Derniers articles publiés

Le "traité simplifié", une bonne mesure pour une majorité de Français

Actualité 05.05.2008

Un sondage en ligne réalisé par Opinion Way pour le Figaro un an après l'élection de Nicolas Sarkozy montre qu'une majorité des Français a une opinion positive sur l'adoption du "traité simplifié". Présenté comme tel par le gouvernement, le Traité de Lisbonne, ratifié par la France le 14 février 2008, est revendiqué comme un moyen de "relancer" l'Union européenne.

 

Interrogés sur une série de mesures "prises par Nicolas Sarkozy et le gouvernement de François Fillon depuis un an", 55 % des sondés estiment que "l'adoption du traité simplifié sur l'Europe, en remplacement du traité de constitution" (sic) est une bonne chose (17 % pensent que c'est une "très bonne chose", 38 % "plutôt une bonne chose"). 43 % des personnes interrogées ont une opinion négative sur cette mesure, 2 % ne se prononcent pas.

Ce résultat est surtout porté par les inactifs, qui ont une opinion favorable du Traité de Lisbonne à 67 %, le taux de satisfaction passant sous la moyenne chez les catégories socioprofessionnelles supérieures (46 %) et inférieures (45 %).


Un sondage Viavoice pour Libération publié le 22 avril dernier permettait de tirer des conclusions similaires sur l'action européenne du Président. Invités à se prononcer sur "la relance de l'Union européenne, avec le traité simplifié", 42,7% des Français, estimaient alors qu'il s'agissait d'un "succès", 34,5 % jugeant que c'était "un échec" et 22,8 % ne se prononçant pas.


La politique européenne semble relativement épargnée par l'impopularité qui frappe l'action de Nicolas Sarkozy un an après son élection.

 

Le bilan de la Présidence de Nicolas Sarkozy un an après son élection


Étude réalisée en ligne du 30 avril au 2 mai 2008 par OpinionWay auprès d’un échantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L'échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle et de région de résidence.