Derniers articles publiés

Le tableau de bord européen de l'innovation

Carte et comparatif 02.03.2018

Chaque année, le Tableau de bord européen de l'innovation (TBEI) classe les États membres en fonction de leurs performances et de leur potentiel en matière d'innovation.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Qu'est ce que le Tableau de Bord européen de l'innovation ?

Le tableau de bord européen de l’innovation 2017 propose un classement des systèmes nationaux de recherche et d'innovation, et compare les performances de l'UE par rapports à ses principaux concurrents internationaux.

Il consiste en une moyenne de 27 indicateurs regroupés en quatre catégories :

  • Les conditions de l'innovation, c'est-à-dire la capacité de l'environnement à être propice à l'innovation ("innovation-friendly"), du fait de la qualité des ressources humaines (enseignement supérieur, formation) ou de l'attractivité des systèmes de recherches (nombre de nouveaux chercheurs, par exemple) ;
  • Les investissements, provenant du secteur public ou des entreprises, dans la R&D ;
  • La catégorie des activités innovantes rassemble des indicateurs qui rendent compte des efforts que fournissent les entreprises européennes en matière d’innovation (investissements des entreprises, collaborations et entrepreneuriat, ainsi que capital intellectuel) ;
  • Les impacts de l'innovation en termes d'emploi, notamment dans les secteurs qualifiés et innovants ainsi qu'en termes d'exportation de produits high-tech ou de services nécessitant une main d'œuvre très qualifiée.

La pertinence de l'indicateur global de l'innovation peut être relativisée pour au moins deux raisons. D'une part celui-ci représente une moyenne non pondérée de 27 critères, chacun d'entre eux n'ayant en réalité pas la même incidence sur les performances d'innovation. D'autre part, il ne prend pas en compte l'efficacité des systèmes nationaux d'innovation. La Suède est ainsi à la première place du classement global depuis plusieurs années, ainsi qu'en termes d'investissements en faveur de l'innovation, mais n'arrive qu'en 10e position en termes de production de biens et services innovants.

Quels résultats pour l'Union européenne ?

Pour la Commission européenne, la croissance de l’innovation dans l’UE entre 2010 et 2016 est portée :

  • par les PME et par la commercialisation des innovations
  • par l'excellence des systèmes de recherche, illustrée par la forte augmentation des publications scientifiques internationales, et des systèmes de formation.

Toutefois, la baisse des investissements des entreprises et des investissements de capital-risque observée entre 2010 et 2016 a produit des effets négatifs.

Les collaborations entre entreprises et secteurs public et privé sont également en baisse, de même que le nombre d'entreprises innovantes en termes de production ou d'organisation.

Toutefois, la comparaison avec d’autres pays montre que la Suisse occupe toujours la position de champion toutes catégories, dépassant de loin tous les pays de l’UE. La Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon, l'Australie et le Canada ont eux aussi de meilleurs résultats que l’UE. L'écart est particulièrement important en termes de dépenses de R&D des entreprises, de publications, de brevets et dans le domaine de l’enseignement supérieur. L’avantage de l’UE s’amenuise par rapport à la Chine et reste stable par rapport aux autres "BRICS".

Quels sont les Etats les plus innovants ?

Le classement 2017 répartit les Etats membres de l'Union européenne en quatre grandes catégories. Celles-ci sont déterminées en fonction de l'écart entre leur indicateur national et celui de l'UE :

  • Les champions de l’innovation : la Suède, l’Allemagne, le Danemark et la Finlande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ;
  • Les innovateurs notables : le Luxembourg, la Belgique, l’Autriche, l’Irlande, la France, la Slovénie ;
  • les innovateurs modérés : l’Italie, l’Espagne, l'Estonie, le Portugal, la République Tchèque, la Grèce, la Slovaquie, la Hongrie, Malte, la Lituanie, la Pologne, la Serbie et la Croatie ;
  • les innovateurs modestes : la Roumanie et la Bulgarie.

Les États membres les plus innovants présentent un certain nombre de points communs, dont le rôle prépondérant des efforts d’innovation des entreprises et du secteur de l’enseignement supérieur.

Par ailleurs, dans tous les Etats qualifiés de leaders de l’innovation, le secteur des entreprises affiche d’excellents résultats du point de vue des dépenses de recherche et développement (R&D) et des demandes de brevets. Ils se caractérisent aussi par un secteur de l’enseignement supérieur bien développé ainsi que par des liens solides entre l’industrie et la science.

La France fait partie des innovateurs notables. Sa performance par rapport à la moyenne de l'UE s'est accrue de 2,8% entre 2010 et 2016. Ses atouts se situent au niveau des ressources humaines, des systèmes de recherche ouverts, jugés excellents et attractifs, et d'un environnement propice à l'innovation. Ses faiblesses relatives résident dans les investissements des entreprises, les collaborations et l’entrepreneuriat, les actifs intellectuels et les innovateurs.