Derniers articles publiés

La présidence portugaise, entre nouveau traité et relations EU-Afrique

Actualité 23.07.2007

Katinka Barysch, économiste au think tank Centre for European Reform, expose les enjeux et les chances de réussite de la présidence portugaise.

La principale mission de la prochaine présidence sera certainement d'obtenir la signature du prochain traité, qu'elle espère voir porter le nom de "Traité de Lisbonne". Si l'Allemagne lui a laissé un "mandat clair", la Pologne a, depuis, menacé de rouvrir les négociations. La présidence portugaise pourrait s'accommoder des revendications de ce pays, mais au risque d'encourager d'autres pays à ouvrir le "package" de négociation. Dans tout les cas, si un pays décide de revenir sur le mandat, la CIG pourrait se prolonger jusqu'en décembre.

La présidence portugaise, comme chaque présidence de l'Union, a tenu à ajouter son propre projet à l'agenda. Il s'agira ici des relations UE-Afrique, avec notamment le sommet de décembre qui réunira les dirigeants européens et 50 pays d'Afrique. Une telle initiative n'a pas eu lieu depuis la dernière présidence portugaise en 2000. Il s'agira de renforcer encore les liens entre Europe et Afrique, contre la montée en puissance de la Chine qui investit massivement dans la région sans toutefois participer à l'aide au développement du continent.

Le Premier ministre portugais José Socrates entend également dénouer les négociations avec la Russie. Le CER, toutefois, juge minces ses chances d'y parvenir au vu des relations distantes qu'entretient son pays avec la Russie. Les thèmes économiques ne devraient pas occuper une place déterminante dans cette présidence, mais José Socrates espère néanmoins faire pression sur le gouvernement français afin qu'il respecte le Pacte de stabilité. Enfin, le Portugal s'opposera à la France sur la question des frontières de l'Union, en défendant la poursuite des négociations avec la Turquie, contre l'avis de Nicolas Sarkozy.

Si certains se montrent inquiets qu'un si petit pays doive gérer un si large agenda, l'auteur souligne que les présidences de petits pays furent souvent des exemples de réussite et de solidité. De plus, la négociation du traité est un enjeu tellement important que les autres dirigeants européens apporteront une aide conséquente au Portugal. C'est finalement sur le sommet avec les 50 pays d'Afrique que se jouera, dans les esprits, le succès de la présidence portugaise.

Lire l'analyse

Katinka Barysch, "Portugal's presidency", CER, juillet 2007