Derniers articles publiés

La consommation énergétique des Européens et le réchauffemnt climatique

Actualité 17.04.2007

Ce sondage vise à comprendre quel lien les citoyens établissent entre la consommation énergétique et le réchauffement climatique. Il entend aussi évaluer leurs perceptions des diverses actions possibles en vue de combattre le réchauffement climatique et du rôle de l’Union européenne dans ce domaine.

L'action de l'Union plébiscitée

62 % des citoyens de l’UE pensent que le niveau européen est préférable à l'échelon national pour s'attaquer aux questions énergétiques. Les citoyens des pays de l’UE15 y sont en général le plus favorables. C’est en République Tchèque que la population est la plus sceptique, avec seulement 30 % de partisans de l'échelon européen, alors que les Espagnols sont les plus enthousiastes (75 % de partisans). Les Français sont proches de la moyenne européenne avec 64 % de répondants en faveur d’une action au niveau européen.

83 % des Européens souhaitent que l'Union européenne impose un pourcentage obligatoire de production d'énergie renouvelable pour tout les Etats membres, ainsi que l’a proposé la Commission européenne dans son plan d’action pour l’énergie et le climat.  

Les Européens témoignent de leur grande solidarité énergétique. Dans le cas où un Etat membre se trouverait victime d'une soudaine coupure de son approvisionnement en énergie, 79 % des Européens estiment qu'il pourrait se servir dans les réserves énergétiques de l'Union. Il existe sur cette question un large consensus dans la plupart des Etats membres.

Les Européens préoccupés par le réchauffement climatique

Les Européens témoignent d'un fort intérêt pour le réchauffement climatique : 87 % d’entre eux se déclarent préoccupés (dont 50 % des "très préoccupés") par cette question. Seulement 12 % ne se sentent "pas préoccupés".

Les pays les plus préoccupés sont les Espagnols et les Chypriotes, alors les Néerlandais, les Finlandais, les Lettons et les Estoniens témoignent d’une moindre préoccupation. Une vraie ligne de partage distingue les citoyens des pays du Sud de l’Europe, très préoccupés, et les pays du Nord, qui le sont beaucoup moins. Légèrement au dessus de la moyenne européenne, 90 % des Français se déclarent préoccupés par le réchauffement climatique.

82 % des Européens se disent conscients du fait que la production et la consommation d'énergie ont un impact négatif sur le changement climatique. Alors que 92 % des Espagnols établissent ce lien, seul 61 % de Chypriotes et d'Estoniens et 56 % de Bulgares le font.

76 % des Européens pensent qu’ils devront changer leurs habitudes de consommation d'énergie dans les dix prochaines années. 68 % pensent qu'ils auront à payer plus cher leur énergie dans 10 ans.

Quelles énergies pour demain ?

Pour 61 % d'Européens, la production d'énergie nucléaire doit diminuer. Les Français se situent ici dans la moyenne européenne, 59 % d’entre eux se prononçant en faveur de la réduction de la part du nucléaire dans la production d’énergie. 51 % des Belges et 48 % des Tchèques se prononcent en revanche pour un accroissement de la part du nucléaire dans leur énergie.

Par ailleurs, 85% des Européens considèrent qu'il est important de pouvoir choisir son fournisseur d’électricité et de gaz. Ils entendent ainsi pouvoir choisir leur fournisseur en fonction de ses tarifs et de la qualité de l’énergie qu’il propose.


Eurobaromètre Flash 206a

Ce sondage a été réalisé à la demande de la Commission, DG Transport et Energie par "The Gallup Organization". Les entretiens ont été réalisés par téléphone du 9 au 15 février 2007 et les résultats ont publiés en avril 2007. L'échantillon est de 25 800 personnes avec pour chaque pays un échantillon représentatif de la population âgée de 15 ans et plus.