Derniers articles publiés

[Le Récap' des européennes] Vers un Parlement européen très divisé

Actualité 21.02.2019 Jules Lastennet

Au cœur de la campagne cette semaine : les projections de sièges proposées par le Parlement européen à partir des sondages européens laissent présager un large éclatement de l'institution après les européennes. Et aussi : la possible désignation d'un quatuor pour conduire la campagne de LaREM et l'émergence de nouvelles formations politiques en Europe de l'Est.

De gauche à droite : Robert Biedron, Nathalie Loiseau et Viktor Orban

De gauche à droite : Robert Biedron, Nathalie Loiseau et Viktor Orban - Crédits : Adrian Grycuk, Conseil de l'UE, Parti populaire européen

Pour vous abonner à notre Récap' des européennes et le recevoir directement dans votre boîte mail tous les vendredis matins, cliquez ici !

Prochain Parlement européen : "il faut que tout change pour que rien ne change" ?

A la fin du Guépard (1959), Giuseppe Tomasi di Lampedusa fait dire à son personnage principal, le prince de Salina, à propos de l'unification de l'Italie : "il faut que tout change pour que rien ne change". Cette phrase très célèbre pourrait-elle s'appliquer au Parlement européen ?

Les projections de sièges pour le prochain Parlement européen, estimées par l'institut Kantar à partir de sondages européens à la demande de l'institution strasbourgeoise et rendues publiques le 18 février, indiquent en effet que si des profonds changements sont à attendre pour la prochaine législature (2019-2024), ils ne devraient pas être de nature à réellement modifier les équilibres politiques.

Selon cette estimation, le Parti populaire européen (PPE, droite) conserverait sa première place, avec 183 sièges, devant les socialistes et démocrates (135 sièges) et les libéraux (75 sièges, et 93 si LaREM rejoint bien ce groupe). Le groupe d'extrême droite auquel appartient à l'heure actuelle le Rassemblement national, l'ENL, arriverait en quatrième position avec 59 sièges sur les 705 que comptera le Parlement européen.

Projections du Parlement européen. Pour agrandir cliquez sur l'image - Date de parution : 18 février 2019

Ces chiffres sont évidemment à prendre avec des pincettes, car s'il ne reste que 100 jours avant le scrutin, les intentions de vote peuvent encore largement évoluer. Les nouveaux partis qui entreront pour la première fois au Parlement et qui ne sont à l'heure actuelle affiliés à aucune formation européenne sont de surcroît classés à part par l'institut Kantar. Ils représenteraient 58 sièges, susceptibles donc de venir grossir les rangs des différents groupes existants ou encore d'en créer de nouveaux.

Les forces dites populistes, et particulièrement celles de droite, devraient, quoi qu'il en soit, fortement progresser. Extrêmement disparates, elles pourraient approcher les 200 sièges au total, selon les plus hautes estimations, mais probablement sans être capables de se réunir au sein d'un seul et même groupe au lendemain du scrutin. Ces partis ne devraient par conséquent pas parvenir à prendre le contrôle de l'assemblée et seulement à gagner en influence, voire en pouvoir de nuisance.

A quoi ressemblera le futur Parlement européen ?

Peut-être suffisant toutefois pour conforter un parti comme le PPE dans sa décision de conserver en son sein le Fidesz de Viktor Orban. Ce dernier a encore fait des siennes cette semaine en diffusant des affiches de campagne sur lesquelles figurent Jean-Claude Juncker aux côtés du financier George Soros, ennemi personnel de M. Orban. Le slogan ? "Vous avez le droit de savoir ce que Bruxelles s'apprête à faire". Pour le gouvernement hongrois, il ne s'agirait rien de moins que d'imposer des quotas obligatoires de migrants ou encore d'affaiblir les capacités des Etats membres à protéger leurs frontières. Des propos conspirationnistes dénoncés avec force par la Commission européenne. Pour Jean-Claude Juncker, Viktor Orban n'a simplement plus sa place dans la famille conservatrice. Mais à en croire les sondages, le Fidesz deviendrait la troisième délégation du parti après les élections, ce qui pourrait inciter Manfred Weber, la tête de liste du PPE, à conserver son indulgence à l'égard de l'encombrant allié hongrois.

