Derniers articles publiés

La liberté de la presse en Europe

Carte et comparatif 13.01.2016

Chaque année, Reporters sans frontières publie un classement mondial sur la liberté de la presse. En Europe, les résultats des Etats membres affichent de fortes disparités. Si les pays scandinaves sont parmi les mieux classés dans le monde, ce n’est pas le cas de la plupart des pays méditerranéens et d’Europe du Sud-Est.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Méthodologie

La note méthodologique du "Classement mondial de la liberté de la presse 2015", établi par Reporters sans frontières (RSF), stipule que le but d’une telle hiérarchisation vise à refléter "le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays ainsi que les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté".

A cet égard, un questionnaire, permettant de mesurer le pluralisme, l’indépendance des médias, l’environnement et l’autocensure, le cadre légal, la transparence et les infrastructures, a été adressé "aux organisations partenaires de RSF, à son réseau de correspondants, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme".

L'Europe du nord en tête du classement

Parmi les 10 pays où la liberté de la presse est la mieux garantie, d’après le classement 2015 de Reporters sans frontières, 7 sont européens, aux côtés de la Nouvelle-Zélande (6e), du Canada (8e) et de la Jamaïque (9e).

6 de ces pays sont membres de l’Union européenne : la Finlande (1e du classement), le Danemark (3e), les Pays-Bas (4e), la Suède (5e), l'Autriche (7e) et l'Estonie (10e).

En 2014 il n'y avait que 5 pays membres de l'Union européenne : l'Estonie a gagné une place en 2015. A l'exception des Pays-Bas, qui ont perdu deux places, tous les Etats en tête du classement ont progressé en matière de protection des libertés de la presse.

La France et le Royaume-Uni critiqués

Dérive autoritaire en Pologne, l'Europe embarrassée.

Suivant le pas de la Hongrie dirigée par Victor Orban, le gouvernement Polonais a récemment mis en place des lois encadrant la liberté de la presse.

Ces changements ne seront pris en compte que dans le Classement 2016 de RSF.

De la 11e à la 20e place du classement figurent également un grand nombre de pays membres de l’Union européenne. C’est le cas de l'Irlande (11e), de l'Allemagne (12e), de la Slovaquie (14e), de la Belgique (15e) et de la Pologne (18e).

Tous ces Etats ont gagné entre 1 et 8 places entre 2014 et 2015. La République tchèque (13e) a conservé sa place, tandis que le Luxembourg en a perdu 15, passant de la 4e à la 19e place, selon RSF.

Dès lors, les classements de pays tels que Chypre (24e), le Portugal (26e), la Lettonie (28e), la Lituanie (31e), l'Espagne (33e), le Royaume-Uni (34e), la Slovénie (35e) et la France (38e, donc classée à la 22e place des Etats membres de l'Union européenne) apparaissent plus décevants.

Cependant, entre 2014 et 2015, seuls le Royaume-Uni et la Slovénie sont descendus au classement mondial. La France est, elle, remontée d'une place. Ce qui reste peu au regard de la progression de la majorité des Etats membres.

De plus, ces Etats figurent malgré tout parmi les mieux classés du monde, devant des pays comme les Etats-Unis (arrivés à 49e place) ou le Japon (61e).

Concernant la France, le rapport RSF regrette que le "projet de loi sur le secret des sources, décevant sur le fond, n'a toujours pas été adopté". L'organisme insiste en précisant que le pays connait "un niveau élevé de conflits d'intérêts".

Les journalistes en danger en Hongrie, Italie, Grèce et Bulgarie

Parmi les 7 Etats membres de l’UE classés au-delà de la 40e place mondiale, l'Italie affiche la plus importante chute de classement, passant de la 49e à la 73e place. Ce fut "une année difficile pour les journalistes, cibles de menaces notamment de la mafia et de procédures en diffamation abusives".

L'Italie reste néanmoins devant la Grèce (91e) et la Bulgarie (106e), mais passe derrière Malte, la Roumanie (52e) ainsi que la Hongrie (65e), fortement décriée lors du Classement 2014.

Comme cela était attendu suite à son adhésion à l'Union européenne, la Croatie (58e)a gagné 7 places.

L'avant-dernière place de la Grèce s'explique "notamment par la répression violente exercée par les forces de l’ordre à l’encontre de la presse dans les manifestations. Plusieurs procès et enquêtes […] ont été clos en 2014, laissant toute impunité aux policiers responsables de ces violences. Le climat d’insécurité est aussi renforcé par les attaques des militants d'Aube dorée contre des journalistes".

De surcroit, le climat économique grec a eu d'importantes conséquences sur le terrain du pluralisme, affectant autant la presse privée que les médias publics.