Derniers articles publiés

L'essentiel de l'audition de Michel Barnier, en live sur Touteleurope.fr

Actualité 13.01.2010

A l'occasion de l'audition de Michel Barnier, commissaire français désigné au Marché intérieur et Services financiers, Touteleurope.fr vous fais vivre minute par minute les moments forts de trois heures de débat. L'ancien ministre et eurodéputé a l'expérience européenne et a déjà pratiqué l'exercice de l'audition : sur le papier, en tout cas, c'est presque gagné pour Michel Barnier. Voyons donc si il saura répondre aux questions, plus ou moins malicieuses, des eurodéputés. Retrouvez également le débat sur Twitter.

 

16h35 : arrivée de Michel Barnier devant les eurodéputés.

 

16h36 : ouverture par M. Harbour (président de la commission Marché intérieur) qui demande aux eurodéputés de poser des questions "brèves mais incisives"

 

16h42 : introduction de Michel Barnier "Je me présente devant vous comme un homme politique qui se présente devant des hommes politiques"

 

"Mon ambition et ma stratégie seront de combiner le désir d'être ensemble et la nécessité d'être ensemble (...) et remettre au coeur du projet européen les citoyens, et au coeur du marché intérieur les consommateurs"

 

"Donner un nouvel élan au marché intérieur. (...) Grâce à la crise nous avons redécouvert le plaisir de travailler ensemble. (...) Mais la fragmentation du marché est un frein à la mobilité".

 

"priorités :
- assurer la confiance et la sécurité de notre marché intérieur ;
- valoriser la créativité et l'innovation : nous ne transigerons pas sur la protections des droits des créateurs, mais il faut mieux gérer collectivement les droit d'auteurs sur Internet ;
- mettre les consommateurs au coeur du marché européen; créer un 'social business act' ;


16h53 : Michel Barnier "Adenauer a beaucoup compté dans mon engagement politique et j'emporte une photo avec moi dans chacun de mes déplacements"

 

17h00 : question d'Evelyne Gebhardt sur la directive service : "allez-vous créer une clause d'impact social dans les nouvelles législations ?" Michel Barnier : "Oui, et même une étude d'impact environnemental. Je n'imagine pas une seule initiative qui n'irait pas dans le sens du progrès social".

 

17h05 : "je ne resterai pas dans mes bureaux, j'irai une fois par semaine dans un pays d'Europe, et notamment dans les régions"

 

17h20 : "Je ne conçois pas le marché sans les aspects sociaux. (...) Je veux travailler à donner au marché intérieur cette dimension humaine et sociale (...) lutter contre le dumping social. (...) Je veux créer le concept d'entreprises 'profitable' qui produisent mais prennent aussi en compte les aspects sociaux. C'est l'idée de 'social business act'".

 

17h25 : question de M. Salvini "Comment protéger les entreprises face à la contrefaçon et assurer la traçabilité des produits ?"

Michel Barnier : "je suis très attaché à la traçabilité des produits (...) pas de manière protectionniste, mais pour protéger les consommateurs. Je suis pour la concurrence loyale"


17h32 : "la Commission doit jouer son rôle de gardienne du marché intérieur. (...) Je veux réunir régulièrement les acteurs de ce marché pour échanger des bonnes pratiques."

 

17h34 : "le fil bleu dans mon comportement en tant que commissaire sera de réunir les gens. Je suis favorable à un forum des acteurs du marché intérieur. On a trop de fragmentation dans le marché intérieur."

 

17h35 : question de Mme Vergnaud sur les services. "Votre lettre de mission ne fait pas mention de la mise en oeuvre de la directive. Pouvez-vous vous engager à proposer une directive-cadre sur les services publics et si oui dans quels délais ?"

