Derniers articles publiés

La consommation d'énergie dans les Etats membres

Carte et comparatif 07.12.2020 mis à jour par Noémie Galland-Beaune

L'Union européenne s'est dotée d'un objectif d'efficacité énergétique visant à réduire de 20 % sa consommation d'énergie d'ici 2020 et de 32,5 % d'ici 2030. En 2018, la consommation d'énergie primaire dans l'UE était de 4,9 % supérieure à l'objectif de 2020 et de 22,0 % par rapport à l'objectif de 2030. Des chiffres globaux qui ne doivent pas faire oublier les fortes disparités entre les Vingt-Sept.

La consommation intérieure brute d'énergie correspond à la demande totale d'énergie d'un pays, soit l'énergie produite et importée dans chaque pays avant d'être transformée pour son utilisation finale.

Elle se distingue de la consommation finale d'énergie, qui, elle, correspond au total de l'énergie consommée par les "utilisateurs finaux" (les ménages, l'industrie, l'agriculture, les services, le transport).

1 tonne équivalent pétrole (TEP) est l’unité de référence pour mesurer la quantité d’énergie produite ou consommée. Pour produire autant d’énergie qu’une tonne de pétrole, il faut par exemple 1,5 tonne de charbon.

Depuis 1990, la consommation intérieure brute d'énergie (ou consommation d'énergie primaire) a beaucoup fluctué, avec un pic en 2006 (1 511 millions de tonnes d'équivalent pétrole (Mtep). Le niveau le plus bas a été atteint en 2014 avec 1 332 Mtep, soit un écart de 1,5 % par rapport à l'objectif de 2020. En 2018, la consommation d'énergie de l'UE est restée stable par rapport à l'année précédente avec 1 376 Mtep.

Mais elle a évolué de manière variable d'un Etat membre à l'autre. En 2018, la consommation d'énergie primaire a augmenté dans 12 des 27 Etats membres, tandis qu'elle est restée stable dans 4 et a diminué dans 11 pays européens.

La plus forte hausse a été enregistrée en Estonie (+ 9 %), en Lettonie (+5 %) et au Luxembourg (+4 %) et la plus forte baisse en Belgique (-5 %), Grèce et en Autriche (-3 % chacun).

La consommation finale d'énergie dans l'UE en 2018 était de 3,2 % supérieure à l'objectif d'efficacité pour 2020. Elle a augmenté dans 15 des 27 Etats membres et n'a diminué que dans 6 Etats membres. Les hausses les plus importantes ont été enregistrées à Malte (+6 %), en Irlande (+6 %), en Lettonie et au Luxembourg (+4 %), les baisses les plus importantes ont été celles de la Grèce (-5 %), l'Autriche (-3 %) et l'Allemagne (-1 %).