Derniers articles publiés

L'abstention, grande gagnante des Européennes ?

Actualité 14.04.2009

J – 55. Les élections européennes approchent et, déjà, se profile à l'horizon une victoire écrasante de … l'abstention. Selon un sondage Eurobaromètre à paraître prochainement, le taux d'abstention pour les élections européennes du 7 juin pourrait atteindre 66 %. Réalisée dans 27 Etats membres, cette enquête annonce un triste record pour la démocratie européenne.

 


Un désintérêt grandissant pour la seule institution démocratique de l'Union

Depuis 1979, date de la première élection des eurodéputés au suffrage universel direct,  l'abstention n'a cessé de croître. Le renforcement progressif des pouvoirs du Parlement européen s'est accompagné paradoxalement d'une hausse significative du désintérêt des citoyens de l'Union à l'égard de la seule institution bénéficiant de la légitimité démocratique.
Le point de vue de Thomas Ferenczi

Le correspondant du Monde à Bruxelles revient sur la question de l'abstention aux élections européennes dans un billet publié sur le blog Europe Hebdo.

Lire la suite



La Pologne décroche la palme de l'indifférence : seuls 17 % des Polonais sont en effet certains d'aller voter. La France et les Pays-Bas qui ont rejeté le traité constitutionnel en 2005 pointent à 47 % tandis que l'Allemagne, membre fondateur, se situe autour de 43%. Les seuls bons scores sont réalisés par la Belgique (70 %) et le Luxembourg (62 %), deux pays dans lesquels le vote est obligatoire…

De l'indifférence donc. Mais également de l'ignorance. Ce sondage montre que seulement 16 %  des citoyens de l'Union européenne sont à même de citer la date du vote. En France, 45% des personnes interrogées s’estiment intéressées par leurs députés et la politique européenne.

Les raisons du désamour entre la "rue" européenne et l'hémicycle strasbourgeois

Le choc est rude pour Bruxelles. Une telle défiance, en pleine crise économique, risque de fragiliser encore un peu plus une Union qui peine déjà à s'affirmer institutionnellement.

La République tchèque qui préside l'Union européenne depuis le 1er janvier dernier connaît en effet une grave crise politique intérieure qui a abouti à la chute du gouvernement de M. Topolanek. Dès lors, il devient difficile pour les citoyens de s'identifier à une organisation en mal d'incarnation et de symbolique.

L'étude révèle également que la crise économique et le chômage (57 % des personnes interrogées) pèsent lourd dans la désaffection manifestée cette année. Seule bonne nouvelle, l'inflation est en net recul par rapport aux études précédentes (40 %).

L'absence de couverture médiatique contribue à amplifier le phénomène. Pour de nombreux commentateurs de la vie publique bruxelloise comme le journaliste Jean Quatremer, "la responsabilité de la presse est écrasante". Eurobaromètre confirme cette analyse : seulement 36 % des citoyens ont lu, entendu ou vu un sujet consacré au Parlement européen dans leurs médias.

Quelques jours après les sommets internationaux, la crise de confiance ne touche donc plus seulement les marchés. Le "triangle" européen subit également les effets de cette tendance lourde : chute de 6 points pour le Parlement (45%), de 5 points pour la Commission (42%) et de 9 points pour la Banque Centrale Européenne (39%).



En savoir plus

Dossier : les élections européennes 2009 - Touteleurope.fr
Infographie : découvrez le rôle du Parlement européen - Touteleurope.fr