Derniers articles publiés

Le rapport Cohen-Tanugi redéfinit la stratégie européenne dans la mondialisation

Actualité 16.04.2008

L'avocat et essayiste Laurent Cohen-Tanugi a remis à Christine Lagarde et Xavier Bertrand un rapport de 200 pages qui s'attache à tirer le bilan de l'adaptation de l'Union européenne à la mondialisation et propose des pistes pour les années à venir. Selon son auteur, ce rapport doit "contribuer au succès de la Présidence française de l’Union" et au "retour de la France en Europe".

"Ce rapport est le fruit de six mois de travail, marqués par de très larges consultations menées en France et à travers l’Union européenne", indique Laurent Cohen-Tanugi sur le site du Centre d'analyse stratégique. Ce spécialiste des relations internationales avait reçu en novembre 2007 une lettre de mission de Christine Lagarde, Ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, et Xavier Bertrand, Ministre du Travail, des Relations Sociales, de la Famille et de la Solidarité, lui demandant de réfléchir à la stratégie européenne dans la mondialisation.

Le rapport Cohen-Tanugi dresse un bilan en demi-teinte de la Stratégie de Lisbonne, adoptée par l'Union européenne en 2000 pour répondre aux défis socio-économiques du début du siècle. Louable dans ses objectifs, cette stratégie serait victime d'une mise en œuvre trop peu contraignante. La France, dont les performances sont qualifiées de "médiocres" au regard des objectifs de Lisbonne (surtout en ce qui concerne le marché du travail), se distinguerait par sa  "perception négative" de cette action.

Le rapport déplore le consensus européen autour du fonctionnement actuel de la Stratégie de Lisbonne et souhaite que la France profite de sa Présidence pour promouvoir des objectifs prioritaires, notamment en matière de recherche et d'éducation, et s'investir dans la réflexion sur l'après-2010. Principale recommandation exprimée : dans leur plan d'adaptation à la mondialisation, les Européens ne devraient plus seulement se contenter de réformes internes mais également se doter d'un volet externe, qui s'appuierait sur des politiques communes.

Baptisée "Euromonde 2015", la nouvelle stratégie comporterait donc un volet "Lisbonne Plus" qui prolongerait les options actuelles, en s'appuyant sur "des mesures économiques, sociales et environnementales centrées sur la promotion de l’innovation". Sur le plan externe, l'Union européenne devrait développer de nouvelles politiques "en matière énergétique, climatique, normative, en matière de développement et de migrations, ainsi que dans le domaine de la surveillance des investissements extracommunautaires dans les secteurs sensibles".

C'est à un véritable "aggiornamento doctrinal" que Laurent Cohen-Tanugi invite l'UE, qui doit passer "d’une logique d’exemplarité à une logique d’intérêts" et "avancer sur des projets concrets réunissant le cas échéant un nombre limité d’Etats membres". C'est-à-dire un retour à l'ambition initiale de la Stratégie de Lisbonne, et à l'esprit de la méthode communautaire.

 

Sources :

Euromonde 2015 : une stratégie européenne pour la mondialisation - Rapport final - Centre d'analyse stratégique

Principales conclusions - Centre d'analyse stratégique