Derniers articles publiés

L'Europe et la réforme des universités

Actualité 03.10.2006

Réformer les universités: un enjeu européen, par Laurent Bouvet
Fondation Robert Schuman - Question d'Europe n°40 - 02/10/06
(en téléchargement libre)

Laurent Bouvet, professeur de science politique à l’université de Nice Sophia-Antipolis et à Sciences Po Paris, souligne dans cet article, les défis majeurs auxquelles sont confrontées les universités européennes dans leur ensemble et l’urgence des réformes à engager.

La situation préoccupante des universités européennes tient, selon l’auteur, à cinq lacunes essentielles : leur faible attraction dans un contexte de concurrence internationale accrue, un financement défaillant, un mode de gestion inadéquat, un effort d’investissement dans la recherche insuffisant et mal réparti et enfin, des formations inadaptées aux besoins de l’économie et de la société.

Malgré certaines réformes entreprises au niveau européen, notamment le processus de Bologne sur l’harmonisation des diplômes et des cursus, les objectifs assignés à l’éducation et à la recherche dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne, sont d’ores est déjà jugés hors d’atteinte par les experts nationaux et européens, et une véritable réforme des universités tarde à se mettre en place dans les Etats membres.

Devant ce constat, Laurent Bouvet, propose quelques pistes de réformes qui reposent notamment sur une augmentation importante des moyens financiers des universités ou encore la définition d’une gouvernance efficace et plus autonome. De plus, une meilleure adéquation entre formation et carrières professionnelles passe, d’après lui, par l’amélioration du suivi et de la formation des étudiants.

Dans un univers plus compétitif et bouleversé par l’apparition de la Chine, de l’Inde ou du Brésil, l’adaptation des universités européennes devient vital. Selon l’auteur, les années à venir vont être cruciales. Sans réformes, ce sont "la croissance économique, mais encore le progrès social et l’épanouissement individuel, qui seront condamnés au déclin".