En France, un nouveau sondage de l'institut Ifop, réalisé pour Paris Match, CNews et Sud Radio, a été rendu public le 19 février. Il fait état de la progression de LaREM, désormais créditée de 24% des voix (+1 par rapport à janvier et +6 par rapport à décembre), et de la perte de vitesse du RN, qui obtiendrait 20% des suffrages (-1 par rapport à janvier et -4 en comparaison avec décembre). LR arriverait en troisième position avec 10% des voix (stable), devant EELV qui progresse de 2,5 points avec 9% des suffrages. LFI accuse une baisse importante dans les intentions de vote avec 7,5% des voix (-2 par rapport à janvier). Le PS et Debout la France, crédités chacun de 6%, sont les deux derniers partis à dépasser la barre fatidique des 5%, signifiant l'envoi de députés au Parlement européen. Notons qu'il s'agit d'estimations dans le cas d'une absence de liste(s) Gilets jaunes.

En même temps que les projections de sièges pour le futur Parlement européen, un nouveau sondage Eurobaromètre a également été dévoilé, le 18 février. Ce dernier fait état d'un niveau de méfiance assez important des Français vis-à-vis de l'Union européenne : 33% des personnes interrogées déclarent avoir confiance en l'UE et 34% disent en avoir une image positive. Une proportion largement en-deçà de la moyenne européenne, située respectivement à 42% et 43%.

LaREM en pleine tempête de cerveaux

Dans une interview accordée au Monde, Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes, estime elle-aussi que le prochain Parlement européen sera "morcelé", avec "la fin de la cogestion entre le PPE et le S&D, qui n’a pas contribué à nourrir l’intérêt des citoyens européens pour le Parlement". Mme Loiseau, dont le nom est régulièrement évoqué pour prendre la tête de la liste LaREM, a déclaré sur RTL ne pas être candidate, même si elle compte "faire campagne". Elle a également précisé que le clivage entre nationalistes et progressistes, qu'Emmanuel Macron cherche à placer au cœur de la campagne, est toujours d'actualité. "Ne pas voir qu'il y a aujourd'hui une poussée nationaliste, extrémiste et démagogue en Europe, c'est ne pas avoir d'yeux pour voir", a-t-elle indiqué, ajoutant qu'il y a "aujourd'hui un vent mauvais qui souffle sur le continent".

La République en marche ne devrait communiquer sa liste pour les européennes qu'après le grand débat national, qui est devenu la priorité, soit vers le 15 mars. "L'équipe de campagne est en train de tout organiser pour que le jour du lancement tout soit prêt", a assuré le député Pieyre-Alexandre Anglade. Stéphane Séjourné, directeur de la campagne du parti, devrait se trouver en position éligible, tout comme l'eurodéputé sortant Pascal Durand, transfuge d'Europe Ecologie-Les Verts. Pour Challenges, Brune Poirson, secrétaire d'Etat à la Transition écologique, pourrait également figurer en bonne place.

Comme l'indique Le Monde, la tête de liste devrait toutefois venir des rangs du centre-droit, afin de convaincre les conservateurs modérés de se détourner de LR et de François-Xavier Bellamy. A cet égard, LaREM pourrait être tentée de mettre en avant un "quatuor" de personnalités – à l'image de ce qu'a fait… LR – afin d'illustrer la diversité de leur liste et de jouer "collectif", pour reprendre le mot de Marie Guévenoux, députée des Yvelines.

 Elections européennes : qui sont les têtes de liste en France ?

Emmanuel Macron devrait en outre s'impliquer personnellement dans la campagne et même en donner le coup d'envoi pour son parti à l'occasion d'un grand discours sur l'Europe fin février ou début mars. D'après Le Figaro, il s'agirait de sa plus importante intervention sur l'Europe depuis le discours de la Sorbonne de septembre 2017. Et le thème de "l'Europe qui protège", cher au président, devrait à nouveau être décliné avec les enjeux de commerce international, de concurrence (dans le contexte du rejet de la fusion Alstom-Siemens), de taxe GAFA et de lutte contre le changement climatique.

A l'Est, du nouveau

Face au parti de droite radicale Droit et justice (PiS), proche du Fidesz de Viktor Orban et sensible aux thèses de la "démocratie illibérale", l'opposition polonaise s'organise. Une "coalition européenne", composée de quatre formations allant des écologistes à la droite modérée, a en effet été annoncée le 19 février. Elle est soutenue par dix anciens premiers ministres et ministres des Affaires étrangères, dont Jerzy Buzek, ancien président du Parlement européen (2009-2012). Le parti amiral de cette alliance peu commune en Europe sera logiquement la Plateforme civique (PO), qui appartient au PPE, et dont l'ancien patron n'est autre que Donald Tusk, actuel président du Conseil européen. En effet, en l'absence de coalition, seul le PO était crédité de suffisamment de voix pour passer le seuil des 5% des voix et ainsi pouvoir envoyer des eurodéputés à Strasbourg. A eux quatre, les formations de la coalition européenne obtiendraient 33,2% des suffrages selon un sondage mené par Ipsos pour OKO.press. Au coude à coude donc avec le PiS, qui recueillerait 33,9% des voix.

