Derniers articles publiés

Les députés veulent rapprocher l’Europe des citoyens

Actualité 15.11.2006

En février 2006, la Commission européenne a publié un "livre blanc", c’est-à-dire un ensemble de propositions d’action, sur une politique européenne de communication. Cette initiative avait été jugée nécessaire face à la montée de l’euroscepticisme, et en particulier à la suite des non français et néerlandais aux référendums sur la Constitution.

Le Parlement européen a décidé d’apporter sa contribution à ce débat. Le mois dernier, la Commission culture a ainsi adopté un rapport sur cette nouvelle politique de communication. Pour le député espagnol du PPE-DE Luis Herrero-Tejedor, qui a rédigé le rapport, "l’Europe doit se rapprocher des citoyens, sinon les citoyens ne se rapprocheront pas de l’Europe".

Une Europe plus présente dans le quotidien des citoyens

Pour se rapprocher des citoyens, le rapport rappelle qu’il est essentiel de montrer à quel point l’Europe a un impact direct sur la vie quotidienne des européens. Ainsi, il est par exemple nécessaire de mieux communiquer sur les projets concrets, régionaux et locaux, auxquels l’UE apporte son soutien. Pour se faire, selon le rapport, il faut  renforcer la coopération avec les institutions locales et régionales, qui portent ces projets.

Parmi les autres propositions du Parlement européen : une meilleure utilisation des nouvelles technologies de communication (comme internet), tout en évitant de creuser la "fracture digitale" entre les citoyens qui y ont accès et ceux qui ne l’ont pas. Plus d’informations sur l’actualité de l’Europe dans les télévisions publiques nationales, ainsi que moins de "jargon européen" sont aussi parmi les moyens évoqués pour rapprocher les citoyens de l’Europe.

Le rapport d'initiative relativement critique de Luis Herrero-Tejedor (PPE-DE, ES), adopté par 285 voix pour, 54 contre et 6 abstentions, rejette la suggestion de la Commission visant à soumettre "les institutions européennes à un code de conduite régissant leur communication avec les citoyens de l'Union européenne". Les députés soulignent en particulier "qu'imposer des règles de conduite au Parlement européen élu pourrait avoir des conséquences négatives" en réduisant sa marge de manœuvre pour adopter des avis indépendants. La Commission est appelée à "présenter un projet d'accord interinstitutionnel définissant les principes communs qui pourraient régir la coopération entre les institutions européennes en matière de communication".

Toutefois, le Parlement s'est félicité "du désir exprimé par la Commission d'amener l'Europe à tous les niveaux, c'est-à-dire d'amener les questions européennes aux niveaux national, régional et local afin de décentraliser le message" ; en ajoutant "que le développement d'une administration européenne de proximité, contribuerait à tisser des liens directs importants entre l'Union et ses citoyens". Les bureaux d'information de la Commission et du Parlement européen dans les États membres y jouent un rôle important. Les députés européens insistent sur la nécessité de "reconsidérer de fond en comble le travail effectué jusqu'ici par ces bureaux d'information, étant donné que leur politique de relations publiques ne retient pas l'intérêt des citoyens".

Le rapport souligne également que pour atteindre le citoyen, "il est important de mieux communiquer et de montrer la pertinence et l'incidence des décisions communautaires dans la vie quotidienne grâce à une coopération avec les institutions locales et régionales". Il suggère donc, qu'il devrait être pris un soin particulier à informer régulièrement les citoyens des projets locaux et régionaux qui les concernent et auxquels l'Union européenne a participé.

Concernant le travail avec les médias et les nouvelles technologies, la Commission est invitée pour sa part, à "définir, aussi précisément que possible, le rôle qu'elle souhaiterait assigner aux médias et met l'accent sur la nécessité de trouver une formule qui implique davantage les médias nationaux, régionaux et locaux dans la politique de communication, le recours à des médias alternatifs en tant que filière de communication devant aussi être envisagé". Le rapport salue également, le retrait de la proposition portant sur la création d'une agence de presse européenne.

Les députés européens recommandent à la Commission "d'utiliser un langage clair et concis lorsqu'elle communique avec les citoyens et les médias, et de le faire systématiquement dans la langue de leur État membre d'origine ou de résidence"; selon les députés, le jargon communautaire accroît le fossé qui sépare les institutions européennes des citoyens.

Au final, le Parlement européen met en doute "le bien-fondé" de la création, à court terme, d'un Observatoire indépendant de l'opinion publique européenne, et estime qu'avant de s'engager dans une telle entreprise, une utilisation plus coordonnée des données et des ressources déjà disponibles s'impose.

Le Livre blanc est l'une des initiatives prises par la Commission européenne pour améliorer le dialogue entre l'Union européenne et ses citoyens à la suite des "non" français et néerlandais au projet de Traité établissant une Constitution pour l'Europe.

Sources

Rapport sur le Livre blanc sur une politique de communication européenne - Parlement européen