Derniers articles publiés

L'agenda européen : Sommet européen, élections tchèques et slovènes, référendums en Italie...

Agenda européen 17.10.2017

Avec l'agenda de Toute l'Europe, ne manquez pas les prochains événements européens : élections, sommets, actualités des États membres...

L'agenda politique européen

Jeudi 19 et vendredi 20 octobre : Conseil européen

Agenda européenLes chefs d'Etat et de gouvernement vont se réunir à Bruxelles lors d'un Conseil européen les 19 et 20 octobre. Lors de cette rencontre vont être abordés :

  • La migration avec des discussions concernant l'efficacité des mesures prises contre l'immigration illégale. La possibilité de mettre en œuvre des mesures supplémentaires pour venir en aide aux pays d'arrivée des migrants devrait également être évoquée.
  • L'Europe du numérique avec l'approfondissement des travaux engagés lors du sommet de Tallinn du 29 septembre.
  • La coopération en matière de sécurité et de défense, au travers de la coopération structurée permanente.
  • Diverses questions de politique étrangère, notamment la question des relations avec la Turquie.
  • Michel Barnier présentera l'état des négociations sur le Brexit, après le 5ème cycle de négociations (9-12 octobre). Le Conseil pourrait décider l'ouverture de "discussions préparatoires internes" sur les relations futures avec le Royaume-Uni.
  • En outre, la Catalogne et l'accord sur le nucléaire iranien, qui ne figurent pas à l'ordre du jour, devraient toutefois être également discutés selon l'AFP.
  • Enfin, lors de ce Conseil Emmanuel Macron, au travers de la déclaration 52 annexée au traité de Lisbonne, devrait reconnaître officiellement les symboles européens.

Asile et migrations dans l'Union européenne

Le numérique dans l'Union européenne

La Politique étrangère et de sécurité commune

Qu'est-ce que le Brexit ?

Vendredi 20 octobre : Législatives anticipées en République tchèque

Agenda européenLes Tchèques sont appelés à voter pour renouveler leur Chambre des députés. Les 200 sièges de la chambre basse du parlement sont en jeu lors de ces élections, qui voient un nombre record de candidats se présenter, souligne l'Observatoire des Elections de la Fondation Robert Schuman.

D'après les derniers sondages c'est le parti populiste Action des citoyens mécontents (ANO), avec à sa tête le milliardaire et ancien ministre des Finances Andrej Babiš, largement vainqueur des intentions de vote (30,9%). L'ANO base sa campagne sur l'expérience de chef d'entreprise de son dirigeant.

Le parti social-démocrate (CSSD), actuellement au pouvoir et dont la campagne porte sur une hausse des aides sociales et des salaires, arrive second (13,1%). Avec un programme social proche mais qui promet également de réintroduire le socialisme et de sortir de l'OTAN, le parti communiste de Bohème et Moravie pourrait obtenir 11,1% des suffrages. Enfin le parti démocrate et civique (ODS) atteint 9,1% des intentions de vote avec une campagne fondée sur la baisses des impôts et des dépenses publiques.  

Dimanche 22 octobre : 1er tour des élections présidentielles slovènes

Agenda européenAlors que se termine le mandat du social-démocrate Borut Pahor, les Slovènes sont appelés à choisir un nouveau leur futur président de la République. Celui-ci est élu au suffrage universel direct pour une durée de 5 ans, renouvelable une fois. 9 candidats sont en lice.

Parmi eux, on retrouve le président en exercice Borut Pahor, candidat à sa réélection et favori des sondages avec 44,7% des intentions de vote. L'ancien acteur Marjan Šarec se présente en tant qu'indépendant de gauche et recueillerait 17,2% des voix. Ljudmila Novak, du parti de centre-droit Nouvelle Slovénie (NSi), obtiendrait 6,8% des suffrages. Romana Tomc, du parti de centre-droit Parti démocratique (SDS), atteindrait la 4ème position avec 5,2% des bulletins de vote. Les autres candidats obtiendraient moins de 3% des voix.

Dimanche 22 octobre : Référendum consultatif pour une plus grande autonomie de la Lombardie et de la Vénétie

Agenda européenDécidé en avril 2017 par Roberto Maroni et Luca Zaia, respectivement présidents de la Lombardie et de la Vénétie, le référendum consultatif questionne les citoyens sur leur volonté d'obtenir plus d'autonomie, notamment sur le plan fiscal, vis-à-vis de l'Etat central. N'ayant pas de force légale, cette consultation vise à faire pression sur Rome pour obtenir l'ouverture des négociations.

Le référendum est organisé par les deux présidents de région membres de la Ligue du Nord, parti régionaliste d'extrême-droite qui prône la séparation du nord de l'Italie du reste de la péninsule. Ce vote va se dérouler alors que le référendum d'autodétermination de la Catalogne a eu lieu le 1er octobre et que les incertitudes demeurent quant aux issues possibles de la crise catalane.

Contre-manifestation en Catalogne : des drapeaux espagnols par milliers à Barcelone

Lundi 23 octobre : Le Conseil se prononce sur la directive "travailleurs détachés"

Agenda européenJuste avant le vote du Parlement européen sur cette question, les ministres du travail se réunissent le 23 octobre pour prendre position sur la révision de la directive concernant les travailleurs détachés. Les ministres du Travail doivent trouver un consensus : à l'Ouest de l'Europe les Etats membres sont favorables à une profonde révision du texte pour mieux encadrer le détachement de travailleurs, tandis que les pays de l'Est ne souhaitent que des modifications à la marge.

