Derniers articles publiés

L'Europe et vous : pilule de 3e et 4e générations, recherche sur le graphène et le cerveau humain, lutte contre l'extrémisme, protection des abeilles

Actualité 31.01.2013

Chaque semaine, Touteleurope.eu fait le point sur ce que l'Union européenne fait pour vous, pour vos droits, votre santé, votre vie quotidienne. Au menu cette semaine : l'Agence européenne du médicament examine nos pilules contraceptives, deux projets de recherche d'envergure remportent le pactole, et la Commission européenne déclare la guerre à l'extrémisme et aux pesticides

 

 

Risques potentiels des pilules de 3e et 4e générations : l'Agence européenne du médicament va trancher

L'Agence européenne du médicament (EMA) a pris cette semaine la décision de réévaluer l'examen des pilules contraceptives de 3e et 4e générations. Affirmant au début du mois de janvier qu'aucun indice ne permettait de justifier un arrêt de la prise de pilules de ce type, l'institution a finalement cédé cette semaine aux pressions de la France.

Les plaintes contre les pilules de de 3e et 4e génération, soupçonnées d'augmenter les risques d'accident vasculaire cérébral et de thrombose, se sont multipliées France suite à l'affaire "Marion Larat", poussant le ministère de la Santé à saisir les autorités européennes. Pour éviter un nouveau scandale lié au marché du médicament, la France a demandé début janvier le réexamen des pilules concernées par l'EMA. En France, 2.5 millions de femmes sont concernées.

Il revient désormais à l'Europe de déterminer si ces pilules génèrent un risque pour la santé supérieur à leurs consœurs. Si le danger est avéré, la France ordonnera la réduction des prescriptions de pilules de 3e et 4e générations au profit de celles de 2e génération.

 

"Jackpot !" pour la recherche sur le graphène et le cerveau humain

La Commission européenne  a désigné les deux lauréats du programme européen  "Future and Emerging Technologies" (FET), créé pour stimuler le domaine de la recherche en Europe.
Les projets "Graphène" et "Human Brain Project" vont se partager une enveloppe d'un milliard d'euros sur dix ans distribué par les fonds européens.

Le programme "Graphène" sera soutenu par des scientifiques de dix-sept Etats, sous la direction du professeur Jari Kinaret de l'université Chalmers (Suède). Matériau d'avant-garde composé de carbone, le graphène pourrait permettre des avancées technologiques dans des domaines variés tels l'aéronautique et l'automobile. Plus résistant que l'acier, meilleur  conducteur que le cuivre, la graphène pourrait vite devenir le nouvel " incontournable " de nos sociétés modernes.

Le programme "Human Brain" est coordonné par Henry Markram, professeur à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse). Vingt pays seront impliqués au projet. A terme, les chercheurs souhaitent reproduire sur ordinateur un cerveau humain. Un grand pas scientifique destiné à soigner les maladies neurologiques par de nouveaux traitements. En perçant l'une des plus grandes énigmes de la science, les chercheurs pourraient également réussir à appliquer aux ordinateurs le fonctionnement du cerveau humain.

La Commission européenne s'attaque à l'extrémisme

La Commission entame une bataille contre l'extrémiste. Mardi 29 janvier s'est tenue à Bruxelles  une conférence sur "les moyens de lutte contre l'extrémisme violent". Experts, ministres, représentants de la société civile, beaucoup ont répondu présent. Alors que l'UE déplore une hausse des actes radicaux, le Réseau de sensibilisation à l'extrémisme violent (RAN) tente de répondre aux inquiétudes.

De l'affaire "Anders Breivik" en Suède au choc "Merah" en France, les attentats se multiplient en Europe. Le RAN, qui remet en question les stratégies sécuritaires des Etats dans la lutte contre l'extrémisme, privilégie la méthode préventive.

Lors de cette conférence, quinze mesures visant l'éradication de l'extrémisme et du terrorisme ont été présenté. Le RAN recommande une coopération pluri-niveaux entre l'UE, les Etats membres et l'échelon local. Parmi les recommandations phares, on relève la mise en place d'une sensibilisation renforcée au danger de l'extrémisme au sein des écoles et des prisons.  La formation des forces de l'ordre à la détection de la radicalisation a été mise sur la table. Le RAN préconise également d'intensifier le dialogue entre les autorités et les membres de communautés. Insérés au plus près des mouvements radicaux, ils seraient les plus à même de rendre compte des dérives extrémismes sévissant au sein des diasporas et communautés. Enfin, pour éviter tout effet domino suite à une attaque terroriste, le RAN alerte sur la nécessité d'éradiquer tout élément de langage stigmatisant une communauté.

La Commission européenne favorable à la suspension des pesticides nuisibles aux abeilles

Ce jeudi 31 janvier, la Commission européenne préconise la suspension de pesticides mettant en péril les populations d'abeilles. L'institution demande que " Etats membres suspendent pour deux ans l'utilisation de ces pesticides sur les semences, en granulés et en pulvérisation pour les plantations qui attirent les abeilles".

Suite au rapport de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), dont les conclusions ont mis en évidence les risques encourus par les abeilles butinant les champs traités par des insecticides néonicotinoïdes, la Commission s'engagea quasi instantanément à prendre des mesures  "contraignantes" envers les Etats  de l'UE afin de préserver la santé de cet insecte polinisateur.

Les sociétés allemande et suisse Bayer et Syngenta sont à la pointe de la production des pesticides concernés. Si certains Etats membres, dont la France, ont déjà pris l'initiative d'interdire ces pesticides, la proposition de la Commission semble plutôt frileuse. Un règlement devrait être adopté en mars, sa mise en application n'étant pas envisagée avant le mois de juillet.

 

En savoir plus

EU Strategy for Combating Radicalisation and Recruitment to Terrorism [pdf] - Commission européenne