Derniers articles publiés

L'Europe et vous : du cheval, du poisson et du rail

Actualité 21.02.2013

Les eurodéputés appellent les Etats membres à mieux respecter les règles en matière d'étiquetage et à améliorer leur coopération sur la traçabilité des aliments. Il se penchent également sur le rejet des poissons, qui pourrait être introduit pour l première fois. La libéralisation du rail fait aussi la une, alors que le débat passe de la Commission au Parlement européen.

L'affaire du cheval arrive jusqu'à Strasbourg

La commission de l'Environnement du Parlement européen s'est penchée lundi 18 février sur le scandale de la viande de cheval retrouvée dans des lasagnes "pur bœuf". Les eurodéputés ont appelé les Etats membres à mieux respecter les règles en matière d'étiquetage et à améliorer leur coopération sur la traçabilité. En outre, ils souhaitent "plus de tests tout au long de la chaîne alimentaire, et des sanctions plus lourdes en cas de fraudes sur de la viande". Une nouvelle législation européenne n'a par contre pas été envisagée par les députés européens.

Vers une interdiction de rejet des poissons non désirés

Les membres de la commission de la Pêche au Parlement européen se sont exprimés mardi 19 février en faveur d'une interdiction des rejets de poissons non désirés. Actuellement, les pêcheurs rejettent en mer les poissons dont la taille ou l'espèce ne leur conviennent pas. Ces poissons meurent la plupart du temps, et cela pose en problème de gaspillage – indiquent les eurodéputés -, alors que la question de la surpêche est toujours à l'ordre du jour dans l'UE.

L'interdiction proposée par les élus européens concerne 35 espèces pêchées dans le Skagerrak (entre la mer du Nord et la Baltique) et entrerait graduellement en vigueur entre 2014 et 2016. En outre, cette interdiction serait doublée par un système de surveillance électronique à distance. Selon les intentions des eurodéputés, "les bateaux de plus de 12 mètres de long devront être équipés de caméras de télévision en circuit fermé (CCTV), de GPS et d'émetteurs". Ce système serait financé par le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche.

Le règlement sera voté lors de la session plénière d'avril.

Le débat sur la libéralisation du rail passe au Parlement

Les farines animales à nouveau dans vos plats

La Commission européenne a annoncé jeudi 14 février la réintroduction (à partir du premier juin 2013) des farines de porc et de poisson pour l'élevage des poissons. Interdites suite au scandale de la vache folle, ces farines ne constituent plus un danger pour la santé, estime l'exécutif européen. Pourtant, l'opinion publique européenne a mal réagi à cette annonce, surtout depuis l'explosion du scandale de la viande de cheval. Cette décision, approuvée en 2012 par les Etats membres pourrait peut-être être remise en discussion avant son entrée en vigueur.

Le commissaire européen au Transport, Siim Kallas, a présenté mardi  le quatrième paquet ferroviaire aux députés de la commission des Transports et du Tourisme. Il s'agit de six propositions législatives dont l'objectif est de compléter "l’espace ferroviaire européen". Selon les intentions de la Commission – qui estime ainsi enrayer le déclin du rail -, le marché des voyageurs nationaux devrait être ouvert à la concurrence d'ici 2019.

Les eurodéputés soutiennent les efforts pour rendre le rail plus efficace mais doutent de la volonté des Etats membres à suivre cette direction, surtout en ce qui concerne le financement. "Nous voulons tous, depuis des années, un rail plus efficace, mais la transposition de certaines règles par les Etats membres ne suit pas. Quant au financement, j’ai des sérieux doutes, eu égard au nouveau cadre pluriannuel …", a déclaré Mathieu Grosch (PPE, BE).

En outre, certains eurodéputés craignent que la libéralisation du rail endommage les lignes les moins rentables économiquement. "La combinaison entre accès libre au marché et contrats de service public risque d’engendrer du ‘cherry picking’, c’est à dire une concentration de l’offre sur des lignes rentables", a prévenu Said El Khadraoui (S&D, BE), "alors que pour le citoyen, seul un service fiable compte, même sur des lignes moins fréquentées". 

Le débat au Parlement continuera au printemps, alors que les Etats membres débattront de la proposition de la Commission le 11 mars prochain.

 

En savoir plus


Les députés veulent plus de contrôles et de sanctions dans la chaîne alimentaire – Parlement européen

Vers la première interdiction de rejet de poissons dans l'UE – Parlement européen

Une concurrence accrue pour sauver le rail: le débat est lancé au Parlement – Parlement européen

UE : le retour des farines animales sème le trouble – Le Monde