Derniers articles publiés

Les Européens et la politique régionale

Actualité 07.03.2008

Créée dans le but de réduire les disparités économiques et sociales entre les territoires, la politique régionale européenne aide à financer des projets en faveur des régions, des villes et de leurs habitants. Un sondage Eurobaromètre réalisé en janvier 2008 pour la Commission européenne mesure la perception de cette politique par les Européens.

Soutien des Européens à la politique régionale

50 % des citoyens interrogés reconnaissent le soutien apporté par la politique régionale européenne à leur ville ou à leur région. La France se situe légèrement en dessous de cette moyenne (45 %). De manière globale, les nouveaux Etats membres connaissent beaucoup mieux cette politique que les anciens membres (60 % contre 47 %).

70 % des Européens qui connaissent cette politique pensent qu'elle est bénéfique. Ce taux tombe à 53 % en France. Les Irlandais et Lituaniens sont ceux qui reconnaissent le plus l'impact bénéfique de la politique européenne de cohésion.

Les Européens sont pour la plupart favorables à l'orientation globale de cette politique. Ainsi, ils soutiennent à 85 % (et même à 88 % pour les Français) la priorité accordée aux régions les plus pauvres pour leur permettre de combler leur retard. En revanche, 58 % des Européens et 64 % des Français s'opposent à un soutien destiné uniquement aux régions les plus pauvres, au détriment de l'ensemble des régions d'Europe.

Les priorités des Européens

L'éducation, la santé et les infrastructures sociales arrivent en tête des domaines prioritaires plébiscités par les Européens à 90 %. Ils sont suivis de très près par la protection de l'environnement et la gestion des risques, qui sont privilégiés par 88 % de l'échantillon. En troisième position, avec un soutien d'environ 80 %, viennent la formation professionnelle et l'aide aux petites entreprises.

Pour les Français, le trio de tête est inversé : 91 % pour la protection de l'environnement et la gestion des risques, 88 % pour la formation professionnelle et l'aide aux petites entreprises et 86 % pour l'éducation, la santé et les infrastructures sociales. En outre, 79 % des Français souhaiteraient que la politique régionale s'attache à des objectifs de recherche et d'innovation, un point de vue partagé par les Espagnols, les Allemands et les Autrichiens.

Interrogée sur l'avenir de la politique régionale européenne, une très large majorité d'Européens (83 %) souhaiterait qu'elle intègre dans son mandat la lutte contre le changement climatique, la gestion de la mondialisation et les changements démographiques. Parmi ces priorités, la lutte contre le changement climatique arrive en tête.

Un attachement à l'implication de la société civile

En ce qui concerne la gestion des fonds structurels, consacrés à la politique régionale, 82 % des Européens soutiennent l'implication de la société civile, à savoir des associations, des entreprises, des syndicats ou de certaines organisations, dans le processus. Les sondés plébiscitent donc une gouvernance "multi-niveaux" pour la politique régionale européenne.

Les Européens et la politique régionale

Cette étude a été réalisée à la demande de la DG Politique régionale, entre le 30 janvier et le 4 février 2008, auprès de plus de 27 000 personnes dans les 27 Etats membres de l'UE.