Robert Biedron - Crédits : Kuba Bożanowski

Wosnia ("printemps" en polonais), le parti récemment créé par le député polonais Robert Biedron, ne devrait en revanche pas participer à cette coalition européenne. Personnalité émergente dans le paysage politique polonais, ouvertement homosexuel, M. Biedron est également maire de Slupsk, située non loin de Gdansk. Il a pour ambition de renouveler la politique polonaise et prône, comme l'explique Libération, la séparation de l'Eglise et de l'Etat, la libéralisation de l'IVG, l'union pour les personnes de même sexe ou encore l'augmentation du salaire minimal et la sortie du charbon. Un programme révolutionnaire pour un pays catholique, conservateur et dépendant des énergies fossiles. D'après les sondages, Wosnia obtiendrait entre 12 et 14% des voix.

En Roumanie également, l'opposition au pouvoir, détenu par le Parti social-démocrate sur fond de scandales de corruption et d'atteintes à l'Etat de droit, se met en ordre de marche. Deux nouveaux mouvements proposent justement de sortir le pays de la corruption endémique, dont PLUS, mené par Dacian Ciolos, ancien Premier ministre indépendant, avec le soutien de l'eurodéputé Cristian Dan Preda.

Roumanie : "le gouvernement veut revenir au temps du communisme"

En République tchèque enfin, c'est le Parti pirate, déjà présent dans plusieurs pays européens, qui a le vent en poupe. Crédité de 11% des voix, il entend "réinstaurer une vraie démocratie en Europe" et "fonctionne de manière collaborative et sans hiérarchie", précise France Inter. Le Parti pirate dispose déjà d'une élue au Parlement européen, l'Allemande Julia Reda qui s'est illustrée sur les questions numériques.

 

Et aussi :

L'union de la gauche, acte 7
. D'après Le Parisien, le PS serait sur le point de passer un accord avec le mouvement Place publique, conduit notamment par l'essayiste Raphaël Glucksmann. "Le Parti socialiste devrait être le premier parti à accepter de porter les dix propositions qui doivent, selon nous, servir de base à une alliance plus large de la gauche", a-t-il déclaré. A voir désormais si le PCF et Générations vont se joindre à cette alliance – la participation de LFI et d'EELV étant improbables. Benoît Hamon défend pour sa part le principe d'une votation citoyenne pour élaborer une liste d'union des gauches ainsi qu'un programme politique, mais si cette proposition semble séduire les militants, elle n'est pour l'heure suivie par aucune autre formation politique.

Le "localisme" au cœur du programme du RN
. Comme l'indiquent Les Echos, le Rassemblement national doit dévoiler son "manifeste politique" début mars. L'essayiste Hervé Juvin en sera l'un des principaux auteurs et sa notion de "localisme", sorte de démondialisation, devrait par conséquent être centrale. La sortie de l'euro, elle, n'est plus une "priorité", a fait savoir Marine Le Pen.

Les Gilets jaunes décrochent
. D'après le sondage Ifop, une liste Gilets jaunes ne recueillerait plus que 3% des suffrages aux élections européennes, contre 7,5% il y a un mois. La faute probablement à l'essoufflement du mouvement et au retrait de certains "cadres" comme Ingrid Levavasseur, qui a renoncé le 13 février à conduire une liste RIC (Ralliement d'initiative citoyenne). Le Figaro indique toutefois qu'une nouvelle tentative pourrait voir le jour prochainement avec le concours de Jean Lassalle, iconoclaste candidat à la présidentielle de 2017. "Je ne suis pas contre", a confirmé l'intéressé, précisant que ce serait l'occasion de "sortir de cette opposition aussi frontale qu'improductive entre les différents partis". Résistons, le mouvement de M. Lassalle, est pour l'heure crédité de 2% des voix.

Twitter renforce à son tour la transparence
. Les partis et candidats qui souhaiteront utiliser Twitter pour diffuser des publicités politiques devront au préalable avoir été enregistrés par le réseau social et disposer d'une adresse en Europe afin d'éviter les interférences étrangères. Twitter mettra également à la disposition du public les informations sur le financement de ces publicités ainsi que sur leurs cibles. Pareilles mesures ont également été prises par Facebook et Google. Plus généralement, la lutte contre les ingérences de pays étrangers et la désinformation fait partie des préoccupations principales à l'approche du scrutin européen. Dans un post de blog, Microsoft a confirmé la recrudescence d'attaques "ciblant des institutions démocratiques en Europe", confirmant "les avertissements des dirigeants européens concernant le niveau de menace auquel nous devrions nous attendre en Europe cette année".

 

Dossier spécial Elections européennes : tout comprendre