Derniers articles publiés

Le bien-être des enfants en Europe

Carte et comparatif 24.04.2009

D'après une étude publiée conjointement par l'organisation caritative britannique Child Poverty Action Group et l'Université de York le 21 avril, les "petits" Néerlandais (enfants et adolescents) sont les mieux classés au sein des 29 pays européens analysés (Union européenne, Norvège et Islande). Si le haut du classement est occupé par les pays scandinaves, l'Europe de l'Est partage les dernières places avec Malte et le Royaume-Uni.

 

 

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player


La recherche effectuée par l'Université de York et publiée par l'association britannique "Child Poverty Action Group", qui milite pour l'amélioration des conditions de vie des enfants au Royaume-Uni, utilise au total 43 indicateurs de bien-être liés aux conditions matérielles, au logement et au voisinage, à la façon dont les enfants comportent à l'école et comment ils s'y sentent, à leur santé, à leur exposition aux dangers, et à la qualité des relations que les enfants développent avec leur famille et leurs camarades de classe.

C'est donc les Pays-Bas qui arrivent en tête du classement établi, suivi par les 5 pays scandinaves au sens large : Suède, Norvège, Islande, Finlande et Danemark. C'est au contraire à l'Est que le tableau est généralement plus préoccupant (Roumanie, Bulgarie, Lettonie et Lithuanie occupent de la 25e à la 28e place), bien que Malte figure en dernière position et le Royaume-Uni en 24e. La France occupe quant à elle la 15e place, l'Allemagne la 8e et l'Italie la 19e.

Comment expliquer ces résultats ? Pour les chercheurs, dans les pays en tête de liste, les enfants satisfont plus facilement leurs besoins essentiels, se sentent eux-mêmes plus satisfaits de leur vie, le PIB par tête y est plus important (sauf pour les Pays-Bas et, inversement, pour la Grande-Bretagne), les inégalités y sont moins fortes.

Par contre, aucune corrélation particulière n'a été trouvée entre le bien-être des enfants et leur situation familiale (famille monoparentale ou recomposée).

Enfin, si les dépenses publiques ciblées sur la famille ne garantissent pas nécessairement le bien-être des enfants, on note que globalement les pays les mieux classés investissent plus dans les politiques familiales.

Si la plupart des données datent de 2006 et ne tiennent donc pas compte des politiques menées depuis, notamment au Royaume-Uni, elles permettent tout de même d'avoir un aperçu global de la situation.