Derniers articles publiés

'L’avenir de l’UE: entre crises et mutations' : la vision de Maroš Šefčovič

Actualité 26.02.2013

Quel est l'avenir de l'UE ? Quelles perspectives l'Union peut-elle envisager malgré une crise économique sans précédent ? Quels sont les instruments en vigueur aujourd'hui pour avancer ? Invité par Sciences Po Paris, le vice-président de la Commission européenne Maroš Šefčovič a adressé lundi 25 février un long discours aux étudiants, ravis d'écouter l'un des meilleurs spécialistes des relations interinstitutionnelles de l'UE.

Tirer les leçons du passé

Rappelant les origines grecques du mot krisis (jugement), Maroš Šefčovič a souligné que cette référence nous renvoyait à la nécessité de décider et à un impératif de changement face à la crise sans précédent que nous traversons. Devant une assemblée d'étudiants appartenant pour la plupart au Master Affaires européennes, Maroš Šefčovič a cité dans un parfait français "l'une des plus grandes figures françaises du siècle des lumières", Voltaire, qui affirmait : "Le présent accouche, dit-on, de l'avenir." Pour le vice-président Šefčovič, "cette expression (…) semble tout à fait pertinente pour expliquer pourquoi le futur est avant tout une promesse, porteuse d'espoir ; pourquoi il convient de rester optimiste malgré les difficultés liées à la situation actuelle".

Maroš Šefčovič est Vice-président
Relations interinstitutionnelles et administration
  de la Commission européenne

Consulter sa biographie


Le commissaire slovaque a reconnu que l'Europe avait commis des erreurs entrainant de graves conséquences, en permettant pas exemple aux pays d'avoir des déficits publics importants sans respecter les règles d'autorité de l'Union européenne. "La crise illustre clairement que l'UE est inefficace lorsque des éléments intergouvernementaux dominent". "C'est vrai pour le Pacte de stabilité et de croissance, mais aussi pour la Stratégie de Lisbonne", a souligné le vice-président, regrettant que les Etats membres aient cherché à trouver des solutions individuelles sans agir ensemble. "Nous n'avons pas su anticiper les effets dévastateurs sur l'opinion des citoyens sur l'UE", a-t-il regretté.

Malgré tout, "nous avons des raisons d'être optimistes", a assuré Maroš Šefčovič. S'il n'y a pas si longtemps la mort de l'euro était annoncée, selon les dernières prévisions économiques, nous devrions sortir de la zone de turbulences", explique l'ancien diplomate slovaque.

Le point de vue du commissaire s'appuie sur le communiqué de l'exécutif européen sur les prévisions de croissance 2012-2014 publié quelques jours plus tôt et qui annonce une "sortie progressive de la zone de turbulences". Malgré une "activité économique (…) décevante au second semestre de 2012, (…) les principaux indicateurs laissent penser que le PIB a désormais atteint un niveau plancher dans l’UE et que l’activité économique devrait connaître une accélération progressive".

Les instruments de l'UE pour sortir de la crise

La reprise de l'activité économique de l'Union européenne s'explique en grande partie par la mise en place du Mécanisme européen de stabilité, un "pare-feu" permettant de supprimer le lien entre dettes bancaires et souveraines et d'améliorer le marché financier de l'UE.  Elle s'explique également, souligne Maroš Šefčovič, par des mesures de rigueur mises en place par les Etats membres. De nouvelles règles, le six-pack et le two-pack, permettent également à l'Union européenne de prévenir et de corriger les éventuels déficits des Etats membres. Au sujet de ces instruments, le vice-président s'est félicité d'un accord la semaine dernière entre les Etats membres et le Parlement européen qui autorise la Commission européenne à contrôler les budgets des Etats membres et à recommander des ajustements.

L'ancien diplomate a également mis l'accent sur les progrès réalisés depuis trois ans au sujet d'un nouveau système de régulation financière concernant notamment les banques.

Maroš Šefčovič est également revenu sur l'importance d'une Europe politique. Il a rappelé que l'Année européenne des citoyens 2013 et les futures élections du Parlement européen sont de formidables occasions de débattre sur le futur de l'Union.

 

En savoir plus :

'L’avenir de l’UE: entre crises et mutations' - 25/02/13 - Commission européenne

Prévisions d’hiver 2012-2014: sortie progressive de la zone de turbulences - 22/02/13 - Commission européenne