Derniers articles publiés

Kosovo : l'échec des négociations

Actualité 27.11.2007

 A moins de deux semaines de la date à laquelle les parties doivent rendre compte au secrétaire général de l'ONU, les négociations entre Belgrade et la province séparatiste du Kosovo n'aboutissent pas. Malgré les efforts de la troïka, leurs positions restent inconciliables et les dirigeants kosovars menacent de déclarer unilatéralement l'indépendance après le 10 décembre.

Contexte

Le statut actuel du Kosovo est régi par la résolution 1244 du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 10 juin 1999 qui place cette province sous administration internationale.

Le Conseil de sécurité a confié à la Mission Intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), créée par la résolution 1244, la tâche d’administrer le territoire et la population du Kosovo, ainsi que les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires. La force pour le Kosovo (KFOR), force armée multinationale mise en oeuvre par l'Otan, a pour rôle d'assurer la stabilité dans la région.

Le 2 novembre 2005, l'ancien président finlandais Martti Ahtisaari a été mandaté par l'ONU afin de superviser les négociations entre le gouvernement serbe et le gouvernement albanais de Pristina sur le statut final du Kosovo.

En février 2007, il a présenté un projet qui prévoyait une indépendance supervisée par la communauté internationale pour la province. Ce projet, soutenu par les Albanais du Kosovo mais aussi par l'Union européenne et les Etats-Unis, a été rejeté par Belgrade le 10 mars 2007. 

Devant l’impasse des négociations, le dossier a été renvoyé au "Groupe de contact",  composé des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie, de la Belgique et de la Russie. Une nouvelle phase de négociations de 120 jours a alors été lancée.

Le 25 juillet 2007, le groupe de contact s'est mis d'accord pour créer une troïka réduite, composée de l'Union européenne, des Etats-Unis et de la Russie. Les représentants de la troïka, l'Européen Wolfgang Ischinger, le Russe Alexander Botsan-Kharechenko et l'Américain Frank Wisner mènent les négociations entre Belgrade et Pristina dans le but de rapprocher les positions avant le 10 décembre, date à laquelle ils doivent rendre compte au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Des pourparlers infructueux

Le 27 septembre 2007 ont eu lieu les premiers pourparlers directs entre la Serbie et les Albanais du Kosovo, devant la troïka à New York. Les négociations n'ont abouti à aucune entente. Il n'a pas été possible de concilier les positions serbes et albanaises. La Serbie voit le futur statut du Kosovo comme une large autonomie, alors que les autorités kosovares insistent toujours sur l’indépendance totale de cette province.

Le 14 octobre, à Bruxelles, les négociations n'ont pu avancer davantage en raison des positions irréconciliables de Belgrade et de Pristina. Pendant plus de quatre heures la délégation d'Albanais du Kosovo - emmenée par le président kosovar Fatmir Sedjiu et le Premier ministre Agim Ceku- et les ministres serbes Vuk Jeremic et Slobodan Samardzic, chargés respectivement des Affaires étrangères et du Kosovo, ont exposé leurs positions respectives sans pour autant avancer. Toutefois, Serbes et Kosovars ont convenu de s'abstenir de toute provocation et déclaration susceptible de mettre en péril la sécurité et la stabilité de la région.

Les pourparlers se sont poursuivis le 22 octobre à Vienne. Les délégations devaient discuter du projet en quatorze points de la troïka, dans lequel il était question d'exclure toute présence serbe au Kosovo. Toutefois, le rapport ne soumet pas de propositions au sujet du futur statut de la province, mais établit des secteurs où la coopération entre Pristina et Belgrade pourrait être améliorée, notamment ceux de l'énergie et de la lutte contre le crime organisé. Il n'y a pas eu d'avancées lors de cette réunion.

Lundi 5 novembre, la quatrième session des pourparlers sur le futur statut du Kosovo a eu lieu à Vienne. Cette réunion s'est à nouveau focalisée sur le document présenté par la troïka. A cette occasion, l'un des principaux négociateurs albanophones a prévenu que la province serbe était prête à s'autoproclamer indépendante si les discussions avec Belgrade n'aboutissaient pas dans les délais prévus par les Nations unies, c'est-à-dire d'ici le 10 décembre. Belgrade a pour sa part déclaré avoir des "objections fondamentales" et le Premier ministre serbe a déclaré que ce serait "illégal".

Elections kosovares

Les élections municipales et législatives au Kosovo ont eu lieu le samedi 17 novembre 2007. Ce scrutin a été massivement boycotté par les quelques 100 000 Serbes de la province.

Le vainqueur des élections parlementaires est l'indépendantiste Hashim Thaci, leader du Parti démocratique du Kosovo (PDK). Son parti a obtenu 34 % des voix devant la Ligue démocratique du Kosovo (LDK) du président kosovar Fatmir Sejdiu, crédité de 21,8 %.

Hashim Thaci, ancien chef de la guérilla de l'UCK (Armée de libération du Kosovo) est sur le point de devenir Premier ministre et revendique l'indépendance, alors que le ministre serbe en charge du Kosovo menace "d'organiser des structures serbes de pouvoirs parallèles" dans la province.

L'échec des négociations

Mardi 20 novembre à Bruxelles, deux jours après la victoire du parti de l'indépendantiste Hachim Thaci aux élections législatives, s'est tenue la cinquième session de pourparlers entre les responsables serbes et kosovars en présence de la troïka, qui n'a abouti à aucun compromis.

