Derniers articles publiés

L'agriculture et la pêche dans l'Union européenne

Synthèse 28.08.2017 Vincent Lequeux

Quel poids représentent l'agriculture et la pêche au sein de l'Union européenne ? Quels sont les objectifs de la Politique agricole commune (PAC) et de la Politique commune de la pêche (PCP) ? Retrouvez l'essentiel sur ces deux sujets en 3 minutes.

La politique agricole commune (PAC)

Quelques chiffres sur l'agriculture et la pêche européennes

L'Union européenne est la deuxième puissance agricole mondiale. En 2014, la production agricole européenne représentait environ 406 milliards d'euros. L’État européen y contribuant le plus est la France (18% du total de l’UE), suivie de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de la Pologne. Ensemble, ces sept États membres représentent environ les trois quarts de la production agricole totale de l’UE.

Les céréales représentent 13% de la production agricole totale, la France en étant de loin le plus important producteur, suivie de l’Allemagne et de la Pologne. Elle est également le premier producteur de bovins, tandis que l'Allemagne et l'Espagne comptabilisent le plus grand nombre de porcs. Plus d’un mouton sur 4 est élevé au Royaume-Uni.

Les boissons, vins et alcools représentent la principale valeur des exportations agricoles (25 milliards d'euros en 2013), suivis par le lait et les produits laitiers (10 milliards d'euros) et les préparations à base de céréales (9 milliards d'euros).

Le nombre d'exploitations européennes était de 12 millions en 2010, la surface agricole atteignant alors 172 millions d'hectares, soit environ 40% du territoire européen.

La pêche européenne (capture et aquaculture) représente environ 6 millions de tonnes en 2014. Elle atteint 9 millions de tonnes en Inde, 21 millions de tonnes en Indonésie et 76 millions de tonnes en Chine. La pêche, l'aquaculture et la transformation des produits de la mer contribuent à moins de 1% du PIB de l'Union, et emploient environ 400 000 personnes. L'Union est le premier importateur mondial de poissons, fruits de mer et produits de l’aquaculture : plus de 60% des besoins de l'UE en produits de la pêche proviennent de pays tiers.

 

Politique agricole commune : comment ça marche ?

La Politique agricole commune (PAC) a été créée en 1962, dans le but de moderniser et de développer l'agriculture européenne. Depuis, ses objectifs ont évolué pour mieux prendre en compte le respect de l'environnement, la qualité de l'alimentation et l'aménagement des territoires à travers le développement rural. Principale dépense de l'UE, la politique agricole est l'un des domaines dans lequel l'intégration a été la plus poussée.

Elle repose principalement sur un système de soutien aux revenus des agriculteurs, auquel s'ajoutent des outils de gestion économique et des mesures en faveur du développement rural.

Les aides directes aux agriculteurs représentent aujourd'hui le principal instrument de la PAC (environ 70% du budget). Elles visent à donner aux agriculteurs un revenu minimal garanti, indépendamment de leur production.

Une organisation commune des marchés agricoles (OCM) régit la gestion des marchés, les normes de commercialisation des produits et les exportations et les importations de l'UE (subventions à l'exportation, intervention publique et stockage, aides à la production, quotas...).

Inaugurée en 2003, la politique de développement rural a pour objectif de maintenir le dynamisme socio-économique des territoires ruraux. Son enveloppe (20 à 25% du budget de la PAC) finance un large panel de mesures : modernisation des exploitations, promotion du tourisme rural, agriculture biologique…

Politique agricole commune : comment ça marche ?

Le budget de la PAC

La PAC représente environ 40% du budget de l'Union européenne. Sur la période 2014 – 2020, il est de 362,8 milliards d'euros, répartis en 278 milliards d'euros d'aides directes et de soutien au marché, et 85 milliards d'euros pour le développement rural.

La France bénéficie d'une enveloppe d'environ 7,5 milliards d'euros d'aides directes par an, et 1,6 milliard d’euros par an pour le développement rural.

La PAC des origines à nos jours

Mentionnée dès 1957 dans le traité de Rome, la Politique agricole commune a été mise en place en 1962. Elle reflète, à l'époque, la nécessité d'augmenter la production alimentaire dans une Europe dévastée par des années de guerre.

Au terme de longues négociations, la PAC voit le jour en 1962 avec l'instauration de trois instruments fondamentaux (taxes à l'importation, prix garantis et restitutions aux exportations) permettant d'écouler la production agricole quelle que soit sa quantité : vendue sur le marché interne, rachetée par la Communauté ou exportée dans les pays tiers.

Rapidement, la PAC remplit ainsi ses objectifs : elle stabilise les prix, augmente les revenus des agriculteurs, assure l'approvisionnement à un coût raisonnable pour les consommateurs, et augmente considérablement la productivité et la production agricoles de la Communauté.

Mais elle montre également ses effets pervers à partir des années 1970 : explosion des coûts de gestion de la surproduction, négociation du rabais britannique, reproche de concurrence déloyale de la part des pays tiers, effets néfastes sur l'environnement… afin de juguler la surproduction, les Européens mettent alors progressivement en place plusieurs mesures (quotas laitiers, primes à la diversification ou au gel des terres, développement rural, mais surtout "découplage" des aides aux producteurs en remplaçant les prix garantis par des aides directes non liées à la production).

A nouveau réformée en 2013, la PAC donne plus de flexibilité aux Etats dans l'orientation des aides aux agriculteurs. Un système d'aides à l'hectare est prévu pour 2019 et des enveloppes nationales et régionales sont prévues pour réduire les écarts importants entre les aides que perçoivent les agriculteurs. La PAC fait aussi l'objet d'un "verdissement", 30% des aides directes étant ainsi liées au respect de pratiques agro-environnementales. Enfin, en cas de crise, la Commission européenne peut temporairement autoriser les producteurs à gérer les volumes mis sur le marché.

Les grandes étapes de la PAC, de 1962 à nos jours

La PAC 2014 - 2020

La politique commune de la pêche

A l’origine, la Politique commune de la pêche est partie intégrante de la Politique agricole commune. Ce n'est que dans les années 1970, à la suite des restrictions imposées par les pays tiers qui s'approprient des zones de pêche exclusives, qu'une politique distincte va progressivement apparaître. C'est en 1983 qu'une politique commune de la pêche autonome est alors créée, avec pour objectif d'assurer une répartition plus harmonieuse des ressources entre Etats membres.

En 1992 puis en 2002 et en 2013, des réformes s’efforcent de remédier aux graves déséquilibres entre la capacité de la flotte et les possibilités de capture. L'accès aux ressources est ainsi réglementé afin de réduire la surcapacité, tandis que la réduction de la flotte communautaire s'accompagne de mesures structurelles pour en atténuer les conséquences sociales.

Le fonctionnement de la PCP

Les évolutions de la PCP, des années 1970 à nos jours

PCP : la réforme de 2013

 

Sources :

  • La politique agricole commune (PAC), Jean-Christophe Bureau, 2007, La Documentation française.