Derniers articles publiés

Laurent Wauquiez: "Le gouvernement français n'acceptera jamais de remettre en cause la place du Parlement européen à Strasbourg"

Actualité 09.03.2011

Des eurodéputés, souhaitant que le Parlement européen n'ait qu'un siège unique à Bruxelles, ont fait voter mercredi 9 mars la suppression d'une semaine de travail à Strasbourg dans le calendrier parlementaire 2012 - 2013. Le ministre délégué aux Affaires européennes, Laurent Wauquiez, a tenu une conférence de presse pour réagir immédiatement et défendre Strasbourg comme siège du Parlement européen au nom du gouvernement français. Il a répondu aux questions de Touteleurope.eu.


Touteleurope.eu: Comment réagissez-vous au vote sur le changement du calendrier des sessions à Strasbourg, qui revient à passer moins de temps à Strasbourg et plus à Bruxelles pour les parlementaires européens ?


Laurent Wauquiez: Ce vote est pour nous inacceptable parce qu'il remet en cause le principe, protégé par les traités, selon lequel le siège du Parlement européen est à Strasbourg. C'est aussi un vote que nous considérons comme très étonnant puisqu'il revient à réduire de fait le nombre de sessions au moment même où le traité de Lisbonne donne plus de pouvoirs au Parlement. Etonnante manière d'organiser le travail parlementaire.

Surtout, il ne doit y avoir aucune ambiguïté. Le gouvernement français n'acceptera jamais de remise en cause de l'implantation du Parlement européen à Strasbourg. Cela signifie que nous nous réservons la possibilité d'utiliser toutes les procédures qui sont prévues par les traités tout simplement pour faire respecter le droit communautaire. Pour être plus précis, s'il faut saisir la Cour de Justice de l'Union européenne, nous le ferons.


Touteleurope.eu: Que représente Strasbourg comme siège du Parlement européen pour le gouvernement français ?

Laurent Wauquiez: Strasbourg incarne beaucoup de choses : notre histoire, l'incarnation tangible de ce qui a séparé l'Europe et de la réconciliation franco-allemande. Helmut Kohl disait "Europa ist eine Sache von Frieden" ("L'Europe est une affaire de paix").

C'est la ville qui incarne l'Europe des citoyens, celle des droits de l'homme et de la démocratie. Nous ne voulons pas d'une Europe uniformisée, standardisée qui soit uniquement enfermée dans le cadre de Bruxelles. Plusieurs institutions européennes sont en dehors de Bruxelles. Cela fait partie de notre vision d'une Europe qui est diverse, plurielle, qui s'incarne dans différents pays. Nous nous érigerons toujours contre une standardisation qui consiste, pour des principes administratifs ou purement techniques, à vouloir recroqueviller toutes nos institutions sur Bruxelles.

L'engagement de la France est donc total et nous ne pouvons pas accepter ce coup de canif dans l'équilibre des traités. Je viens à la totalité des sessions qui ont lieu à Strasbourg et il ne peut pas y avoir le moindre espace pour une remise en cause du Parlement dans cette ville. Nous utiliserons tous les moyens pour faire valoir nos droits.


Touteleurope.eu: Une réponse pourrait-elle être de rendre l'accès plus facile à la ville ?

Laurent Wauquiez : Tout d'abord, beaucoup a été fait pour améliorer les conditions d'accessibilité à Strasbourg. On a désormais une ligne à grande vitesse mise en place entre Paris et Strasbourg. Nous avons beaucoup investi dans l'aéroport sur les lignes d'accessibilité. Il y a des institutions internationales à Strasbourg comme le Conseil de l'Europe. C'est visiblement possible pour les membres de cette institution de venir régulièrement à Strasbourg.

Il y a un sujet sur lequel nous souhaitons travailler pour améliorer les accessibilités : c'est de voir s'il est possible de mettre en place des liaisons aériennes ad hoc au moment des sessions, permettant notamment aux parlementaires européens qui sont les plus loins de rejoindre plus facilement Strasbourg.

Je ne sous-estime pas cette dimension. Honnêtement, aller à Bruxelles n'est pas tellement plus aisé que d'aller à Strasbourg. C'est vrai, bien sûr, dans la contrainte d'être parlementaire européen, il y a ces distances qui sont fatigantes. Cela fait partie aussi de l'engagement du parlementaire européen.


Touteleurope.eu: Peut-on envisager de transférer le Parlement à Strasbourg et arrêter les navettes avec Bruxelles ?

Laurent Wauquiez : Eh bien pourquoi pas... si jamais on veut aller à de telles extrémités, pourquoi pas. Si on veut poser toutes les questions sur la table, faisons-le. Ce qui est sûr, c'est qu'on a un calendrier parlementaire arrêté sur 2012 - 2013. Cela nous donne deux ans qui sont calmes, sur lesquels nous n'accepterons aucune remise en cause. Après, je souhaite que nous travaillions avec les parlementaires européens et les élus alsaciens pour arrêter d'être dans les cordes et repasser à l'offensive.

Je veux pas être dans la position d'un gouvernement français qui défendrait un site que chacun chercherait à réduire à peau de chagrin. S'il le faut, on peut promouvoir cette idée d'un siège qui soit totalement centré avec tous les services sur Strasbourg si certains veulent en arriver à cette extrémité en remettant en cause les traités.

Nous ne voulons pas de coup de Jarnac, pas de petites manipulations dans le dos à la sauvette avec des amendement votés à bulletin secret remettant en cause profondément l'équilibre de ce qu'est Strasbourg en tant que siège du Parlement européen.

 


En savoir plus:

Nathalie Griesbeck : "Le siège du Parlement Européen est et restera Strasbourg !" - Touteleurope.eu

Présentation du Parlement européen - Touteleurope.eu