Derniers articles publiés

Les 10 événements qui marqueront l’Europe en 2017

Actualité 06.01.2017

La survie de l’Union européenne pourrait bien se jouer en 2017. Année électorale particulièrement chargée : la montée des populismes menace de sérieusement compromettre l’avenir du projet européen. De même que le déclenchement de la procédure de sortie de l’UE par le Royaume-Uni et l’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis, épreuves qui interrogeront les Européens quant à leur capacité à avancer ensemble. Les célébrations du 60ème anniversaire du traité de Rome et des 30 ans du programme Erasmus seront néanmoins une occasion de se souvenir des réussites européennes (et de désirer les poursuivre).

Brexit

Elections en France : un pas décisif pour l'Europe ?

Carte électorale française

Carte électorale française

Le 23 avril et le 7 mai prochain, la France sera la première du couple franco-allemand à tenir ses élections et élire son prochain président de la République. Il faudra ensuite que le nouvel occupant de l'Elysée se dote d'une majorité au Parlement, lors des élections législatives des 3 et 10 juin, pour espérer mener à bien son programme. Marine Le Pen et François Fillon sont donnés favoris dans cette course à la présidentielle. Alors que la dirigeante du Front national fait du "Frexit" son cheval de bataille dans la campagne, le candidat des Républicains, François Fillon, plus modéré, se montre également critique de l'Europe actuelle et défend la souveraineté des nations. Le Parti socialiste, actuellement au pouvoir, est quant à lui donné perdant quel que soit son représentant, qui sera désigné le 29 janvier prochain.

Elections en Allemagne : un 4ème mandat pour Angela Merkel ?

Le Bundestag

Le Bundestag

Les Allemands se rendront aux urnes entre les mois d'août et septembre prochains pour élire les 630 députés qui les représenteront au Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand. Le parti arrivé en tête sera naturellement en position de force pour constituer un gouvernement, traditionnellement de coalition. L’actuelle chancelière, Angela Merkel, qui achève son 3e mandat consécutif, sort fragilisée des attaques terroristes perpétrées à Berlin et sa politique d’accueil des réfugiés est très contestée. Mais bénéficiant toujours d'une cote de popularité confortable et dominant pour le moment ses concurrents, Mme Merkel demeure  favorite pour sa propre succession.

Brexit : les négociations commencent

Brexit

Brexit

Avant la fin du mois de mars, devrait être enclenché l’article 50 du traité de Lisbonne, qui sonnera le début des négociations sur le Brexit. En coulisses, le bras de fer entre Bruxelles et Londres commence afin de dessiner les contours d'un nouvel accord de libre-échange UE-Royaume-Uni. Et à moins de trois mois de l’échéance, le camp "pro brexit" s’étiole. Le refus catégorique de l'Union européenne d'opérer un "Schengen à la carte", qui limiterait la libre-circulation des personnes outre-Manche sème le trouble à Downing Street. Malgré les efforts de Theresa May pour rassurer les Britanniques, de nombreux doutes demeurent quant à la mise en place réelle de ce processus inédit.

Elections en Italie : un successeur pour Renzi

Matteo Renzi

Matteo Renzi

Les électeurs italiens seront très probablement appelés aux urnes, dans le courant de l'année pour élire un nouveau chef du gouvernement. Le rejet du référendum institutionnel du Premier ministre Matteo Renzi, le 4 décembre dernier, ayant entraîné sa chute, le pays est en effet à nouveau plongé dans le doute. Il est pour l'heure remplacé au pouvoir par Paolo Gentiloni, jusqu'ici ministre des Affaires étrangères. Le Mouvement 5 étoiles, eurosceptique et sorti victorieux des élections municipales à Turin et Rome, compte bien, quant à lui, effectuer un tour de force lors des prochaines élections.

Anniversaire du traité de Rome : l’Europe fête ses 60 ans

La signature du traité de Rome en 1957

La signature du traité de Rome en 1957

Le 25 mars auront lieu les célébrations du 60ème anniversaire du traité de Rome dans la capitale italienne. Un événement qui permettra aux Européens de dresser le bilan de la construction communautaire. De fait, si le projet européen a connu une progression incontestable (élargissements successifs, mise en place d'une citoyenneté européenne, espace Schengen, création de l'euro…), de nombreux périls le guettent. Que ce soit le Brexit, la montée des populismes, la crise migratoire ou encore celle de l'euro, l'Union européenne connaît une multi-crise existentielle que cette année électorale pourrait encore renforcer.

