Derniers articles publiés

Le marché du livre en Europe

Carte et comparatif 17.01.2018

575 millions de nouveaux livres ont été publiés en 2015, et l'offre est en constante augmentation. Car au-delà de ses bienfaits sur l'esprit, le livre reste un bien marchand : il représente dans l'UE plus de 22 milliards d'euros de chiffre d'affaires chaque année et emploie directement 150 000 personnes, ce qui en fait la cinquième plus grande industrie culturelle du continent. Chiffre d'affaires, publications, mais également pratiques de lecture : que représente le marché du livre en Europe ?

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Un peu partout en France, librairies et bibliothèques ouvriront leurs portes le samedi 20 janvier pour la deuxième édition de la Nuit de la lecture. Au cours de l'après-midi et de la soirée, des animations ouvertes à tous permettront de découvrir de nouveaux ouvrages, débattre, ou encore s'amuser avec les mots. A cette occasion, Toute l'Europe vous propose un comparatif portant sur le secteur du livre dans l'Union européenne.

Les grands pays pèsent plus sur le marché du livre

La Fédération des association européennes d'écrivains estime à 150 000 le nombre d'écrivains en Europe. Peu étonnant donc, que le livre européen rayonne au niveau mondial. Parmi les dix plus grosses maisons d'éditions en termes de chiffre d'affaires, six sont issues de pays membres de l'UE.

Sans surprise, ce sont les pays les plus peuplés et aux langues les plus diffusées qui publient le plus de nouveaux titres chaque année. Le Royaume-Uni arrive en tête, avec plus de 100 000 nouveaux titres publiés par an entre 2010 et 2015, suivi de l'Allemagne, où entre 50 000 et 100 000 ouvrages ont été publiés annuellement sur la même période. Arrivent ensuite la France, l'Espagne et l'Italie, qui totalisent entre 30 000 et 50 000 nouvelles publications par an.

Toutefois, si on rapporte le nombre de livres publiés par rapport au nombre d'habitants, c'est l'Estonie qui se place en haut du podium, avec plus de 2 000 nouveaux titres chaque année par million d'habitants.

Quels sont les Européens qui lisent le plus ?

La lecture a encore la cote en Europe. C'est même la deuxième activité culturelle la plus courante, derrière le suivi d'un programme culturel à la radio ou la télévision et devant les sorties au cinéma. Ainsi, en 2011, 68% des Européens avaient lu au moins un livre au cours des 12 derniers mois.

Mais entre les pays, les divergences sont parfois colossales. Les champions incontestés de la lecture se trouvent hors de l'UE : en Norvège, en 2015, près 90% des habitants avaient lu au moins un livre au cours de l'année précédente. Au sein de l’Union européenne, ils sont suivis par les Suédois (83,3%), les Luxembourgeois (81,9%) et les Allemands (75,3%). Le chiffre varie entre 50% et 70% pour la majorité des pays, comme c'est le cas en France (69%).

Dans quelques pays néanmoins, plus de la moitié des habitants n'a lu aucun livre pendant l'année précédente. La Roumanie arrive ainsi en bas du classement (29,6%), suivie de loin par le Portugal (40,5%), la Bulgarie (48,2%) et la Grèce (48,8%). Dans tous les pays à l'exception du Portugal, le manque de temps (44%) est la plus grande barrière à la lecture citée par les personnes interrogées.

Dans chaque pays, ce sont les femmes qui lisent le plus, avec à chaque fois un écart d'au moins 10 points de pourcentage. Pour certains Etats comme Chypre, l'écart dépasse même 25 points de pourcentage.

En dehors du nombre de publications, les chiffres semblent néanmoins être à la baisse. Entre 2007 et 2011, seuls trois des dix-neuf pays cités par l'étude ont vu le nombre de lecteurs augmenter. Même constat dans l'industrie de l'édition, qui enregistre une diminution des emplois et du chiffre d'affaires depuis 2007.

Mettre en avant les auteurs européens au sein des pays membres

Un rapport commandé par la Commission européenne et publié en 2014 souligne que la barrière de la langue pose un problème de taille. Sans traduction, le livre reste un produit "domestique", qui ne sera vendu que dans une zone linguistique homogène. Parmi les Européens interrogés pour une enquête Eurobaromètre, seuls 31% avaient lu au moins un livre écrit par un auteur issu d'un autre pays membre de l'UE en 2013.

Quelques initiatives émergent pourtant timidement pour valoriser la conscience d'une "littérature européenne". Parmi elles, le prix de littérature de l'Union européenne qui sélectionne chaque année une douzaine de lauréats. Ceux-ci reçoivent un prix de 5 000€, et sont encouragés à postuler aux financement de l'UE pour faire traduire leurs œuvres. Encore peu connu du grand public, le prix vise à "stimuler l’intérêt des citoyens pour des œuvres littéraires en provenance d’autres pays européens". Attention néanmoins à ne pas confondre avec le Prix européen de littérature. Placé sous le haut patronage du Conseil de l'Europe, il récompense chaque année un auteur en l'éditant en français et attribue une bourse à son traducteur.

Année européenne du patrimoine culturel 2018

A l'occasion de son dixième anniversaire, le Prix de littérature de l'Union européenne lance un concours de nouvelles, exclusivement destiné à ses anciens lauréats. 2018 étant également l'Année européenne du patrimoine culturel, un prix spécial sera remis "aux œuvres dans lesquelles le patrimoine européen joue un rôle important". Après une mise en ligne des textes en mai 2018, le public pourra voter sur internet pour choisir sa nouvelle préférée.