Derniers articles publiés

La profession de foi européenne de Pierre Moscovici

Actualité 21.12.2006

L'Europe est morte, vive l'Europe - © Perrin, 2006A l'approche  de la campagne présidentielle française, l'ouvrage de Pierre Moscovici, député européen et ancien ministre des Affaires européennes, aspire à faire émerger une prise de conscience de l'importance de l'enjeu européen pour la législature 2007-2012. Appelant la gauche à "assumer son engagement européen", Pierre Moscovici développe ses propositions pour "inventer l'Europe qui vient".

Le "non" au referendum

Selon Pierre Moscovici, le "non" à la Constitution s'explique d'une part par "la lente érosion du consensus sur la question européenne" depuis les années 90 et d'autre part par un fort mécontentement social des Français. S'il met en cause la politique de Jacques Chirac et de la Commission Barroso, Pierre Moscovici ne néglige pas la responsabilité de la gauche du fait de sa désunion et pointe le manque d'engagement des partisans du "oui" qui ont "échoué à convaincre".

S'agissant du traité constitutionnel, l'auteur concède que le principal défaut du texte réside dans sa partie III et la constitutionnalisation des politiques de l'Union "qui doivent rester l'objet d'un débat démocratique permanent".

Le "malaise français sur l'Europe"

L'auteur analyse les raisons du "divorce entre l'Europe et les Européens". L'absence de réformes institutionnelles et économiques pour accompagner le "changement de nature" de l'UE qu'impliquait l'élargissement de 2004, fournit selon lui une explication au rejet de l'Europe. Le chômage, la faible croissance et l'incapacité de l'Europe à répondre efficacement aux défis de la mondialisation ont également entraîné "la déception des Européens".

La particularité du malaise français est qu'il témoigne, en plus de ces éléments, d'une crise politique. La percée de l'extrême droite en 2002, synonyme de repli national, de tentation protectionniste ou de corporatisme, se retrouve lors de la campagne européenne dans "la figure du plombier polonais" ou dans le "mythe de l'envahisseur".


Pierre Moscovici, L'Europe et morte, vive l'Europe!, Perrin, 2006