Donald Trump entre en fonction

Donald Trump

Donald Trump

Le 20 janvier, Donald Trump entrera en fonction en tant que 45ème président des Etats-Unis. Avec ce futur chef de l'exécutif au comportement imprévisible et souvent provocateur, l'Europe aura fort à faire. A rebours de la diplomatie américaine récente, il soutient Vladimir Poutine alors que l'Union européenne vient tout juste de voter le prolongement des sanctions contre la Russie de six mois. Protectionniste, le nouveau président ne veut plus entendre parler d'accord de libre-échange avec l'UE. L'environnement sera également un dossier des plus sensibles, Donald Trump ayant déclaré, avant son élection, vouloir se retirer de l'accord de Paris sur le climat. Le dialogue entre Bruxelles et Washington s'annonce difficile.

Le programme Erasmus a 30 ans

Une fête entre étudiants Erasmus à Groningue aux Pays-Bas

Une fête entre étudiants Erasmus à Groningue aux Pays-Bas

Cette année, le programme Erasmus fête ses 30 ans. Le programme d'échange universitaire européen, rebaptisé Erasmus+ en 2014, est l’un des plus grands et incontestables succès européens. Depuis 1987, année de sa création, plus de 3 millions d'étudiants ont bénéficié du programme. Aujourd'hui, ils sont environ 270 000 à partir chaque année, confirmant la réussite d'Erasmus+.

Les sommets du G7 et de l’OTAN : deux rendez-vous décisifs

Soldats de l’OTAN

Soldats de l’OTAN

Le sommet du G7, qui se tiendra les 26 et 27 mai 2017 à Taormina en Sicile, réunissant les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, le Japon, le Canada, l'Italie et l'Union européenne (la Russie a été suspendue après l'annexion de la Crimée) figurera parmi les rendez-vous politiques incontournables de l'année 2017. D'autant que les échanges seront sans doute bien plus vifs qu'à l'accoutumée avec la présence, pour la première fois, du nouveau président américain Donald Trump. Qu'il s'agisse de la relation à entretenir avec la Russie ou avec la Chine (avec qui Donald Trump est déjà entré en crise diplomatique sur Twitter), de l'avenir de la lutte contre le réchauffement climatique ou encore de l'accord sur le nucléaire iranien, auquel le nouveau président républicain s'est farouchement opposé, les sujets de débat ne manqueront pas.

La relation militaire entre l'Europe et les Etats-Unis sera probablement aussi au menu de la rencontre, en vue de la préparation du sommet de l’OTAN qui se tiendra en juillet (la date précise n’est pas encore connue) à Bruxelles. Une réunion dont l’enjeu sera capital. Donald Trump a en effet menacé les Etats européens membres de l'OTAN de ne pas les protéger en cas d'agression militaire à leur encontre pendant sa campagne, allant jusqu'à remettre en cause l'existence même de l'organisation.

Elections aux Pays-Bas : doit-on craindre un "Nexit" ?

Geert Wilders

Geert Wilders

Les Pays-Bas ouvriront le bal de cette année électorale chargée pour l'Europe. Le parti d'extrême droite PVV, allié de Marine Le Pen au niveau européen, est d'ores et déjà à l'œuvre pour tenter d'accéder au pouvoir. Une victoire de ce parti antieuropéen et xénophobe, pour l'heure encore très incertaine notamment en raison du système proportionnel, mettrait en péril l'engagement européen de ce pays et l'orienterait vers un "Nexit".

Un pas de plus vers l’intégration numérique

Un homme utilisant un smartphone dans une gare

Un homme utilisant un smartphone dans une gare

Si elle est certes en crise, l'Europe avance néanmoins vers plus d'intégration avec la fin actée pour juin 2017 du roaming (frais d’itinérance). Les Européens ne paieront plus les surcoûts engendrés par l'utilisation du réseau mobile lorsqu'ils se trouveront dans un autre Etat membre que celui où ils résident. Pour éviter les abus, la consommation sera néanmoins conditionnée à une "utilisation raisonnable" et les surcoûts pourront être rétablis pour ceux qui contreviendraient aux nouvelles règles européennes.