Derniers articles publiés

Le congé parental dans l'Union européenne

Vidéo 07.06.2018

Proposée en 2017 par la Commission européenne, la directive "équilibre entre vie professionnelle et vie privée" vise à réformer le congé parental dans l'UE. L'indemnisation et la durée du congé varient en effet beaucoup d'un Etat à l'autre.

Le congé parental permet aux parents d'interrompre ou de réduire leur activité professionnelle, après la naissance d'un enfant. Il se prend après les congés maternité et paternité, plus courts, mieux rémunérés et réservés respectivement à la mère et au père ou conjoint.

En 2017, la Commission européenne a proposé la directive "équilibre entre vie professionnelle et vie privée". L'objectif : instaurer dans tous les pays de l'Union européenne un congé parental de 4 mois minimum, rémunéré à hauteur des indemnités maladie et non transférable entre les parents. La Commission européenne espère inciter les pères à utiliser davantage le congé parental : celui-ci est mal indemnisé dans certains pays, ce qui n'encourage pas les hommes à le prendre. En France, 96% des personnes en congé parental sont des femmes. Selon Hélène Périvier, économiste à l'OFCE, c'est un cercle vicieux : les femmes sont moins bien payées donc ce sont elles qui prennent le congé parental, ce qui freine leur carrière et réduit leurs chances d'être bien payées.

Bruxelles veut aussi harmoniser le congé parental au sein de l'UE, très différent en termes d'indemnisation et de durée selon les pays. En France, chaque parent peut prendre six mois de congé, indemnisés 396 euros par mois, soit environ un tiers du SMIC net. Le congé parental français est l'un des moins bien payés de l'UE. La Suède est le pays de l'UE qui rémunère le mieux les parents, à hauteur de 80% de leur salaire pendant treize mois. Sept pays de l'UE ne rémunèrent pas le congé parental : le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Irlande, la Grèce, les Pays-Bas, Chypre et Malte. Certains pays ont déjà mis en place des mesures incitatives, pour pousser les hommes à plus utiliser le congé. En Suède, il existe des quotas : chaque parent est obligé de prendre au moins trois mois pour bénéficier du reste du congé parental de dix mois. En Allemagne, la période bonus permet d'obtenir deux mois supplémentaires si les deux parents prennent le congé parental.

Mais la directive "équilibre entre vie professionnelle et vie privée" ne fait pas l'unanimité : treize pays, dont la France et l'Allemagne bloquent son adoption. Emmanuel Macron dénonce notamment une directive qui "peut coûter très cher et finir par être insoutenable". Avec la directive, la rémunération du congé parental en France passerait en effet de 396 euros à 950 euros par mois. Les Etats devront s'accorder sur le texte lors d'un vote prévu le 21 juin prochain, au Conseil de l'UE.