Derniers articles publiés

Le rapatriement des Roms vu de Roumanie

Actualité 31.08.2010

Alors que les expulsions de Roms ont suscité des condamnations de toute part en France et à l’étranger, les Roumains semblent accepter les reproches qui leurs sont adressés sans faire de commentaires. La semaine dernière, le Secrétaire d’Etat roumain chargé de l’intégration des Roms, Valentin Mocanu, en visite à Paris, a confirmé que la Roumanie entend le rapatriement des Roms comme des "retours volontaires" et non des expulsions. Il a souligné la volonté de coopération des autorités roumaines, qui n’ont pas fait de commentaires sur la politique d’immigration de la France.

Un exemple de bonne collaboration franco-roumaine ?

La déclaration de presse commune de Messieurs Lellouche et Mocanu n’est qu’un exemple de la bonne collaboration franco–roumaine dans le domaine de l’immigration. Pour rappel, la France et la Roumanie ont signé deux accords concernant le rapatriement des Roumains qui se trouveraient en situation irrégulière en France. Le premier, paraphé en 2002 par M. Sarkozy en tant que Ministre de l’Intérieur, permettait « de procéder au moins une fois par semaine à des rapatriements forcés ». Le deuxième, signé en 2007 par les deux parties et adopté récemment par le Sénat, permet aux autorités françaises un rapatriement rapide des mineurs roumains isolés, « victimes ou auteurs d’infractions pénales ».

Europuls.roEuropuls est une organisation dont l’objectif est la stimulation des débats sur des questions européennes dans l'espace public roumain. Europuls veut contribuer d’une manière active à la structuration d’un espace public européen promouvant comme sujet de débat les enjeux européens à l’ordre du jour,  les politiques européennes, ainsi que la vie politique des autres Etats membres. Ses instruments sont des rapports, des conférences et des analyses des politiques roumaines et européennes, tous présentés sur le site internet www.europuls.ro. Europuls est composé de spécialistes roumains en sciences politiques et affaires européennes qui développent leurs activités entre Bucarest et Bruxelles. Europuls fait partie du réseau européen de Touteleurope.eu. 


En Roumanie, cette affaire ne fait pas de vagues. Les seuls à commenter la situation sont le Secrétaire chargé de l’intégration des Roms et les associations de défense des droits des Roms. Alors qu’en France l'ensemble de la sphère politique s’est enflammée, les hauts dirigeants roumains gardent le silence. L’affaire a suscité une déclaration du Ministère des Affaires étrangères uniquement lorsqu'il est apparu que la France souhaitait repousser l’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen en 2011. Tandis que la Commission assure qu’il n’y a pas de relation entre les deux problèmes, la coopération peut continuer.

Les hommes politiques n'ont pas d'intérêt à prendre position contre les politiques françaises d’immigration. Les Roumains sont habitués aux images montrant les mésaventures des Roms en Europe, et défendre les Roms serait catastrophique pour tout politicien. D’une part la France est un allié historique de la Roumanie : la France a récemment soutenu la Roumanie pour le portefeuille de Commissaire à l’agriculture, les entreprises françaises comme Renault et Carrefour sont des réussites en Roumanie. D’autre part, la presse présente régulièrement des cas de malfaiteurs roms qui sont arrêtés à l’étranger.

En 2007, le cas d’un Rom accusé d’avoir violé et tué une italienne a provoqué honte et colère en Roumanie. Ce type d’information ne fait qu’alimenter les stéréotypes sur cette communauté. De plus en plus de voix de la diaspora roumaine demandent aux médias et aux politiques d’expliquer que les Roms ne sont pas représentatifs des roumains. Il est demandé aussi de revenir à l’appellation « tsigane », pour éviter confusion entre rom et roumain. Alors que la France fait la liaison entre immigration et criminalité, les Roumains comprennent que les Roms qui sont rapatriés maintenant par la France sont des malfaiteurs et non pas des démunis. Mais les Roumains ne condamnent pas la France pour cela.

 

Une réinsertion difficile pour les Roms rapatriés

La Roumanie fait face à la crise économique la plus grave depuis la chute du communisme, et le Secrétaire d’Etat chargé à l’intégration des Roms ne peut promettre une meilleure collaboration des institutions qui gèrent l’insertion des Roms. A présent il n’y a pas d’accueil organisé pour les Roms (ou les non-Roms) qui sont rapatriés. Ils rejoignent le circuit des maigres aides sociales à l’insertion professionnelle. Nombre d’entre eux vont attendre une nouvelle opportunité à l’Ouest et y revenir pour tenter leur chance.

François Fillon a demandé « d’accentuer les initiatives dans le cadre européen » et ses services ont affirmé qu’un faible pourcentage des aides européennes reçus par la Roumanie finance des projets pour l’insertion des Roms. En réponse à ce sujet, les autorités roumaines ont signalé les difficultés qu’elles rencontrent pour obtenir les fonds européens. D’une part, du coté des institutions gouvernementales, le manque de personnel qualifié bloque l’obtention de subventions européennes. D’autre part, la communauté rom de Roumanie regrette que les Roms n’aient pas déclaré leur ethnie lors du dernier recensement de la population. Alors que les Roms essayent d’éviter la discrimination en se déclarant Roumains, les administrations de localités habitées par des Roms sont souvent dans l'impossibilité de se qualifier pour les fonds destinés aux communautés Roms.

La France organisera début septembre une réunion à laquelle sont invités les pays confrontés à la mobilité (ou « immigration » selon les autorités françaises) des Roms. La Roumanie demande à être invitée à ce sommet. Reste à voir si les bonnes relations vont se poursuivre entre Paris et Bucarest.

 

Laura Bretea, Europuls - Coordonatrice Justice et affaires intérieures


En savoir plus :

Europuls.ro

Martin Olivera : "Il y a en Europe une méconnaissance globale des Roms" - Touteleurope.eu

Pierre Lellouche : "Les déplacements ne sont pas une solution aux problèmes d'insertion des Roms"   - Touteleurope.eu

Roms: peut-on expulser un citoyen européen de France ? - Touteleurope.eu