Derniers articles publiés

La zone euro, 5 ans après l'introduction des billets et des pièces

Actualité 21.12.2006

© Communauté européenne, 2006L'euro adopté au quotidien

Cinq ans après l'introduction de l'euro, la majorité (59% ; +6 points) des citoyens des pays ayant adopté la monnaie commune déclare ne rencontrer aucune difficulté à l'utiliser. Les Français sont à peine moins nombreux (49%, -1 point) que l'an dernier à rencontrer de telles difficultés.

La majorité des citoyens des 12 Etats utilisent l'euro depuis 2004 pour estimer le prix de leurs achats les plus courants. Ainsi, une part croissante d'entre eux (60 % ; +2 points) pense qu'il n'est pas utile que les commerçants poursuivent le double affichage des prix. Toutefois, une majorité relative de ces Européens (40%) continue de comparer les prix de leurs achats les plus importants d'abord dans leur ancienne monnaie nationale.

L'euro, cinq ans après

Si une majorité de citoyens de la zone euro (48%) juge dans l'ensemble avantageuse l'adoption de l'euro, cette appréciation suit une tendance en nette baisse  (-3 points depuis octobre 2005, -11 points depuis septembre 2002). L'adoption de l'euro est jugée le plus favorablement en Irlande (75 %), en Finlande (65 %) et au Luxembourg (64 %). Une majorité de citoyens considère en revanche l'adoption de l'euro dans l'ensemble "désavantageuse" aux Pays-Bas (38,4 %), en Grèce (38 %) et en Italie (41 %) En France, 51% des personnes interrogées jugent positivement l'adoption de l'euro.

Pour les citoyens des Etats ayant adopté l'euro, les principaux bénéfices que leur pays ont tiré de l'euro sont la baisse du coût des déplacements à l'étranger (46 % ; +7 points), une facilité accrue à comparer les prix (30,2 %, +3), une place renforcée pour l'Europe dans le monde (27 % ; +4) et des prix plus stables (11 % ; +2).

A contrario, 93 % estiment que l'euro a contribué à la hausse des prix ces 5 dernières années. C'est le cas de 96 % des Français (+1 point).

L'euro et le "Pacte de stabilité"

46 % des citoyens des Etats membres de la zone euro et 56 % des Français avouent n'avoir jamais entendu parler du pacte de stabilité et de croissance. Les citoyens avertis de l'existence du Pacte ne sont majoritaires qu'au Luxembourg, en Autriche, en Allemagne et au Portugal.

Une majorité relative (43 %) des Européens rejette l'idée selon laquelle un Etat devrait être libre de sortir des critères imposés par le pacte en période de difficultés économiques. A contrario, les citoyens s'expriment en faveur de telles mesures en Belgique, en Italie, au Luxembourg, en Allemagne et en France.

 

La zone euro, 5 ans après l'introduction des billets et des pièces (pdf)

Sondage réalisé dans 13 pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Grèce,  Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Suède) pour la Commission européenne, Direction Générale de la Communication, Unité "Analyse de l’opinion publique et des médias" du 04/09/2006 au 08/09/2006 par téléphone par l’institut EOS GALLUP EUROPE ; en France : Efficience 3.  Pour chaque pays : échantillon national représentatif de la population âgée de 15 ans et environ 1000 répondants.