Derniers articles publiés

L'Europe dans la présidentielle 2012 : le programme de Nathalie Arthaud

Actualité 20.03.2012

Pour la candidate de Lutte ouvrière, l'Europe actuelle a été construite par et pour la bourgeoisie, et non les travailleurs. Parce que les défis actuels ne peuvent plus se régler à l'échelle nationale, Nathalie Arthaud est favorable à une autre Europe, qui soit "réellement unie".

Fidèle à la ligne de la Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud défend une "unification réelle" de l'Europe, contre la "caricature" capitaliste actuelle qui, depuis 50 ans, favorise capitalistes et banquiers et met en œuvre la domination des pays européens les plus puissants (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie) sur les plus faibles.

Bâtie pour créer "un marché dans lequel la concur­rence est libre et non faus­sée", l'Europe actuelle n'est pas celle des peu­ples ni des tra­vailleurs. Pour autant, le parti de Lutte ouvrière met en garde contre "l’intervention de chaque État au service de sa propre bourgeoisie" entraînée par la crise économique, et alerte des dangers de politiques "de plus en plus protectionnistes", qui "pourraient ramener loin en arrière la laborieuse construction européenne".

En effet, la construction européenne est en soi nécessaire : la France seule ne peut résoudre les questions de production, de répartition des richesses, de gestion des ressources énergétiques ou d'environnement.


Mais elle doit aller, pour LO, dans le sens de l’unification des nations, de l’effacement des frontières nationales, de la libre circulation des hommes sur le territoire européen ainsi que sur l'ensemble de la planète. "L’uni­fi­ca­tion réelle de l’Europe est une néces­sité, et c’est l’avenir", affirme-t-elle sur son site de campagne. Ces "États-Unis socialistes d’Europe" seraient alors "le début d’une union de tous les peuples à l’échelle mondiale".