Derniers articles publiés

L'extrême-gauche aux élections européennes 2014

Carte et comparatif 11.09.2014

Lors des élections européennes 2014, les partis européens d’extrême-gauche ont réalisé des résultats extrêmement différents d’un Etat à l’autre. Quasi inexistants dans la plupart des pays d’Europe orientale, les formations d’extrême-gauche ont en revanche obtenu des scores importants dans de nombreux pays d’Europe du Sud. Leurs résultats cumulés dépassent les 30 % en Grèce et à Chypre.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

D’un point de vue général, les partis européens d’extrême-gauche ont réalisé de meilleurs résultats lors des élections européennes en 2014 qu’en 2009. Le pays où la gauche radicale a enregistré son score le plus important est la Grèce avec des performances cumulées de 32,67 %. Ce résultat est à mettre principalement à l’actif du parti Syriza, emmené par Alexis Tsipras, qui fut d’ailleurs la tête de liste du groupe européen de la GUE lors des dernière élections européennes et candidat à la présidence de la Commission.

Parmi les autres Etats membres où les formations d’extrême-gauche ont obtenu de bons résultats figurent Chypre (30,78 %), l’Espagne (20,03 %), l’Irlande (19,5 %) et le Portugal (17,25 %). L’ensemble de ces pays a été particulièrement touché par les effets de la crise économique, puis par des politiques d’austérité, entrainant une certaine défiance des populations vis-à-vis des partis dits "de gouvernement".

A l’inverse, dans un nombre significatif d’Etats membres, les partis d’extrême-gauche demeurent inexistants ou presque. C’est le cas en Bulgarie, en Hongrie, en Lettonie, en Lituanie, en Pologne et en Roumanie, où aucun n’est parvenu à obtenir au moins 1 % des suffrages. Ces six Etats ont tous fait l’expérience du communisme durant la seconde moitié du XXe siècle et leur éloignement de l’Union soviétique à la fin de la Guerre froide a entrainé une disparition au moins temporaire des partis d’extrême-gauche.

A cet égard, la République tchèque et, dans une moindre mesure, la Slovénie, la Croatie et la Slovaquie font figure d’exceptions. En effet, le parti communiste de Bohême et Moravie a obtenu le score élevé de 10,98 % en République tchèque, lui donnant droit à 3 des 21 sièges tchèques au Parlement européen.

Enfin, à l'exception du Royaume-Uni où la gauche radicale est absente du paysage politique (sauf en Irlande du Nord), l’extrême-gauche a enregistré des scores modestes et stables dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest et du Nord. Ces formations ont obtenu 13,81 % des suffrages aux Pays-Bas, 9,3 % des votes en Finlande ou encore 8,6 % des voix en Allemagne.

En France, la principale formation politique de la gauche radicale fut le Front de gauche lors des dernières élections européennes. Mené par Jean-Luc Mélenchon, le Front de gauche regroupait notamment le Parti de gauche et le Parti communiste français et a obtenu 7,33 % des votes, arrivant en 6e position à l’échelle nationale.