Derniers articles publiés

L'UE compte désormais 23 langues officielles

Actualité 31.12.2006


Depuis le 1er janvier 2007, l'UE compte trois nouvelles langues officielles. A la suite de l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie, le roumain et le bulgare ont été ajoutés à la liste des 21 langues officielles, ainsi que l'irlandais.


Contexte


L'Union européenne compte désormais 23 langues officielles : l'allemand, l'anglais, le bulgare, le danois, l'espagnol, l'estonien, le finnois, le français, le grec, le hongrois, l'irlandais, l'italien, le letton, le lituanien, le maltais, le néerlandais, le polonais, le portugais, le roumain, le slovaque, le slovène, le suédois et le tchèque.

Dès 1958, le Conseil de l'UE a posé le principe de la stricte égalité des langues nationales au sein de la communauté économique européenne (CEE). A l'époque, les six pays fondateurs n'utilisaient que quatre langues officielles : l'allemand, le français, l'italien et le néerlandais. Le principe de l'égalité est désormais consacré dans les traités communautaires.

L'utilisation de toutes ces langues améliore la transparence, la légitimité et l'efficacité de l'UE. Le multilinguisme est d'autant moins critiquable que son coût est réduit. Le coût total annuel de ces services est de 1 123 millions d'euros, soit 1% du budget général annuel de l'UE. Rapporté au nombre d'habitants, le coût est de 2,28 euros par personne et par an.

L'irlandais, 21e langue de l'UE


Lors d'un accord du Comité des représentants permanents des Etats membres (COREPER), le lundi 13 juin 2006, il a été décidé que l'Irlandais ou "langue gaëlique" d'Irlande serait une langue officielle de l'UE.

Les coûts annuels liés à ce nouvel élargissement linguistique de l'UE sont estimés à 3,5 millions d'euros, prélevés sur le budget communautaire. Environ 29 postes permanents de traducteurs et de correcteurs devraient être créés au sein des institutions européennes, celles-ci prévoyant également de recourir aux services de traducteurs indépendants (pour l'équivalent de 450 journées de travail par an).

La langue celte ne recevra pas tout à fait le même traitement que les autres langues officielles de l'Union, l'accord précisant que, "pour des raisons pratiques et sur une base provisoire", les institutions européennes ne seront pas soumises à l'obligation de traduire l'ensemble de leurs textes officiels dans cette langue.

Lors du dernier recensement organisé en Irlande, en 2002, 1,4 million d'Irlandais (sur un total de 4 millions) s'étaient déclarés "capables" de parler la langue originelle du pays.

D'autres langues parlées dans l'Union (notamment le catalan, le valencien, le basque et le galicien) pourraient également se voir accorder le statut de langue officielle et/ou de langue de travail, mais dans ces différents cas les coûts supplémentaires devraient être assumés par les Etats membres.

Sources

Foire aux questions sur la politique linguistique de l'Union européenne - Europa 
L'irlandais, 23e langue officielle de l'Union – Communiqué de presse 27/015/06 - Europa