Derniers articles publiés

La "carte bleue" immigration en débat au Parlement

Actualité 04.11.2008

Passera, passera pas ? Le projet européen de "carte beue" immigration est soumis aujourd'hui, mardi 4 novembre, à un vote crucial, celui de la commission des libertés civiles du Parlement européen. Largement inspirée de la "green card" américaine, cette "carte bleue" a pour objectif d'attirer en Europe les travailleurs hautement qualifiés et à encourager leur immigration.

Une immigration choisie pour lutter contre la clandestinité ?

L'Union européenne devra faire face au cours des 20 ans à venir à une pénurie de compétence sur son territoire. C'est de ce constat qu'est partie la Commission européenne lorsqu'elle a présenté son projet de "carte bleue" en octobre 2007.

Carte bleue vs carte verte

1. La carte bleue ne donnerait pas droit à la résidence permanente. La carte verte procure un droit de résidence de dix ans.

2. La carte bleue serait valable deux ans et serait renouvelable.

3. La carte bleue autoriserait la liberté de mouvement dans tous les Etats membres après deux ans. La carte verte donne le droit de vivre et de travailler dans tous les Etats américains.

4. Les détenteurs de la carte bleue pourraient obtenir un statut de résidents longue-durée après cinq ans. Les détenteurs de la carte verte peuvent demander la citoyenneté américaine après cinq ans.

L'objectif : attirer en Europe des travailleurs hautement qualifiés et encourager leur immigration en créant des normes communes pour les procédures d'admission, aujourd'hui encore propres à chaque Etat membre.


Ewa Klamt, eurodéputée allemande (PPE-DE) à l'origine du projet au Parlement européen, cette carte permettrait donc de lutter contre l'immigration clandestine et de concurrencer les Etats-Unis qui attirent la majorité des personnes qualifiées des pays tiers.

En effet, à l'heure actuelle, 50 % des immigrants qualifiés originaires du Maghreb partent pour le Canada ou les Etats-Unis, contre 5,5% seulement pour l'Europe.

Pourtant, ce projet de "green card" à l'européenne pose encore de nombreuses questions.

La première, alors que les Vingt-sept harmonisent peu à peu leur politique en matière d'immigration, est de savoir si ce projet peut être un frein à la clandestinité.

La seconde est de savoir si ces mesures ne risquent pas d'entraîner une "fuite des cerveaux" vers l'Europe,a u détriment des pays en développement, notamment sur le continent africain.

Sur ce point, Ewa Klamt considère qu'il faut "éviter de recruter des personnes venant de secteurs vitaux dans les pays en voie de développement, comme ceux de la santé et de l'éducation", en précisant cependant que "cela n'exclura pas totalement le recrutement de personnes issues de ces catégories."

Ces différents points sont donc soumis aujourd'hui au vote de l'ensemble des eurodéputés, qui doivent également étudier un certain nombre d'autres rapports sur l'immigration, notamment relatifs aux employeurs de travailleurs clandestins.

 

La question de l'intégration au coeur de la conférence européenne de Vichy

La question de l'immigration est particulièrement au centre des débats cette semaine puisque, parallèlement au vote des députés sur la "carte bleue", les ministres européens de l'Intégration sont réunis depuis hier à Vichy sous la présidence de Brice Hortefeux.

Le Pacte européen sur l'immigration et l'asile

Adopté par le Conseil européen les 15 et 16 octobre dernier, ce pacte prévoit cinq engagements politiques, dont l'immigration choisie.

Réunis pour la première fois en novembre 2004 à Groningue, sous présidence néerlandaise, les ministres européens de l'Intégration ont fait adopté par le Conseil justice et affaires intérieures (JAI) du 19 novembre 2004 les principes de base communs en matière d'intégration.

La conférence de Potsdam, sous présidence allemande, en mai 2007, a consolidé les acquis de Groningue et ajouté une dimension nouvelle en engageant une réflexion sur le dialogue interculturel comme outil pour renforcer l'intégration.


La France entend inscrire la conférence de Vichy dans le prolongement de celles de Groningue et de Potsdam et des réflexions conduites par la Commission européenne avec l'appui du réseau des points de contacts nationaux intégration, constitué par des experts désignés par chacun des États membres.

Elle souhaite faire converger davantage les concepts et les pratiques au sein de l'Union européenne, autour des thèmes suivants : la promotion des valeurs de l'Union européenne, le parcours d'intégration, l'accès à l'emploi et la diversité dans l'emploi, l'intégration des femmes, le dialogue interculturel et la gouvernance des politiques d'intégration.

Ces thèmes constituent la trame d'un projet de déclaration qui est examiné à Vichy et sur lequel les premiers échanges ont eu lieu à Paris le 15 septembre entre les 27 États membres, au cours d'une réunion d'experts.

La France souhaite que ce projet, débattu par les ministres à Vichy, puisse servir de base à des conclusions qu'adopterait le Conseil JAI des 27 et 28 novembre et permette de faire progresser l'agenda commun des politiques d'intégration en Europe.

 

Sources

La "carte bleue" immigration soumise au vote en commission ce mardi - 03/11/08 - Parlement européen
Troisième conférence ministérielle européenne sur l'intégration - 03/11/08 - Présidence française de l'Union européenne

 

En savoir plus

Les 27 adoptent le Pacte européen sur l'immigration et l'asile