Enfin, une sixième session s'est déroulée à Baden, près de Vienne, du 26 au 28 novembre, où Hachim Thaci a rejoint la délégation kosovare. Les responsables serbes se sont dits prêts pendant le week-end à faire des efforts pour trouver un compromis sur le statut du Kosovo, mais n'envisagent toujours pas de "franchir la ligne rouge de l'indépendance", selon le ministre des Affaires étrangères serbe. Vuk Jeremic a précisé que toute solution devrait  "préserver l'intégrité territoriale de la Serbie".

Les négociations se sont poursuivies pendant trois jours sans aboutir à une solution. L'échec de cette ultime négociation inquiète les médiateurs européen, russe et américain qui, craignant des violences dans la région, ont publié un communiqué exhortant les deux parties à tenir leurs engagements pour préserver la paix. Selon le médiateur européen Wolfgang Ischinger, les deux parties se sont engagées à ne pas avoir recours à la force.

La troïka se réunira une dernière fois le lundi 3 décembre en Serbie et au Kosovo.

Positions

Au sein même de la troïka, les positions divergent. L'Union européenne, représentée par l'Allemand Wolfgang Ischinger, et les Etats-Unis soutiennent une éventuelle indépendance de la province, qui serait alors placée sous la supervision de l'Union européenne.

Ce n'est pas la position de Moscou, qui, exprimant son soutien à Belgrade, avait déjà menacé d'utiliser son veto au Conseil de sécurité des Nations Unies contre le plan Ahtisaari, qui prévoyait l'indépendance du Kosovo. Aujourd'hui, la Russie soutient toujours la Serbie et réclame une nouvelle période de négociations.

Réunis le 19 novembre à Bruxelles, au lendemain de la victoire de Hashim Thaci, les ministres européens ont appelé à la prudence, car le nouveau Premier ministre menace de proclamer unilatéralement l'indépendance du Kosovo après le 10 décembre si les négociations avec Belgrade n'aboutissent pas. Une telle action pourrait déclencher de nouvelles instabilités dans les Balkans. Une vague de revendications séparatistes inquiète certains pays.

Repères

10 décembre 2007 : date butoir pour un accord entre Belgrade et Pristina sur le statut du Kosovo. A cette date la troïka doit rendre compte au Secrétaire général de l'ONU. Le Kosovo menace de déclarer unilatéralement son indépendance à cette date.

3 décembre 2007 : la troïka se rend en Serbie et au Kosovo

26, 27, 28 novembre 2007 : 6e session des pourparlers prévue entre Belgrade et Pristina en présence de la troïka, à Baden, près de Vienne

20 novembre 2007 : 5e session des pourparlers entre Belgrade et Pristina en présence de la troïka, à Bruxelles

17 novembre 2007 : élections législatives et municipales au Kosovo

 5 novembre 2007 : 4e session des pourparlers entre Belgrade et Pristina en présence de la troïka, à Vienne

22 octobre 2007 : 3e session des pourparlers entre Belgrade et Pristina en présence de la troïka, à Vienne

14 octobre 2007 : 2e session des pourparlers entre Belgrade et Pristina en présence de la troïka, à Bruxelles

27 septembre 2007 : 1ère session des pourparlers entre Belgrade et Pristina en présence de la troïka, à New York

25 juillet 2007 : le "Groupe de contact" (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Italie, Belgique et la Russie) met en place une troïka réduite, composée de l'UE, des Etats-Unis et de la Russie

10 mars 2007 : Belgrade rejette le plan Ahtisaari, qui prévoit l'indépendance surveillée du Kosovo

Juillet 2006 : Début des négociations entre Serbes et Albanais du Kosovo à Vienne

Mars 2006 : Agim Ceku devient Premier ministre du Kosovo

Février 2006 : Sous l'égide des Nations Unies les discussions commencent sur le futur statut du Kosovo

Janvier 2006 : Fatmir Sejdiu devient Président du Kosovo

2 novembre 2005 : Martti Ahtisaari est mandaté par l'ONU afin de superviser les négociations entre le gouvernement serbe et le gouvernement albanais

10 juin 1999 : Résolution 1244 de l'ONU

Juin 1999 : Le président serbe Slobodan Milosevic donne son accord pour le retrait des troupes serbes du Kosovo. L'Otan arrête les bombardements qui avaient commencé en mars. Les Nations Unies mettent en place "La force pour le Kosovo" (Kfor) et les forces de l'Otan s'installent dans la province.

Mars 1999 : L'Otan commence les bombardements aériens de Belgrade; ils dureront 78 jours

Juillet 1990 : Belgrade dissout le gouvernement kosovar

1974 : La constitution yougoslave reconnaît le statut autonome du Kosovo

1946 : Le Kosovo fait partie de la fédération de Yougoslavie.

En savoir plus

 

Conclusions du Conseil sur les Balkans occidentaux - Communiqué de presse du 19/11/07 - Conseil de l'UE
Fiche pays : le Kosovo – Les pays candidats potentiels – Touteleurope.fr
Site de la MINUK (en anglais) - Nations Unies
L'ONU et le Kosovo - Ministère des Affaires étrangères
Futur du Kosovo : les députés européens réagissent au plan de l’ONU - Communiqué de presse du 19/02/07 -  Parlement européen