Derniers articles publiés

Jounée de la femme 2010 : stop à la violence !

Actualité 07.03.2010

Pas d'exception cette année, le 8 mars sera la Journée internationale de la femme. Une journée pour célébrer la femme ? Oui, mais surtout se rappeler que les droits des femmes doivent encore être défendus dans de très nombreux pays du monde, et que l'Europe n'échappe pas toujours à la règle. Dans la droite lignée des priorités définies par la Présidence espagnole de l'Union européenne, le Parlement européen célèbrera cette journée sur le thème 'Violence contre les femmes : on peut l'arrêter !".

Lutte contre la violence envers les femmes : l'un des combats de l'Europe

2

C'est, en nombre de jour, la fréquence à laquelle une femme meurt en France sous les coups de son mari. La violence conjugale reste un problème majeur dans les sociétés européennes. En 2010, les violences faites aux femmes deviennent la priorité de la politique sociale française.

Le gouvernement a lancé un numéro national 39 19 et une plate-forme internet stop-violences-femmes.gouv.fr
Une sur quatre. C'est la proportion de femmes qui subissent des violences dans l'Union européenne. Un chiffre important qui justifie que l'Union s'y intéresse particulièrement.

C'est ce qui explique que ce thème ait été retenu par le Parlement européen cette année à l'occasion de la Journée internationale de la femme, qui a lieu comme tous les ans le 8 mars.

 

La lutte contre les violences, notamment domestiques, envers les femmes, est également l'une des priorités de la Présidence espagnole du Conseil de l'Union européenne. 

 

José Luis Zapatero avait fait de ce combat l'un des axes médiatiques de sa campagne électorale en 2003 et un vaste plan de communication avait été lancé par le gouvernement espagnol en 2006.

 

La France a également fait de la violence envers les femmes une priorité nationale en 2010 (voir encadré). Mais si les gouvernements européens sensibilisent les populations à cette question, les chiffres, eux, ne bougent pas, ou peu.

 

Le 26 novembre 2009, le Parlement européen adoptait une résolution intitulée "sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes".

 

Par cette résolution le Parlement "demande instamment aux États membres de renforcer leurs législations et leurs politiques nationales concernant la lutte contre toutes les formes de violence à l'égard des femmes, notamment grâce à la définition, au niveau national, de plans d'action globaux (...) comprenant des mesures concrètes pour prévenir la violence masculine, protéger les victimes et poursuivre les auteurs".

 

Mais par ce texte les eurodéputés invitent également la Commission européenne "à soumettre au Parlement et au Conseil un plan d'action de l'Union, ciblé et plus cohérent, pour lutter contre toutes les formes de violence à l'égard des femmes(...) afin d'inclure dans son programme d'action pour l'égalité des chances entre les hommes et les femmes 2011-2016 les mesures liées à la lutte contre la violence envers les femmes".

 

Le Parlement consacre une page de son site Internet à la Journée de la femme et, tout au long du mois de mars, couvrira sur cette page les évènements organisés sur le thème des violences faites aux femmes. Députés européens, députés nationaux, invités de marque, experts et grand public contribueront à un large débat grâce à des séminaires, des actions ciblées ou même via Facebook.

Combattre les inégalités qui persistent

17,6

C’est, en pourcentage, la différence entre les salaires des hommes et des femmes dans l’Union européenne. L'écart de rémunération entre les femmes et les hommes est calculé en fonction des salaires horaires dans l'ensemble de l'économie. L’Union européenne considère que cette différence salariale, qui est constante et stable, est intolérable. L'écart de rémunération entre les femmes et les hommes est calculé en fonction des salaires horaires dans l'ensemble de l'économie.

Cette Journée internationale de la femme et chaque année l'occasion de mettre en lumière la situation des femmes à travers le monde, et de rappeler qu'elles doivent encore aujourd'hui lutter pour défendre leurs droits dans de nombreux pays.

 

Dans l'Union européenne, elle est également l'occasion de relancer le débat sur l'égalité des sexes, notamment dans le monde du travail.

 

Un Eurobaromètre [pdf] publié en février 2010 montre ainsi que 62 % des Européens considèrent que les inégalités basées sur le sexe sont encore très répandues, même si la situation s'est améliorée depuis 10 ans.

 

Les femmes ressentent cependant plus la discrimination en Europe (68 %) que les hommes (54 %).

 

Et de nombreuses autres études montrent que les différences persistent : seulement 10,5 % des administrateurs du CAC40 sont des femmes, et cette proportion tombe à 8 % si on ne considère que les 500 plus grosses entreprises françaises.

 

De même, sur 100 femmes qui travaillent, 49 sont employées. 8 % sont ouvrières et 13 % sont cadres. Chez les hommes, ces proportions sont de 13 %, 35 % et 18 %.

 

Et au niveau politique, le phénomène est identique : rares sont les femmes qui ont des postes importants, comme chef d'Etat ou de gouvernement. Les Parlements nationaux sont ainsi largement inégalitaires (voir le comparatif).

 

Et le Parlement européen n'échappe pas à la règle : la parité n'y est pas respectée. Un peu plus d'un tiers des eurodéputées sont des femmes. On est bien loin des 50 % ... Et certains Etats membres ont peu, voire pas, de députées européennes, comme Malte (voir le comparatif).

 

Le congé maternité en Europe



Si la moyenne européenne des congés maternité semble se situer entre 16 et 25 semaines, certains Etats membres accordent des congés beaucoup plus longs. Ainsi, la Slovaquie accorde 28 semaines (pour un premier enfant et sans complications d'ordre médical), le Royaume-Uni ou l'Irlande 26 semaines, et la Bulgarie 45 semaines ! La France accorde quant à elle 16 semaines de congé maternité, comme l'Espagne, l'Autriche ou encore le Luxembourg. (1998-1999).

Voir le comparatif

L'Europe a cependant féminisé son image en nommant Catherine Ashton au poste de Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Mais la Baronne britannique est très critiquée sur ses compétences, et est loin de faire l'unanimité.

 

Autre sujet majeur lié au monde du travail, et dont s'est saisi le Parlement européen : le congé maternité. Les socialistes européens souhaitent le faire passer dans l'ensemble de l'Union européenne à 20 semaines rémunérées à 100 %. Une proposition qui pourrait être votée par l'ensemble des eurodéputés fin mars 2010.

 

La reconnaissance du travail d'éducation des enfants et d'entretien du ménage est également au coeur du débat dans de nombreux Etats membres. La France parle de rémunérer les femmes au foyer. L'Irlande leur reconnaît un droit à la retraite.

 

Et si notre société change et va de plus en plus vers un partage des tâches ménagères, dans les faits nous en sommes encore loin : selon une enquête de l'Insee, les femmes en France assumeraient 680 heures par an de travail domestique supplémentaires par rapport à leur compagnon, soit dix-neuf semaines de travail de 35 heures.

 

 

 

 

 

Sources

Violence contre les femmes : on peut l'arrêter ! - Parlement européen

Eurobaromètre 326 : L'égalité des sexes dans l'UE en 2009 [en/pdf] - février 2010 - Commission eurpéenne