Derniers articles publiés

[L'Europe en région] En Martinique, l'Europe soutient la recherche et l'innovation à partir de la fibre de bananier

Actualité 19.05.2020 Agnès Faure

Implantée en Martinique, l’entreprise FIBandCO donne une seconde vie aux troncs de bananier et développe une alternative au bois. Elle bénéficie de financements européens pour développer son activité de recherche et développement pour un design d’intérieur plus respectueux de l’environnement.

L'entreprise Fibandco utilise le tronc des bananiers pour remplacer l'utilisation du bois dans le design d'intérieur

L'entreprise FIBandCO utilise le tronc des bananiers pour remplacer l'utilisation du bois dans le design d'intérieur - Crédits : Collectivité territoriale de Martinique

FIBandCO est une entreprise martiniquaise qui a pour vocation de "développer et d’industrialiser des produits à partir de la fibre de bananier", résume son dirigeant Vladimir Hayot. Fondée en 2009, le fabricant se spécialise dans l’exploitation des troncs de bananiers qui ne sont pas valorisés après les récoltes. Alors que plus de 13 millions d’hectares de forêt disparaissent chaque année, "10 millions d’hectares de bananiers (…) sont toujours disponibles", peut-on lire sur le site de la société.

L’objectif de FIBandCO est alors d’utiliser les ressources de cette "herbe géante" pour remplacer l’utilisation du bois dans le domaine du design et limiter la déforestation. Son activité de recherche et développement a mené à la conception d'un revêtement décoratif "100% naturel" et "commercialisé partout dans le monde", baptisé Green Blade. Pour parvenir à ce résultat, l’entreprise utilise l’énergie solaire pour faire fonctionner son usine, permettant de réduire significativement son empreinte carbone dans son processus de fabrication.

L'Europe en région : la Martinique

Un soutien à l’innovation porté par l’Union européenne

Afin de stabiliser mais aussi d'améliorer les techniques de production actuelles, l’entreprise a recherché des financements à différentes échelles. Le fabricant de revêtement écologique s’est notamment tourné vers l’Union européenne, en répondant à un appel à projets de la Commission européenne dans le cadre du programme Horizon 2020. Sans succès, même si le projet a fait parti des 500 finalistes.

La collectivité territoriale de Martinique lui a ensuite conseillé de déposer un dossier pour bénéficier des fonds européens régionalisés. Fin 2006, l'entreprise a alors présenté un dossier de candidature  pour bénéficier du fonds européen de développement régional (FEDER). Celui-ci concentre ses investissements dans des domaines dits "prioritaires" qui comprennent notamment l’innovation et la recherche, le soutien aux PME mais aussi les projets pour une économie sobre en carbone.

Accordées en 2018-2019, ces subventions européennes financent pour moitié le projet de FIBandCO en lui attribuant une enveloppe de 517 212 euros sur un montant total de 1 034 424 euros. Ce soutien financier à l’innovation doit notamment permettre l’exploitation d’une plus grande partie de la feuille de bananier alors que seul le tronc est utilisé.

Les financements européens ont aussi permis à l’entreprise d’embaucher six personnes pour travailler sur la recherche et le développement, dont deux ingénieurs. "Un troisième [ingénieur] était sur le point d'être recruté juste avant le confinement", explique le responsable de la société. Ce n'est pas la seule conséquence de la crise sanitaire pour FIBandCO, dont l'approvisionnement en matériel reste pour l'instant en suspens : l'entreprise a en effet investi dans "des prototypes et des machines produites en Italie".

En Martinique, l'Europe soutient la culture de champignons de Paris

L'Europe soutient le "spiritourisme" en Martinique