Derniers articles publiés

L'Université d'été du MEDEF sous le thème de l'Europe

Actualité 29.08.2006
José Manuel Barroso, © Communauté européenne, 2006

"En m'invitant, c'est l'Europe que vous avez associée à vos débats", a lancé le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, accueilli par les chefs d'entreprises françaises à Jouy en Josas pour l'ouverture de l'Université d'été du MEDEF.

Surpris par le rejet des Français de la mondialisation, José Manuel Barroso a souligné "certains amalgames dangereux qui amènent les citoyens à confondre dans un même mouvement de rejet la mondialisation et l'Europe".

Et d'ajouter : "ne nous berçons pas d'illusions : aucun pays européen n'infléchira seul le courant [de la mondialisation]. Nous ne sortirons gagnants de cette transition qu’ensemble. Mais à une condition : que nous engagions les réformes indispensables pour faire face à une concurrence mondiale toujours plus vive. Et pour remporter le pari de la croissance et de l'emploi dans l'Union européenne".

En mars 2000, lors du Conseil européen de Lisbonne, les dirigeants européens se sont fixé pour objectif de faire de l'Europe, d'ici à 2010, "l'économie de connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde".

 

Pour atteindre ces objectifs d'ici 4 ans, le président de la Commission européenne a appelé les Français à "Concilier l'inconciliable" :
- flexibilité et sécurité ;
- compétitivité et cohésion économique et sociale ;
- dimensions locales et mondiale ;
- diversité et unité.

Grâce à l'Union européenne, ce qui paraît inconciliable devient "compatible et solidaire" a défendu José Manuel Barroso pour qui l'Europe est le "trait d’union et l’espace de conciliation par excellence dans la mondialisation".

Répondant à la question du "comment ?", le président de la Commission européenne a appelé les Français à préférer "la sécurité de trouver un emploi", à "la sécurité de garder un emploi".

Il a par ailleurs rappelé que la politique européenne de cohésion économique et sociale auprès des régions était axée sur la croissance et l'emploi, associant tous les acteurs concernés au niveau européen [...] : les parlements nationaux, les partenaires sociaux, la société civile et l'Union européenne elle-même, "une et indivisible" sur la scène internationale.

Pour "stimuler la fibre innovante des entreprises européennes", M. Barroso a souligné le projet de la Commission européenne de créer un Institut européen de technologie, afin de faire "converger les trois pôles de l'économie du savoir – entreprises, petites et grandes, chercheurs et universités".

"Grâce à ses valeurs, à la citoyenneté et à son ouverture au monde", l'Union européenne est capable de concilier unité et diversité, a martelé le président de la Commission européenne. Une ouverture sur le monde qui passe par l'élargissement de l'Union européenne : "L'élargissement est la condition d'une Europe puissance et non de l'Europe miniature dont certains voudraient se contenter. C'est un vecteur de l'Europe en marche que j'appelle de mes vœux. Une Europe forte de sa singularité et confiante dans son projet", a-t-il déclaré.

Pour faire taire l'"europessimisme", "spectre qui hante l'Europe", José Manuel Barroso a conclu sur ces mots : l'Europe a besoin d'une "France ouverte, dynamique et confiante pour gagner la bataille de la mondialisation".



Sources


 José Manuel Barroso, président de la Commission européenne : Conciler l'inconciliable, Discours prononcé à l'Université d'été du MEDEF, Jouy en Josas, 29/08/06
 Le Président Barroso au MEDEF : le pari de la croissance et de l’emploi dans l’UE, Communiqué de presse, Commission européenne, 29/08/06
Le point sur... Université d'été du MEDEF, MEDEF