Derniers articles publiés

Le Mouvement Européen - France a un nouveau président : Christian Philip

Actualité 16.07.2010

Le Mouvement Européen - France vient d'élire son nouveau président, après deux mandats exercés par l'eurodéputée Sylvie Goulard (ADLE). Touteleurope l'a interviewé pour connaître les futures orientations de cette association pro-européenne, qui compte 3.000 membres.

Touteleurope : Vous êtes le nouveau président du Mouvement Européen – France. Pourquoi avez-vous décidé de prendre en charge cette fonction ?

Christian Philip : J'ai été candidat d'abord parce que l'Europe est pour moi l'engagement d'une vie. Etudiant, j'ai choisi de me spécialiser sur le droit communautaire, alors en construction. Depuis 40 ans j'enseigne les institutions européennes. Dans toutes les fonctions administratives et politiques exercées, j'ai toujours cherché à construire une dimension européenne.

Présider le Mouvement Européen-France s'inscrit dans cette ligne. J'ajoute que j'ai été candidat parce que Sylvie Goulard m'a sollicité en ce sens. Comme vice-président depuis 3 ans, j'ai appris à apprécier le travail engagé sous sa direction et je souhaitais que se poursuive l'action développée.


Christian Philip, élu du Mouvement Européen - France en 2010Touteleurope : Comment voyez-vous l’apport du Mouvement Européen – France sur les questions européennes ?

Christian Philip : Le ME-F doit rassembler tous ceux qui veulent plus d'Europe, une Europe puissante. Il doit tout faire pour convaincre nos concitoyens que c'est notre intérêt à tous, les aider à se ré-approprier l'idée et le projet européens. Nous devons multiplier actions et manifestations en ce sens.


Touteleurope : Quelles relations le ME-F entretient-il avec le Mouvement Européen International ?

Christian Philip : Celles-ci sont, je l'espère, constructives. Jessica Chamba, qui fera partie de l'équipe restreinte qui m'entoure, est vice-présidente du MEI. De nombreux responsables du ME-F participent activement aux travaux du MEI. Je souhaite qu'avec le MEI nous puissions ensemble engager rapidement une procédure d'initiative citoyenne.


Touteleurope : La construction européenne semble actuellement avancer au ralenti. Quelle vision le ME-F souhaite-t-il apporter au débat sur l’avenir de l’Europe ?

Christian Philip : Le ME-F doit convaincre qu'une Europe forte ce n'est ni une position idéologique, ni un relent du passé, ni une utopie ! Au contraire, il faut une Europe forte parce que c'est l'intérêt des peuples européens.

Seule l'Europe peut nous permettre d'être lisibles, écoutés dans le monde multipolaire du XXIe siècle. Et je reste malgré tout optimiste car pour moi nécessité fait loi. L'Europe s'imposera car on n'aura pas le choix.