Derniers articles publiés

La culture dans l'Union européenne

Synthèse 12.01.2018 Jules Lastennet

Dans le domaine de la culture, qui relève encore largement de la compétence des Etats membres, l'Union européenne intervient en complément. Elle vient encourager la coopération européenne ou encore défendre la diversité culturelle. En outre, l'Année européenne 2018 est consacrée au patrimoine culturel.

Carrousel du Louvre

Carrousel du Louvre

L'Europe dans le monde

Comme partout dans le monde, les politiques culturelles relèvent, en Europe, de la compétence des Etats. Ces derniers sont libres dans la définition de leurs priorités et dans leurs choix budgétaires.

S'il n'existe donc pas de politique culturelle uniforme parmi les pays, le continent européen dans son ensemble est connu pour son action souvent ambitieuse dans ce domaine. Nombreux sont les Etats membres à défendre une politique culturelle protectrice vis-à-vis de la concurrence internationale. En effet, à l'initiative des Européens, les biens culturels sont traditionnellement exclus des négociations commerciales internationales.

Au niveau mondial, l'Europe est vue comme un espace incontournable pour la culture, dans l'ensemble des arts. Un très grand nombre d'artistes européens bénéficient ainsi d'une notoriété internationale et figurent régulièrement au sein des palmarès de festivals culturels.

La situation en Europe

A l'échelle du continent européen, les secteurs de la culture et de la création représentent environ 4,5% du PIB, ainsi que 3,8% des emplois.

L'Europe, comme d'autres régions du monde, est connue pour son important patrimoine culturel. Anciens et modernes, les lieux culturels sont répartis dans l'ensemble des 28 Etats membres de l'Union et constituent autant d'éléments de la diversité culturelle du continent. L'Europe, à travers le temps, a ainsi été un très grand pourvoyeur d'artistes et de créateurs, dont les œuvres sont souvent encore visibles dans les villes, sites historiques, musées ou encore bibliothèques européennes. Cet héritage culturel est d'ailleurs l'une des raisons principales de l'attractivité de l'Europe pour le tourisme. De plus, la dimension culturelle de l'Europe ne s'arrête pas à son patrimoine ou à une époque révolue et le continent est également réputé dans le monde pour sa vitalité artistique avec ses festivals (cinéma, théâtre, musique…), ses expositions ou encore sa littérature.

A cet égard, les Européens ont choisi le patrimoine culturel comme thème de l'Année européenne 2018, un événement qui permet de donner une grande visibilité à un sujet et de "susciter le débat et le dialogue dans et entre les pays". Cette Année européenne, peut-on lire sur le site officiel français, "permettra de promouvoir le patrimoine comme élément central de la diversité culturelle et du dialogue interculturel, de valoriser les meilleures pratiques pour assurer la conservation et la sauvegarde du patrimoine ainsi que de développer sa connaissance auprès d'un public large et diversifié".

L'Année européenne du patrimoine culturel

La politique européenne

Dans le domaine de la culture, l'Union européenne ne dispose que de compétences d'appui. Cela signifie que les Etats membres conservent très largement la main dans la définition de leurs priorités et dans la mise en œuvre de leurs orientations.

La politique culturelle naît ainsi en 1977 avec le Plan d'action culturelle de la Commission européenne. En 1992, avec le traité de Maastricht, les Européens reconnaissent que l'UE contribue à l'épanouissement des cultures nationales, dans le respect de leur diversité nationale. L'idée de "diversité culturelle" est consacrée. L'Europe s'implique dès lors dans la promotion de la création, dans le développement économique du secteur culturel, dans l'accès des citoyens à la culture, ou encore dans le rayonnement de la culture européenne dans le monde.

Festival de Cannes

Depuis 2014, la politique culturelle européenne dépend du programme Europe Créative, doté de 1,46 milliard d'euros de budget pour la période 2014-2020. Ce dernier est dédié au soutien à la création d'emplois et à la croissance du cinéma européen et des autres secteurs de la culture et de la création. Via le sous-programme MEDIA, l'UE accorde des subventions pour le développement de films et dispose d'un fonds de garantie pour faciliter l'accès à l'emprunt.

Plusieurs événements culturels européens ont également vu le jour au cours des dernières décennies. Parmi ceux-ci, le fameux concours de l'Eurovision, qui existe depuis 1956, ou encore le label de "capitale européenne de la culture", qui remonte à 1985. Chaque année, deux villes européennes sont à l'honneur, présentent leur dimension culturelle et organisent nombre d'événements. Concernant le cinéma, le Parlement européen remet depuis 2007 le prix Lux à un film européen contribuant à "diffuser différentes opinions sur quelques-uns des principaux enjeux sociaux et politiques du moment et, donc, à créer une identité européenne plus forte". Notons enfin que certains événements nationaux, et notamment français, comme la Fête de la musique ou les Journées européennes du patrimoine sont désormais organisés à l'échelle de l'Union.

Le fonctionnement de la politique européenne de la culture

Débats et perspectives

Sujet récurrent en Europe depuis plusieurs mois, les accords commerciaux internationaux concernent également la culture. Sous l'impulsion de la France et d'autres Etats membres, l'Union européenne a tenu à exclure les biens culturels des négociations avec des pays comme les Etats-Unis et le Canada qui, eux, y auraient été favorables. Le but est ici de protéger "l'exception" et la "diversité culturelle" européenne vis-à-vis de la concurrence des œuvres étrangères et notamment américaines.

Au sein de l'Union européenne, un autre enjeu prégnant est celui de la "territorialité des œuvres", qui signifie que les œuvres sont exploitées pays par pays. Principe central dans le financement des œuvres et la rémunération des auteurs et des artistes, il est ardemment défendu par ces derniers. Sa suppression au profit d'un marché unique européen impliquerait en effet, selon eux, une baisse drastique des financements.