Derniers articles publiés

L'Europe et vous : mobilité professionnelle accrue et débats publics sur la formation des adultes et l'espace européen de justice.

Actualité 09.10.2013

Chaque semaine, Touteleurope.eu fait le point sur ce que l'Union européenne fait pour vous, pour vos droits, votre santé, votre vie quotidienne. Au programme de la semaine, une mobilité professionnelle accrue, deux débats publics sur la formation des adultes et l'espace européen de justice et un vote sur la sécurité alimentaire.

mobilité professionnelle

Mobilité professionnelle : un pas de plus franchi pour les travailleurs européens

Et si un moyen de juguler le chômage consistait à aller travailler dans un autre Etat membre de l’Union européenne ? Mercredi 9 octobre, un pas de plus a été franchi dans ce sens alors que le Parlement européen votait  la proposition de modernisation de la directive sur les qualifications professionnelles.

Le texte adopté a pour but de faciliter les procédures de reconnaissance pour les professionnels qui souhaitent s'installer ou fournir leurs services dans un autre Etat membre. 

Principale innovation, l’instauration d’une carte professionnelle européenne. Proposée pour certaines professions, elle permettra aux citoyens intéressés d'obtenir la reconnaissance de leurs qualifications de manière plus simple et plus rapide. Cette carte sera basée sur l'utilisation du système d’information sur le marché intérieur (IMI), un mécanisme d'alerte automatique visant les professionnels de la santé et de l’éducation qui seraient suspendus ou interdits d’exercice dans un Etat membre.

Enfin, les jeunes diplômés souhaitant accéder à une profession réglementée pourront bénéficier de cette directive pour pouvoir effectuer leur stage ou une partie de celui-ci à l'étranger.

Education : une étude sur les compétences des adultes souligne les améliorations à fournir dans ce domaine

Un adulte européen sur cinq a de faibles compétences en lecture, en écriture et en calcul, et un titre universitaire dans un même domaine ne garantit pas un même niveau de compétences selon le pays dans lequel il a été obtenu.

C’est le triste bilan que dresse la première étude internationale sur les compétences des adultes lancée conjointement par Mme Androulla Vassiliou, Commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, et M. Ángel Gurría, Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

L’étude, publiée mardi 8 octobre, a été réalisée en 2011-2012 dans 23 pays, dont 17 États membres de l’UE. Elle visait à évaluer les compétences de 5 000 individus âgés de 16 à 65 ans dans les domaines de la lecture, de l'écriture, du calcul et de la résolution de problèmes dans des environnements technologiques.

La Commission doit maintenant s’entretenir des résultats avec les Etats membres afin de remédier aux faiblesses constatées. Le nouveau programme Erasmus+ pour l’éducation, la formation et la jeunesse soutiendra à partir de 2014 des projets visant à développer et à améliorer les compétences des adultes.

Le futur de l’espace européen de justice en débat

A quoi ressemblera la politique de l'Union européenne en matière de justice en 2020? 

C’est la question à laquelle la Commission souhaite répondre en lançant, mercredi 9 octobre, un débat public portant sur cinq thèmes principaux : droit civil, droit pénal, droit administratif, Etat de droit et droits fondamentaux dans l’UE. Un appel à contributions est ouvert, jusqu’au 11 novembre 2013, à toute personne souhaitant participer à l’élaboration des futures politiques en matière de justice. 

Les documents de la Commission et les contributions seront ensuite examinés dans le cadre du forum européen sur l’avenir de la politique de l'UE en matière de justice qui se tiendra les 21 et 22 novembre à Bruxelles. Ce forum sera l’occasion de dresser le bilan des progrès accomplis et de recenser les principaux défis à venir.

Sécurité alimentaire : un recul pour le contrôle sanitaire de la viande de porc

Le scandale de la viande de cheval n’y aura rien changé : mercredi 9 octobre, les députés européens ont rejeté par 368 voix contre 268 la résolution de la commission de la sécurité alimentaire, qui visait à maintenir de manière systématique les incisions et palpations des bêtes avant de les déclarer propres à la consommation. Cette résolution "de veto" allait à l'encontre de la proposition de la Commission européenne, qui a donc obtenu gain de cause. Le texte finalement adopté propose de ne recourir à ces procédés que si "les données concernant l'origine de la viande, les inspections antérieures ou les contrôles visuels indiquent des risques possibles pour la santé publique". Si tel n’est pas le cas, les vétérinaires officiels pourront apposer la marque sanitaire après un simple contrôle visuel.