Derniers articles publiés

L'Union européenne a accueilli 538 000 nouveaux réfugiés en 2017

Carte et comparatif 02.05.2018

En 2017, les 28 Etats membres de l'Union européenne ont accordé un statut protecteur à 538 000 demandeurs d'asile. Un chiffre en baisse de près de 25% par rapport à 2016.

 

Plus de 60% des décisions positives octroyées dans un seul Etat membre : l'Allemagne

L'asile est une protection internationale garantie par un Etat sur son territoire. Il peut être demandé par un individu parce qu'il craint d'être persécuté du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. Toutes les demandes d'asile ne sont cependant pas automatiquement acceptées et ne le sont pas forcément dans les pays dans lesquels elles sont formulées, car la demande doit être formulée dans le premier pays de l'UE dans lequel le migrant arrive.

Il y a de grandes différences entre les Etats membres de l'UE quant à l'octroi de la protection aux demandeurs d'asile. Le plus grand nombre de personnes ayant obtenu un statut protecteur en 2017 a été enregistré en Allemagne (325 400, c'est 120 000 de moins par rapport à 2016), qui représente à elle seule 60% des décisions positives octroyées dans l'UE. Elle est suivie de la France (40 600, soit 5000 de plus par rapport à 2016), de l'Italie (35 100), de l'Autriche (34 000) et de la Suède (31 200). A noter que le nombre de réfugiés acceptés par rapport à la population de chacun des pays change considérablement d'un Etat à l'autre. Par exemple, Chypre a accepté 1300 réfugiés sur son territoire en 2017, soit un ratio de 1520 réfugiés pour 1 million d'habitants. Dans le même temps, la Hongrie a décidé d'accorder un statut protecteur à 1290 réfugiés, soit 10 de moins que Chypre, mais cela représente seulement 130 réfugiés pour 1 million d'habitants.

Augmentation des acceptations en période de crise migratoire

Source : Eurostat avril 2018.

Dans l'ensemble de l'Union européenne, la crise migratoire qui a débuté en 2015 a entraîné une très forte augmentation des acceptations de demandes d'asile la même année, où plus d'un million de demandes ont été enregistrées.

Les 28 ne sont toutefois pas parvenus à s'entendre sur la répartition des réfugiés. En septembre 2015, la chancelière allemande Angela Merkel décide en effet d'accorder l'asile à tous les réfugiés syriens arrivés sur le sol allemand. Mais la même année, la Hongrie ferme l'accès à son territoire par une clôture barbelée. Le système des hotspots, centres d'enregistrement des migrants destinés à répartir les nouveaux arrivants, n'a pas fonctionné. Face à l'afflux de migrants et de critiques européennes, l'Allemagne a rétabli le contrôle aux frontières, comme d'autres pays européens.

Syrie, Afghanistan et Irak : principaux pays d'origine 

Comme en 2015 et 2016, les principaux bénéficiaires d’un statut protecteur dans l’UE en 2017 ont été les citoyens de Syrie (175 800 personnes, soit 33% du nombre total de personnes ayant obtenu un tel statut dans les États membres de l’UE), suivis par les citoyens d’Afghanistan (100 700, soit 19%) et ceux d’Irak (64 300, soit 12%).

Source : Eurostat avril 2018

Parmi l’ensemble des personnes ayant obtenu un statut protecteur en 2017 dans l’UE, 271 700 se sont vu octroyer le statut de réfugié (50% de toutes les décisions positives), 189 000 la protection subsidiaire (35%) et 77 500 une autorisation de séjour pour des raisons humanitaires (14%). Il convient de noter que, tandis que les statuts de réfugié et de protection subsidiaire sont définis par la législation européenne, le statut humanitaire est accordé sur la base de la législation nationale.

De 12% à 89% de taux de reconnaissance entre les pays européens

Ces chiffres sont cependant à relativiser lorsque l'on s'intéresse au taux de reconnaissance des demandeurs d’asile, autrement dit la part des décisions positives dans le nombre total de décisions. Dans l'Union européenne, le taux de reconnaissance moyen est de 46%.

Par exemple, l'Irlande a accordé sa protection à 715 demandeurs d'asile en 2017, sur un total de 805 décisions rendues. Le taux de reconnaissance dans ce pays est donc de 89%. A l'inverse en République tchèque, seules 145 des 1190 demandes d'asile se sont avérées positives en 2017, c'est le taux de reconnaissance le plus faible de l'UE avec 12%. En France, seules 32 565 des 110 945 demandes d'asile se sont avérées positives en 2017, soit un taux de reconnaissance relativement faible, de 29 %. Le pays en Europe qui reçoit le plus de demande, l'Allemagne, a un taux de reconnaissance de 59%, soit 261 620 demandes positives pour un total de 524 185.