Derniers articles publiés

[L'Europe en région] La Brasserie Guyanaise, rénovée grâce aux financements de l'Union européenne

Actualité 24.09.2020 Noémie Galland-Beaune

En 2012, la Brasserie Guyanaise a relevé le défi de commercialiser la première marque de bière locale : la "Jeune Gueule". Depuis, l'activité s'est largement développée mais reste en sous-capacité par rapport à la demande en Guyane. Grâce à un financement européen, elle a pu entreprendre des travaux afin d'améliorer sa production et d'étendre son rayonnement en Guyane.

Depuis 2012, la Brasserie Guyanaise a largement dévéloppé son activité. Grâce à des financements, elle va pouvoir répondre à une demande grandissante

Depuis 2012, la Brasserie Guyanaise a largement dévéloppé son activité. Grâce à des financements, elle va pouvoir répondre à une demande grandissante - Crédits : Collectivité territoriale de Guyane

En 2012, la bière artisanale "Jeune Gueule" de Guyane est lancée sur le marché. En 8 ans, les brasseurs n'ont cessé de développer et améliorer leurs recettes qui ont conquis le public local. Deux de leurs produits, la Weity et la Blaka ont même remporté à quatre reprises des médailles au concours général agricole du Salon International de l’Agriculture, comme l'indique leur site.

Victime de son succès, la Brasserie Guyanaise peine à faire face à la demande grandissante. "Aujourd'hui, on produit à peu près 400 000 bouteilles par année", expliquait en février dernier Frédéric Farrugia, le directeur de la brasserie lors d'une interview à La Première, mais cela reste encore "très peu par rapport au marché guyanais" qui lui représente "14 millions de litres, […] 40 millions de bouteilles". En effet, la marque "Jeune Gueule" représente seulement 1% du marché de la bière en Guyane. Ce chiffre s'explique par des capacités de production et d'exportation encore limitées. "Pour l’instant seules les communes du centre-littoral et quelques établissements de Kourou, Saint-Georges, Saint-Laurent et de Saül sont abreuvés", explique La Première.

L'Europe en région : la Guyane

Des travaux pour développer son activité

Le directeur de la Brasserie Guyanaise a donc entamé en 2018 des travaux pour doubler sa surface de production. "L’objectif est de produire plus car on est en sous-capacité de production face à la demande de nos produits", confiait à l'époque le dirigeant au micro de Radio Péyi. Il espère ainsi atteindre la production de 180 000 bouteilles par an dès la fin de l'année 2021 et passer ainsi un nouveau cap. Parmi les aménagements nécessaires pour développer l'activité, la brasserie a prévu notamment "de remplacer les cuves de 2 000 litres par de nouvelles" [La Première], mais également d'aménager l'espace de production et d'effectuer des travaux de voirie, de parking et d'ameublement.

Pour réaliser ce projet, la Brasserie Guyanaise a reçu une aide de l'Union européenne à hauteur de 70 000 euros. Son développement répond aux critères de l'objectif "augmenter l’accessibilité des zones isolées" du programme FEDER pour la Région Guyane. La situation ultrapériphérique de la région rend en effet plus difficile la diffusion des produits. L'aide apportée par l'Union européenne va permettre à la brasserie de s'implanter plus largement sur le territoire guyanais et de créer de nouveaux postes. Son développement pourrait également bénéficier à l'activité économique locale. "On a aujourd'hui cinq salariés à temps plein et une quinzaine d'emplois induits par notre activité, beaucoup de prestataires qui travaillent pour nous, qui eux-mêmes emploient des gens. On crée vraiment de l'activité avec la production locale," explique Frédéric Farrugia [France Info].

L'Europe finance la transition numérique dans l'ouest de la Guyane

La vanille guyanaise, fleuron de l'agriculture raisonnée européenne

 

L'Europe en région Guyane