Derniers articles publiés

La parité au Parlement européen

Carte et comparatif 25.07.2019

Les lois adoptées par les Etats membres en faveur de la parité ont permis, ces dernières années, un accroissement certain du nombre de femmes élues, notamment au Parlement européen (41 % en 2019).

Le nombre de femmes en progrès constant

Le Parlement européen n'a jamais compté autant de femmes. Elles ne représentaient que 16 % de l'hémicycle en 1979, contre 41 % aujourd'hui. Un chiffre en constante progression à chaque élection. Le Parlement européen est en effet plus féminisé que tous les Parlements nationaux des Vingt-Huit, à l'exception de la Suède et de la Finlande.

La parité dans les parlements nationaux

10 commissions sur 21 attribuées (on en compte en tout 22), dont celles du Contrôle budgétaire, du Marché intérieur, des Transports ou encore des Affaires juridiques sont présidées par des femmes. En outre, 3 des 5 questeurs et questrices sont des femmes, et le Parlement compte 8 vice-présidentes sur 14.

Un progrès à relativiser

Toutefois, cette situation plutôt encourageante ne doit pas cacher que le Parlement européen n'a été présidé qu'à deux reprises par des femmes depuis 1979 - Simone Veil et Nicole Fontaine, soit 2 présidentes pour 16 présidents. De même, les présidences de groupes reviennent en majorité à des hommes. Ils sont encore aujourd'hui deux fois plus nombreux que les femmes à ces postes. Sur les sept groupes politiques de la mandature 2019-2024, seul le groupe socialiste est présidé par une femme, Iratxe Garcia Pérez, tandis que les Verts/ALE et la GUE/NGL ont instauré une coprésidence paritaire (partagée entre Ska Keller et Philippe Lamberts pour les écologistes et Manon Aubry et Martin Schirdewan pour la gauche radicale). Les Verts sont en outre le groupe qui compte le plus d'eurodéputées, avec 53 % de femmes.

Ainsi, si les femmes représentent près de 60 % du personnel administratif du Parlement européen, l'accession aux postes à responsabilité demeure plus compliquée. Par ailleurs, les Conservateurs et réformistes européens (CRE) et le groupe du PPE (droite traditionnelle) comptent seulement 32 % et 34 % de femmes.

Comment fonctionne le Parlement européen ?

Disparités nationales

Mais au delà des disparités entre les groupes, c'est entre les différents pays que les écarts en termes de parité sont les plus importants. Dans quatre Etats, on compte moins d'un quart de femmes parmi les eurodéputés. C'est notamment le cas en Slovaquie, qui ne compte que 15 % d'élues. A Chypre, les six eurodéputés sont des hommes.

En France, comme la loi l'impose, la parité est respectée, avec 50 % d'hommes et 50 % de femmes élus. La Belgique a fixé un quota similaire. Pourtant, le pays ne compte que 38 % d'eurodéputées. Car les Belges ne votent pas pour une "liste bloquée" comme en France : le mode de scrutin est "préférentiel", ce qui signifie que les électeurs peuvent ne choisir qu'un seul candidat, ou certains candidats de la liste qu'ils soutiennent.

Au total, huit pays de l'UE ont instauré un système de quotas. En Slovénie, en Espagne et en Croatie, les listes de candidats doivent compter au moins 40 % de femmes. Dans les faits, on dénombre 50 % d'eurodéputées en Slovénie, 47 % en Espagne et seulement 36 % en Croatie. Ailleurs, les seuils sont plus faibles : 35 % de femmes sont requis en Pologne, contre 33 % au Portugal, où 43 % de femmes ont néanmoins été élues en 2019. Tandis qu'en Roumanie (22 % d'eurodéputées), il est simplement exigé qu'aucune liste entièrement masculine ne se présente, comme l'explique le Parlement européen.

Au final, les Pays-Bas et la Lettonie (50 % de femmes), ainsi que le Royaume-Uni et le Danemark (47 %) font figures de meilleurs élèves européens puisque ces pays comptent une part de femmes importante au Parlement de Strasbourg alors même qu'ils n'ont pas recours aux quotas. De leur côté, la Finlande et la Suède, avec 54 % et 55 % d'eurodéputées, comptent plus de femmes que d'hommes élus.

Droits des femmes : quel bilan en Europe ?