Derniers articles publiés

[L'Europe en région] L'Europe soutient le "spiritourisme" en Martinique

Actualité 21.08.2020 Noémie Galland-Beaune

L'habitation La Salle, ancienne sucrerie de la commune de Sainte-Marie, au nord-est de la Martinique, a bénéficié de financements européens afin d'abriter un musée sur le rhum Saint James. Ce projet s'inscrit dans une volonté de soutenir le tourisme sur l'île, et notamment celui dédié aux spiritueux.

En mars 2020, la distillerie Saint James a ouvert, après 5 ans de travaux un nouvel espace muséologique dédié à la fabrication du rhum dans l'ancienne habitation La Salle

En mars 2020, la distillerie Saint James a ouvert, après 5 ans de travaux un nouvel espace muséologique dédié à la fabrication du rhum dans l'ancienne habitation La Salle - Crédits : Collectivité territoriale de Martinique

Avec 424,7 millions d'euros, soit 4,9% du PIB martiniquais en 2017, le tourisme représente une part non négligeable de la production de richesse de cette île des Caraïbes. Signe de son importance, il constitue aussi "l’un des seuls vecteurs de développement économique réellement porteur", dans un territoire où la création d'emploi est un "challenge permanent", explique la collectivité territoriale de Martinique. Afin de rester attractif pour les visiteurs, le tourisme sur l'île doit donc s'adapter aux nouvelles demandes.

Dans cette optique, la Martinique, célèbre pour ses rhums, met l'accent sur le "spiritourisme", ou tourisme des spiritueux. Près 800 000 personnes ont ainsi visité les distilleries de la Martinique en 2018 avant de rentrer chez eux, la valise souvent remplie de bouteilles de rhum. Un marché lucratif, qui a généré 100 millions de chiffre d’affaires sur cette année 2018.

L'Europe en région : la Martinique

L'aménagement touristique de la distillerie Saint James

Parmi les poids lourds de ce spiritourisme, la Martinique compte notamment la société Les Rhums Saint James. Pour susciter l'appétit des touristes, cette dernière a décidé de transformer l'habitation Lasalle, une ancienne sucrerie, en un musée dédié à la fabrication du rhum. "Cinq ans de travaux acharnés" et "plusieurs millions d'euros" ont été nécessaires pour aménager un espace touristique moderne, expliquait en mai Michel Fayad, directeur du musée du rhum Saint James. "Notre objectif est de proposer un package aux visiteurs, c'est-à-dire un circuit touristique complètement autonome, avec le parc de la distillerie, le musée du rhum, la visite de l'usine en fonctionnement, la visite de la maison de la distillation, la ballade dans le train des plantations, la visite de l'habitation Lassalle, où nous avons aussi installé un espace dédié au café", se félicite-t-il.

Au-delà de l'aménagement d'accès et de la création de nouveaux espaces, les fonds européens ont permis de lancer une application dédiée. Le spectateur peut ainsi visualiser son parcours et obtenir des informations sur les éléments de la visite. Hasard du calendrier, l'ouverture au public de l'habitation Lasalle était prévue le 16 mars 2020, la veille du début du confinement dans la région. "Nous venions juste de recruter cinq personnes pour l'ouverture de la structure", se lamente Michel Fayad...

Le coup de pouce européen

Pour les travaux de l'habitation La Salle, l'Union européenne a contribué à une hauteur de 40 %, soit près de 380 000 € de subventions. Un montant puisé dans les aides destinées à l'industrie touristique de la programmation 2014-2020 du Fonds européen de développement régional  et du Fonds social européen (FEDER – FSE).

La distillerie Saint James a pu obtenir ces financements non seulement car sa démarche participe d'une volonté de promotion de la Martinique comme zone touristique, mettant en avant la production locale et la culture de l'île, mais également car elle contribue à la création d'emploi dans la région.

En Martinique, l'Europe soutient la recherche et l'innovation à partir de la fibre de bananier

En Martinique, l'Europe soutient la culture de champignons de Paris

 

L'Europe en région : Martinique