Derniers articles publiés

Le Conseil européen au secours de la Grèce

Actualité 11.02.2010

Crise économique, climatique et humanitaire, un ordre de jour sensible attend les Etats membres. Jeudi 11 février, les Chefs d'Etats et de gouvernement des 27 se réunissent à Bruxelles pour un conseil européen extraordinaire, le premier depuis l'entrée en vigueur de Traité de Lisbonne. Répondant à la convocation d'Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, les  27 aborderont notamment les trois sujets prioritaires de l'année 2010: la stratégie économique de l'UE, le changement climatique et l'assistance à Haïti.

 

Vers une sortie coordonnée de crise économique


En 2010 comme en 2009, la crise économique reste la priorité absolue des gouvernements des Etats membres. La gestion doit faire place à la sortie de crise. De la France à la Suède, en passant par l'Allemagne, la Grèce ou l'Espagne, tous les responsables politiques s'accordent à dire que la sortie de crise doit être coordonnée au niveau de l'Union européenne.

Alors que la Commission européenne n'est entrée en fonction que le 10 février, José Manuel Barroso avait déjà annoncé lors de la présentation de son programme vouloir mutualiser les moyens et coordonner les stratégies afin d'être plus efficace.

 

Convoqué par Herman Van Rompuy, le Conseil informel en cours cherche à élaborer des pistes de réflexion sur ce sujet à l'heure où la Grèce est confrontée à de pesantes difficultés financières. Toutefois, il semble que la Grèce sera le sujet de toutes les discussions. L'Allemagne a annoncé hier qu'elle rejoindrait les Etats de la zone euro prêts à "sauver" la péninsule hellénique.

Comparatif : le déficit public dans la zone euro



Espagne, Grèce, Irlande, Portugal... découvrez les chiffres des déficits publics de la zone euro.

Voir la comparatif

 

Un accord a été trouvé ce matin en présence d'Angela Merkel, Nicolas Sarkozy, Herman Van Rompuy, José M. Barroso et Jean claude Trichet. Lors du Conseil, les autres Etats membres de la zone euro se sont associés à l'accord.

 

Ayant emprunté sans difficultés 8 milliards d'euros sur les marchés le 25 janvier dernier, la Grèce ne fera pas faillite à court terme. D'autant que les autres membres de la zone euro ont affiché leur solidarité avec la Grèce.


Par ailleurs, le Premier ministre François Fillon a déclaré mardi 9 février à l'agence Reuters qu' "il faut une mobilisation européenne pour la croissance (...), il faut pour cela une meilleure coordination économique entre Etats membres". La France semble donc déterminée à avancer sur la voie d'une gouvernance économique de l'euro au niveau de l'Union.

 

Ce premier "Conseil Van Rompuy" abordera également la stratégie économique pour 2020, et notamment les perspectives financières, afin de prolonger la stratégie de Lisbonne qui arrive à son terme en 2010. Ces sujets risquent toutefois de descendre dans l'ordre du jour chargé qui a été prévu.

Imposer son leadership climatique et humanitaire


En effet, les 27 chercheront également à tirer les leçons de l'effort mondial de Copenhague en faveur du climat. Championne du monde en titre en matière environnementale, l'Union n'aura pas réussi à imposer son leadership et entrainer avec elle les grandes nations telles que les Etats-Unis, le Brésil ou l'Inde.

 

Le Conseil européen étudiera les moyens nécessaires et disponibles afin de faire avancer les négociations internationales sur la lutte contre le réchauffement global.

Enfin, M. Van Rompuy et ses collègues devront trouver des moyens supplémentaires pour Haiti. Dégager des fonds pour la reconstruction d'Haïti, organisation prochaine d'une nouvelle conférence internationale pour aider le pays, les 27 devront décider des suites à donner à une action dont le manque de visibilité a été critiquée mais qui a porté ses fruits.

Un emploi du temps chargé pour les Chefs d'Etats et de gouvernement dont chaque point représente un véritable enjeu pour les citoyens européens mais également pour la planète.

 

Alors que tous les Etats membres sont confrontés aux mêmes difficultés à des degrés différents, Michel Barnier déclarait récemment à Touteleurope.fr "que l'Europe n'est pas une option, c'est une nécessité pour chacune de nos nations"…

En savoir plus:

 

Déclaration par les Chefs d'Etats et de Gouvernement sur la Grèce à la sortie du Conseil européen

Haïti : l'UE envoie 150 hommes et promet 430 millions d'euros - Touteleurope.fr

 Michèle Striffler : "Il est regrettable que les Européens aient agi en ordre dispersé en Haïti" - Touteleurope.fr

La zone euro se prépare à aider la Grèce - Touteleurope.fr

Sandrine Bélier: "l'échec de Copenhague : une responsabilité collective" - Touteleurope.fr

 L'UE est passée à côté du leadership auquel elle pouvait prétendre sur le climat - Touteleurope.fr