Derniers articles publiés

L'énergie éolienne en Europe

Carte et comparatif 03.12.2020 mis à jour par Noémie Galland-Beaune

En 2009, l'Union européenne s'est fixée comme objectif d'atteindre 20 % d'énergies renouvelables dans la consommation totale d'énergie d'ici 2020, un objectif en passe d'être atteint selon les chiffres de 2018 (18,9 % pour l'UE-27). D'ici 2030, cet objectif s'élèvera à 32% d'énergies renouvelables.  Parmi ces dernières figurent notamment l'énergie éolienne, et notamment les éoliennes maritimes, pour lesquelles la Commission européenne a dévoilé une stratégie à horizon 2050.

 

En 2019, la puissance totale d'énergie éolienne installée dans les 27 Etats membres de l'UE s'est élevée à plus de 167 gigawatts (GW) - 191,5 GW pour l'UE-28. Une augmentation notable sur les dernières années : en 2011, elle n'était que de 94 GW. Par ailleurs, l'UE a installé 10 GW de puissance supplémentaire en 2019 - 12 GW avec le Royaume-Uni.

La puissance installée correspond à la puissance maximale théorique de production d'électricité. Avant de regarder ces chiffres, il est important de noter qu'un mégawatt de puissance éolienne installé produit en moyenne moins d'électricité qu'un mégawatt (MW) installé dans une centrale nucléaire, car une éolienne ne fonctionne que si le vent est assez fort. Certains pays n'ont pas une situation météorologique qui leur permet de produire beaucoup d'électricité avec l'éolien, même s'ils en installent beaucoup.

Le mégawatt (MW) correspond à un million de watts. Le watt est l'unité internationale de mesure de la puissance et le mégawatt est fréquemment utilisé en production électrique. A titre d'exemple, un réacteur nucléaire français a une puissance installée comprise entre 900 MW et 1450 MW.

Selon Eur'Observer, consortium dédié à l'étude des énergies renouvelables dans l'UE, le marché éolien européen a conservé un dynamisme important malgré une faible demande en électricité et la crise de surcapacité du marché de l'électricité depuis la crise de 2009. Ainsi, plusieurs pays ont augmenté leur puissance installée. C'est notamment le cas des Pays-Bas avec la connexion du second plus grand parc éolien offshore en mer baltique (mis en service le 8 mai 2017), d'une puissance installée de 600 MW.

Fin 2019, les Vingt-Sept avaient donc une puissance installée cumulée d'environ 167 GW. Les pays qui y ont le plus contribué sont notamment l'Allemagne (60 GW), l'Espagne (25 GW), la France (16 GW) et l'Italie (10 GW). A l’inverse, Malte (0 GW), la Slovaquie (0,003 GW), la Slovénie (0,005 GW), la Lettonie (0,07 GW) et, le Luxembourg (0,1 GW) sont les pays dont la puissance installée est la plus faible.

Lorsque l'on s'intéresse non pas à la puissance installée, mais à la production éolienne pour 1 000 habitants, on remarque que le Danemark et la Suède sont largement en tête du classement avec l'Allemagne et l'Irlande, loin devant la France et l'Italie. En effet, en France, l'éolien représente 4,7 % de la production d'électricité nationale en 2017, soit une progression de 14,8 % par rapport à 2016, selon EDF.

Avoir une puissance installée d'énergie éolienne importante ne signifie pas pour autant que la part de la consommation d'énergie issue d'éoliens ou plus généralement de sources renouvelables est importante. Pour ce faire, l'Union européenne a imposé des objectifs contraignants fixant la part d'énergies renouvelables dans sa consommation totale d'énergie à atteindre pour chaque pays pour 2020, puis 2030.

Les énergies renouvelables dans l'UE

L'énergie éolienne de l'Union européenne provient, à l'heure actuelle, en grande partie d'installations terrestres. Pour développer davantage la l'installation d'éoliennes en mer -deux à trois fois plus productives que les éoliennes terrestres- la Commission européenne a présenté le 19 novembre 2020 sa stratégie sur les énergies renouvelables en mer. L'objectif affiché -porter la capacité de cette production, actuellement de 12 GW, à 60 GW d'ici 2030 et à 300 GW d'ici 2050- est présenté comme "réaliste et réalisable". Ainsi, 25% de électricité européenne pourrait provenir de la mer en 2050.