Derniers articles publiés

L'UE soutient l'indépendance du Kosovo

Actualité 30.03.2007

Le 26 mars, le Secrétaire général des Nations Unies a transmis au Conseil de sécurité des Nations Unies la proposition élaborée par Martti Ahtisaari, envoyé spécial pour le processus de détermination du statut futur du Kosovo. Les recommandations de M. Ahtisaari ont obtenu le soutien de l'Union européenne, des Etats-Unis et de l'OTAN.

L'indépendance comme "seule solution viable"

La Présidence allemande a affirmé qu'elle appuyait énergiquement la proposition du président Ahtisaari. De leur côté,les ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont félicités du rapport conjoint sur l’état des préparatifs concernant le futur de la présence européenne et internationale au Kosovo, lors de leur réunion informelle à Brême le 30 mars dernier. A ce sujet, M. Steinmeier a déclaré "Il importe maintenant que le Conseil de sécurité prenne dans un délai acceptable une décision qui garantisse la sécurité et la stabilité dans les Balkans".

Dans son rapport, Martti Ahtisaari, envoyé spécial pour le processus de détermination du statut futur du Kosovo, recommande une indépendance sous supervision internationale, qui serait la "seule option viable".

Après huit années d'administration de l'ONU, le Kosovo devrait accéder à un statut d’indépendance sous la supervision de la communauté internationale. La réincorporation à la Serbie n'est pas considérée comme une option viable.
L'envoyé spécial affirme aussi que l’administration internationale ne peut être maintenue. Pour lui, "la MINUK a beaucoup accompli au Kosovo, mais celui-ci ne saurait rester indéfiniment sous administration internationale".

Selon la proposition, la présence européenne et internationale au Kosovo devrait consister en un bureau civil international (BCI) et en une mission européenne de maintien de l’État de droit dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD). Un Représentant civil international, agissant comme Représentant spécial de l’UE, dirigera le BCI et la mission PESD.

Dans cette optique, Berlin a estimé que ces propositions visaient à encourager
la mise en place d'une société multiethnique, démocratique et basée sur l'Etat de droit. De plus, l'idée que ces recommandations jettent les fondements d'un développement économique et politique durable au Kosovo qui pourront contribuer à la stabilité dans toute la région, est très présente.

L'Union européenne et le Kosovo

Le processus de détermination du statut futur du Kosovo entre dans sa phase décisive avec la transmission de la proposition au Conseil de sécurité des Nations Unies.

L'adoption du rapport proposant l'indépendance sous surveillance de la province divise néanmoins les membres du Conseil de sécurité de l'ONU, alors que le Parlement européen se prépare à voter sur son propre rapport d'initiative soutenant le plan de l'ONU pour le futur statut du Kosovo.

L'Union européenne a toujours suivi de près le processus de normalisation de la région du Kosovo et les pourparlers sur le statut engagés sous l’égide de l’ONU. En juin 2005, lors d'un Conseil européen, les 25 ont affirmé appuyer la mise en oeuvre intégrale de la résolution 1244 sur le Kosovo du Conseil de sécurité des Nations Unies et de la politique de la MINUK selon laquelle il faut "des règles d’abord, un statut ensuite". Le Conseil européen a rappelé que l'Union demeurait attachée aux accords de Dayton/Paris et a encouragé les parties concernées à mettre pleinement en oeuvre les accords d’Ohrid et de Belgrade. Sous administration de l'ONU depuis 1999, la région appartient à la Serbie-et-Monténégro.

Dès que la question du statut sera réglée et qu’il sera mis en oeuvre, le Conseil établira un partenariat européen et évaluera la préparation du Kosovo à s’engager dans des relations contractuelles dans les mêmes conditions que les autres pays des Balkans occidentaux. Le Kosovo bénéficiera alors de 200 millions d’euros d’allocations au titre de l’assistance extérieure de l’UE pour les trois prochaines années.

Le Kosovo n'est pas encore reconnu par la Commission européenne comme candidat potentiel à l'adhésion de l'UE.

Sources :

Rapport de l’envoyé spécial du Secrétaire général sur le statut futur du Kosovo - 26/03/07 - Conseil de Sécurité - Nations Unies
Déclaration PESC de la Présidence du Conseil de l'UE - Communiqué de presse - Présidence allemande
Ouverture de la réunion informelle des Ministres des Affaires étrangères à Brême - Communiqué de presse - Présidence allemande
L’UE jouera un rôle clé pour assurer l’avenir du Kosovo - Communiqué de presse - Conseil de l'Union européenne

En savoir plus :

Elargissement où en sommes nous? Les candidats potentiels - Dossier d'actualité – Touteleurope.fr
Etats adhérents, candidats potentiels - L'UE en action – Touteleurope.fr