Michel Barnier : "Si je vous avez tout dit dans mes réponses écrites nous n'aurions plus rien à nous dire ! mais je m'inscris dans la politique de M. Barroso qui a proposé un cadre pour les services publics.(...) Votre idée c'est de lever toutes les ambigüités avec une directive-cadre. Mais ne faut(il pas une directive par secteur pour tenir compte des particularismes nationaux ? Mais je reste ouvert".

 

Mme Vergnaud : "Allez-vous proposer un instrument juridique et législatif pour ces services publics comme celui de la santé ?"

 

Michel Barnier : "Ce n'est pas le rôle de la Commission que d'aller empêcher au nom de la concurrence des services de s'exercer sur les territoires. Je serai dans le Collège avec ces convictions-là".

 

17h50 : "Je vais passer beaucoup de temps à expliquer que ce n'est pas le Parlement ou la Commission qui obligent la privatisation de tel ou tel service . On va pas faire porter à Bruxelles ce qui est fait au titre de la subsidiarité par la volonté politique des uns ou des autres !"

 

18h03 : "L'objectif est d'atteindre 7 milliards d'économies pour les petites et moyennes entreprises"

 

18h10 : "Je n'ai pas l'intention d'attacher mon nom et mon action à ce qui pourrait provoquer des régressions sociales"

 

18h12 : Conclusion de la 1ere partie de l'audition : "Le marché intérieur doit être au service des hommes et des femmes, et pas le contraire"

 

18h14 : Sharon Bowles (Commission ECON) prend la présidence de l'audition parlementaire : "J'aimerais vous soumettre 3 points : quelle coopération avec la commission parlementaire Affaires économiques et monétaires ? Quelles mesures pour réaliser l'impact cumulé du programme législatif sur la crise financière ? Quid du nouveau cadre de coopération avec les députés européens ?"

 

18h20 : "Nous allons vraiment réformer ! Aucun marché ne saurait échapper à une surveillance efficace".

 

18h20 : "Nous serons fidèles au travail de Jacques de la Rosière dans le domaine de la supervision financière".

 

18h22 : "Nous rendrons notre industrie financière plus compétitive avec de bonnes règles qui restaurent la confiance".

 

18h30 : Question de M. Bullmann à M. Barnier : "l'Europe sera-t-elle pionnière sur une taxe sur les transactions financières"?

 

18h38 : "Le directeur général que j'ai désigné ne sera pas britannique, il sera européen. Je ne prendrai aucun ordre de Londres, de Paris ou d'ailleurs"

 

18h43 : "J'ai besoin de temps pour construire mon agenda, mais ne laisserai de côté aucune des leçons de la crise"

 

18h50 : "Je ne vais pas vous dire qu'on va interdire/autoriser la privatisation dans les pays membres,il faut respecter la subsidiarité"

 

18h52 : "J'aurai le souci permanent de la défense des petits épargnants"

 

19h01 : "C'est l'intérêt de l'industrie financière britannique que d'être régulée efficacement"

 

19h04 : "Aucun marché financier, aucun territoire ne doit rester à l'abri d'une surveillance efficace"

 

19h08 : M. Langen à M. Barnier : "pendant 5 ans votre prédécesseur M. Mc Greevy a refusé de mettre en place une quelconque réglementation. Si vous la mettez vous-même en oeuvre, nous serons de votre côté"

 

19h16 : "ll faut que les produits financiers soient de qualité, ils faut qu'ils soient connus, il faut qu'ils soient traçables... c'est comme pour le vin !"

 

19h29 : "Ma feuille de route sera le G20"

 

19h29 : "Je suis prêt à aller plus loin sur la régulation de la rémunération des actionnaires"

 

19h33 : "Je me bats pour un monde plus juste, et je veux que l'Europe soit à la tête de ce monde-là"

 

19h40 : "Je serais favorable à consacrer une taxe sur les produits financiers à des grands enjeux : paix, développement, faim, écologie..."

 

19h50 : "Je voudrais qu'ensemble, nous réussissions à réconcilier les hommes et les femmes avec le grand marché"

 

19h50 : fin de l'audition de Michel Barnier