Derniers articles publiés

La préférence communautaire à l'encontre des intérêts européens

Actualité 11.06.2007

Jean-François Jamet, économiste, s'inquiète des interventions, notamment lors de la campagne présidentielle française, en faveur de la préférence communautaire.  Selon lui, une telle posture  résulterait d'une incompréhension des mécanismes de la mondialisation, qui accélère des changements, certes douloureux pour certains, mais profitable à l'économie dans son ensemble : la mondialisation crée plus d'emplois qu'elle n'en supprime.

"L'aspiration protectionniste" est "paradoxale", selon Jean-François Jamet : l'Union européenne, premier exportateur mondial, est le principal acteur de la mondialisation et aurait donc tout à perdre en prenant des mesures de rétorsion. En effet, les négociations étant bloquées à l'OMC, une telle décision risquerait fort d'entraîner une "surenchère dans l'utilisation des barrières tarifaires et non-tarifaires".

Pour l'économiste,  il serait plus profitable d'"améliorer la compétitivité de l'environnement économique européen" et de prendre des "initiatives multilatérales pour promouvoir le respect des règles communes en matière sociale environnementale et de propriété intellectuelle". L'Union européenne aurait intérêt à défendre l'extension du modèle économique européen à l'échelon mondial, prenant ainsi en compte les effets bénéfiques des échanges commerciaux internationaux sur la croissance mondiale.


Lire l'analyse

Jean-François Jamet, "La préférence communautaire ou les illusions du protectionnisme européen", Fondation Robert Schuman, juin 2007