer le sentiment d'appartenance à l'Union européenne. C'est le cas de 76  % des Français. Seuls les Hongrois rejettent majoritairement cette proposition, à laquelle ils ne sont que 11 % à adhérer.

L'étude montre que les citoyens des cinq Etats ne perçoivent pas l'action de l'Union européenne en matière culturelle comme uniformisatrice : 58 % d'entre eux (et 64 % des Français) estiment qu'elle peut aider les Etats à bénéficier de plus d’aide pour la sauvegarde, la reconnaissance et la mise en valeur de leur patrimoine. Les Italiens sont encore les plus enthousiastes (78 %), et les Hongrois les plus réservés (11%).


Sondage Ipsos - Ministère de la Culture et de la Communication

L'enquête a été réalisée pour le ministère de la Culture et de la Communication du 16 au 24 février 2007. Les entretiens ont été réalisés par téléphone sur un échantillon national représentatif de la population âgée de 15 ans et plus, d'environ 1000 personnes par pays. Les Etats choisis sont l'Allemagne, la Finlande, la France, la Hongrie et l'Italie.