Derniers articles publiés

La BEI finance la première liaison trans-européenne en courant continu à technologie innovante

Actualité 07.10.2011

Hier, jeudi 6 octobre, était signé par la Banque européenne d'investissement (BEI) un contrat de prêt d'un montant de 350 millions d'euros pour financer la construction de l’interconnexion électrique France - Espagne. Un projet réalisé par Inelfe, RTE et REE qui permettra de mettre en place la première liaison trans-européenne en courant continu à technologie innovante, et de "doubler la capacité d’échange d’électricité entre la péninsule ibérique et le reste de l’Europe" comme l'a expliqué Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI. Cette liaison entrera en service en 2014. 

Le tracé

La nouvelle ligne d’interconnexion électrique entre l’Espagne et la France s’étend sur 64,5 km, dont 33,5 en France et 31 en Espagne. Elle relie les communes de Baixas, dans le Roussillon, et de Santa Llogaia, dans le haut Ampurdán (Espagne). La partie centrale de la ligne traverse les Pyrénées par le massif des Albères. Ce tronçon passera dans une galerie technique de 8,5 km de long, 1 km en Espagne et 7,5 km en France. Le reste de la ligne sera installé dans des tranchées et enterré.

Voir le tracé


"C’est un projet d’envergure et innovant au niveau européen. C’est la première fois qu’est installée une liaison électrique de cette puissance à courant continu. Cette nouvelle interconnexion entre la France et l’Espagne permettra de doubler la capacité d’échange d’électricité entre la péninsule ibérique et le reste de l’Europe.  Tout en améliorant la qualité et la sécurité de l’approvisionnement, elle renforce la compétitivité du marché européen de l’énergie." C'est par ces mots que Philippe de Fontaine Vice, vice-président de la BEI, a salué jeudi 6 octobre la signature d'un accord quadripartite avec RTE (l’opérateur du réseau de transport d’électricité français), REE (Red Eléctrica de España) et Inelfe (INterconnexion ELectrique France Espagne).

La banque s'est en effet engagé à financer, via un prêt, ce projet à hauteur de 350 millions d'euros, sur un coût total de 700 millions d'euros. Elle bénéficie d'un autre financement européen puisqu'elle est subventionnée par ailleurs par l’Union européenne à hauteur de 225 millions d’euros dans le cadre du programme EEPR (European Energy Program for Recovery).

 

Cette nouvelle ligne, qui devrait entrer en service en 2014, reliera les communes de Santa Llogaia (près de Figueras) et Baixas (près de Perpignan) via un tracé entièrement souterrain de 64,5 km (31 km en Espagne et 33,5 km en France). C'est de plus la première fois en Europe qu'une liaison électrique de cette puissance utilise la technologie innovante VSC (voltage source converter) avec la capacité de convertir très rapidement le courant alternatif en courant continu.

 

L'objectif premier de cette nouvelle interconnexion est de doubler la capacité d'échange d'électricité entre l’Espagne et le reste de l’Europe, passant ainsi de 1 400 à 2 800 MW. De façon très concrète, elle permettra :

  • d’améliorer la sûreté de fonctionnement du système électrique européen ;
  • d’améliorer la sécurité d’approvisionnement des systèmes électriques français et espagnol ;
  • d’améliorer, au niveau local, la qualité de l'approvisionnement en électricité pour les habitants du Roussillon et de l'Ampurdan ;
  • de favoriser l’écoulement et de mieux valoriser la production d’électricité issue des sources d'énergies renouvelables ;
  • de mieux intégrer le marché ibérique au marché électrique européen pour une meilleure compétitivité, avec une répercussion positive sur les prix de l’électricité en Europe ;
  • d'alimenter la partie espagnole de la future Ligne ferroviaire à Grande Vitesse Perpignan-Barcelone ;
  • de stimuler le développement économique et social des communes de chaque côté de la frontière avec des retombées significatives sur les entreprises locales et l’emploi durant la construction de l’interconnexion.

 

 

En savoir plus

Site Internet de la BEI

Site Internet d'Inelf