Derniers articles publiés

Les Européens et le programme Galileo

Actualité 08.06.2007

La Commission européenne a souhaité évaluer les perceptions et les connaissances du programme Galileo par les citoyens européens.

Les Européens encore mal informés sur Galileo

68 % des Européens sont familiers de la navigation par satellite, mais ils ne sont encore que 35 % à y avoir accès ou à prévoir de s'équiper prochainement.

40 % des Européens ont entendu parler de Galileo. Les résultats sont  très disparates entre les Etats : les Européens les mieux informés sur le projet sont les Luxembourgeois et les Allemands (60 %), les Français arrivent en troisième position (51%). Les moins informés sont les Hongrois (18 %), les Chypriotes (17 %) et les Lithuaniens (16%).

Les principaux usages de la navigation par satellite

Lorsque l'on demande aux répondants de choisir, parmi une liste préétablie, les services rendus possible par la navigation par satellite les plus utiles à leurs yeux, les usages de loisir, comme réserver un restaurant ou un hôtel, sont les moins cités (9 %). "Aider les personnes handicapées" (22 %) est cité en premier, suivi des "opérations de secours et de recherche des personnes disparues" (15 %), les "horaires des transports en communs" (14 %), et "les prévisions météo" (10 %). 21 % des répondants considèrent que toutes ces propositions sont également utiles.

La majorité des Européens soutient Galileo

Une fois informés de la nature du projet, 80 % les Européens se prononcent en faveur de la conception d'un système européen de navigation par satellite et seulement 12 % contre. Les Français sont parmi les plus enthousiastes (86 %), avec les Grecs (90 %) et les Chypriotes (86 %). Les plus sceptiques sont les Danois, avec seulement 61 % d'opinions favorables.

Une grande majorité des Européens (63 %) s'exprime en faveur de l'augmentation des fonds accordés à Galileo pour que le programme soit terminé plus tôt. Pourtant, seule une minorité d'Européens (44 %) pense qu'un abandon ou un retard significatif du programme Galileo nuirait à l'Union européenne.

De façon générale, 71 % des Européens sont "plutôt d'accord" avec le fait que l'Union européenne soutienne des grands projets d'innovation technique et seulement 18 % s'y opposent. Cette fois encore, les Français (81 %) sont, avec les Roumains (84 %), les plus volontaires. Les Finlandais sont les plus réticents avec 49 % d'opinions favorables.

Eurobaromètre Flash 211

Cet Eurobaromètre a été commandé par la DG Energie et Transport de la Commission et réalisé sous la conduite de The Gallup Organisation. Les enquêtes ont été réalisées par téléphone entre le 20 mai et le 24 mai 2007, dans les 27 Etats de l'Union, auprès d'échantillons représentatifs de la population âgée de 15 ans et plus, d'environ 1000 personnes par pays membres (sauf pour Malte, le Luxembourg, et Chypre où ils étaient de 500).