Derniers articles publiés

Laurent Wauquiez: "L'Europe doit être notre meilleur bouclier et notre meilleure épée"

Actualité 10.12.2010

Laurent Wauquiez, ministre chargé des Affaires européennes, était auditionné par  la commission des affaires européennes du Sénat mardi 7 décembre 2010. Les grandes lignes politiques que souhaite défendre la France avant le prochain Conseil européen de mi-décembre ont été au coeur du face-à-face.

Après les différentes secousses irlandaises qu'a connues l'Union européenne, Laurent Wauquiez a tenu à rappeler que "nous ne sortirons de la crise que tous ensemble. Nous avons encore plus besoin de l'Europe qu'avant, car elle doit être notre meilleur bouclier et notre meilleure épée".

Le ministre s'est ainsi placé dans le cadre de la politique menée jusqu'à présent par le président de la République. "Il ne faut pas opposer l'action intergouvernementale et la méthode communautaire. Notre défi est de réussir l'articulation entre les deux, telle que l'incarne le Conseil européen". Reprenant la thématique de "l'Europe qui protège", il a tenu à rappeler que "l'Europe ne doit pas apparaître comme le bras armé de la dérégulation". Du point de vue pratique, en plus de saluer l'action rapide des Etats pour soutenir l'Irlande, il a tenu à faire de la protection de la propriété intellectuelle et l'exploitation des brevets en Europe des objectifs majeurs. A ce sujet, il s'est déclaré "partisan" des coopérations renforcées.

Autre objectif majeur, "assurer la crédibilité du processus d'élargissement". Laurent Wauquiez a ainsi déclaré que la France soutiendrait l'obtention par le Monténégro du statut de candidat à l'adhésion... "mais sans que les négociations commencent avant que de nouvelles conditions soient remplies". Il s'est également déclaré défavorable à l'entrée imminente de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'espace Schengen. "La Roumanie ne reconnaît pas totalement sa frontière avec la Moldavie. Le bon sens nous oblige à surseoir à leur entrée dans l'espace Schengen. Il nous incombe d'être vigilant".

Troisième objectif: "que l'Europe montre l'exemple en étant plus efficace et en dépensant mieux". Si les Etats font des efforts dans leurs budgets, "l'Union ne peut pas s'en exonérer". Il souhaite notamment "la simplification de certains dispositifs de versement des aides européennes". Il s'est également montré confiant quant à l'adoption du budget européen, tout en veillant à limiter "la hausse des crédits pour 2011 à 2,91%".

Sur l'action extérieure de l'Union européenne, M. Wauquiez souhaite que Mme Ashton évalue précisément les relations de l'Union avec ses grands partenaires stratégiques, avec dans l'ordre de citation "la Chine, la Russie et les Etats-Unis".

Le ministre a également profité de cette audition pour dire son attachement à l'Union pour la Méditerranée. "Je parle arabe et j'ai fait une partie de mes études en Egypte, c'est vous dire que le projet me tient à coeur. Je suis convaincu que l'Europe n'a jamais été aussi prospère que lorsque la Méditerranée était stable". Il reconnaît toutefois que "les difficultés commencent quand on aborde les projets concrets".

Enfin, le ministre a marqué un fort soutien à Strasbourg en tant que "capitale parlementaire de l'Union européenne". Le maire de la ville, Rolland Ries, présent dans la commission, a tenu à saluer cette position tout en plaçant la capitale alsacienne dans la tradition de "l'humanisme rhénan". Point de vue soutenu par Laurent Wauquiez qui a déclaré "il faut renouveler notre discours sur Strasbourg, capitale européenne, en nous appuyant sur cette matrice humaniste, et vous me trouverez toujours à vos côtés pour ce combat".

 

En savoir plus :

Voir l'ensemble de l'audition - Senat.fr

L'Union pour la Méditerranée - Touteleurope.eu