Révision de la directive sur les travailleurs détachés : dix jours décisifs

Du lundi 23 au jeudi 26 octobre : Session plénière du Parlement européen

Agenda européenLe Parlement européen se réunit à Strasbourg pour une session plénière. Devraient être votées, entre autres, des propositions visant à :

  • renforcer le système d’alerte rapide de l’UE et l’évaluation des risques pour les nouvelles substances psychoactives (NSP).
  • améliorer les conditions de vie et de travail et protéger la santé des travailleurs contre les risques spécifiques résultant de l’exposition à des agents cancérigènes. Les valeurs limites d'exposition à ces produits cancérigènes seront notamment revues. Chaque année au sein de l'Union européenne, 53% des décès dus à des maladies professionnelles sont imputés au cancer.
  • réviser le système d’entrée/sortie (EES) de l'espace Schengen pour accélérer, faciliter et renforcer les procédures de contrôles aux frontières extérieures des États membres.
  • adopter le budget de l'UE pour l'année 2018. La Commission européenne a proposé une enveloppe de 160, 6 milliards d'euros.

C'est également le 26 octobre que le Parlement nommera le lauréat du prix Sakharov pour la liberté de l'esprit. Créé en 1988, ce dernier récompense une personnalité ou un collectif qui défend les droits de l'homme et les libertés fondamentales.

Mercredi 25 octobre : Edouard Philippe présente un plan d'action sur la mise en œuvre du CETA

Agenda européenLe Premier ministre français va présenter un plan pour réguler la mise en œuvre de l'accord de libre-échange avec le Canada. Alors que le CETA est rentré en vigueur provisoirement dans l'attente des ratifications parlementaires nationales, le gouvernement souhaite ainsi répondre aux nombreuses critiques émises à l'encontre du traité. La décision du gouvernement intervient après qu'Emmanuel Macron a critiqué, lors du Conseil européen du 19 et 20 octobre, la multiplication des projets d'accords de libre-échange impulsés par la Commission.

Qu'est-ce que le CETA ?

Mercredi 25 octobre : vote sur le renouvellement de l'autorisation du glyphosate

Agenda européenAprès la réunion d'experts du 5 octobre qui n'a pu aboutir à une décision, un nouveau vote visant à renouveler l'autorisation cet herbicide controversé pourrait avoir lieu le 25 octobre, d'après une source de la Commission citée par Le Monde. La décision sera prise par un comité spécialisé d'experts représentant les Etats membres.

Alors que sa licence doit expirer le 29 décembre, les polémiques se multiplient autour du glyphosate. En effet, de nombreuses révélations ont eu lieu sur les méthodes de falsification d'études faites par la société Monsanto qui le commercialise, afin de rendre ce produit légal.

Les Vingt-huit sont divisés sur le renouvellement de son autorisation pour 10 ans. Seules l'Autriche, la France et l'Italie ont ouvertement fait savoir qu'elles voteraient contre.

Faut-il avoir peur du glyphosate ?

Jeudi 26 et vendredi 27 octobre : Conférence des présidents des régions ultrapériphériques

Agenda européenLes présidents des régions ultrapériphériques (RUP), territoires des Etats membres de l’UE situés hors du continent européen, vont se réunir à Cayenne (Guyane française). Le but de cette conférence est de rassembler les différents acteurs impliqués dans l'avenir de ces régions et leur donner un poids plus important dans les décisions qui les concernent. Le président français Emmanuel Macron, la ministre des Outre-mer Annick Girardin ainsi que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker seront présents.

Membres de l'Union européenne, les RUP sont aujourd'hui au nombre de 9 :

  • cinq départements français d’outre-mer : Martinique, Mayotte, Guadeloupe, Guyane et Réunion
  • une collectivité d’outre-mer française : Saint-Martin
  • deux régions autonomes portugaises : Madère, Açores
  • une communauté autonome espagnole : Îles Canaries.

Du 6 au 17 novembre : COP 23 à Bonn

Agenda européenLes îles Fidji président cette année la vingt-troisième Conférence des parties (COP) sur le changement climatique, qui aura lieu à Bonn (Allemagne), pour des raisons logistiques. Cette conférence est l'occasion de faire le point sur les avancements de la mise en œuvre des accords de Paris de 2015. Mais c'est surtout l'élaboration de lignes directrices pour cette mise en œuvre qui va être évoquée, afin qu'elles soient prêtes pour la COP 24 se déroulant en Pologne en 2018.

Vendredi 20 novembre : Choix des villes d'accueil pour les agences européennes basées à Londres.

Agenda européenSuite au Brexit, l'Agence européenne du médicament (AEM) et l'Autorité bancaire européenne (ABE) quitteront la capitale britannique fin mars 2019. Le conseil des Affaires générales départagera le 20 novembre les 23 villes candidates pour accueillir leurs sièges : 19 pour l'AEM dont Lille, Bonn, Copenhague ou encore Bruxelles, et 8 pour l'ABE dont Paris, Francfort, Dublin et Luxembourg. La décision est attendue car l'accueil de ces agences représente un enjeu économique important pour les villes. L'AEM est chargée du contrôle et de la supervision des médicaments vendus dans l'UE. Quant à l'ABE, elle veille sur le secteur bancaire européen.