Derniers articles publiés

José Manuel Barroso : "Il s'agit maintenant d'œuvrer à notre tour pour que dans 50 ans les générations à venir puissent également être fières du travail accompli"

Actualité 24.03.2007

 

A l'occasion de l'anniversaire de la signature des Traités de Rome, le 25 mars 2007,  José Manuel Barroso appelle les Français à être fiers de l'aventure européenne et à envisager l'avenir avec confiance.

Ecouter l'entretien  :

 

"Nous devons être fiers de tout ce que l'Europe a réalisé au cours des 50 dernières années.

Souvenons-nous qu'il y a 50 ans nous étions seulement 6 pays à lancer la construction européenne. A cette époque la plupart des pays européens n'étaient pas encore démocratiques. Les Etats d'Europe du Sud étaient sous le joug de dictatures d'extrême droite, le totalitarisme communiste prévalait en Europe de l'Est… il n'y avait pas de liberté.

Pendant 50 ans, grâce à la construction européenne, nous avons réussi à promouvoir nos valeurs sur l'ensemble de notre continent. Désormais, l'Union européenne représente 500 millions de personnes, elle constitue le premier bloc commercial au monde ainsi que le principal pourvoyeur d'aide au développement, notamment vers l'Afrique.

Nous sommes parvenus à réaliser le rêve des Pères fondateurs, celui de rendre impensable l'idée d'une guerre entre deux pays appartenant à la Communauté européenne.

Il s'agit maintenant d'œuvrer à notre tour pour que dans 50 ans les générations à venir puissent également être fières du travail accompli. Le défi qui se présente à nous est d'adapter au XXIe siècle les valeurs qui étaient à la base de la construction européenne. Nous sommes aujourd'hui à l'âge de la mondialisation. Aussi, à partir de l'idée fondatrice de réconciliation et de paix, il est désormais nécessaire "d'équiper" les citoyens européens dans un contexte mondialisé et de préparer l'Europe à faire face la concurrence internationale. Il est également indispensable que l'Union européenne puisse contribuer à la gouvernance mondiale.

Si ces sujets n'étaient pas prioritaires en 1957, ce sont aujourd'hui des préoccupations d'actualité à l'image de la lutte contre le changement climatique ou de la protection sociale des citoyens face aux aléas de la mondialisation. L'Europe n'est plus seulement une construction économique mais aussi une union politique. C'est pourquoi se posent actuellement des questions de légitimité démocratique et de transparence. Le problème de la sécurité à l'intérieur des frontières est également très présent. Enfin, c'est la cohérence de l'action de l'Union dans le monde qui est en jeu aujourd'hui.

Voilà, selon moi, la mission de l'Europe pour le siècle à venir pour que le monde soit plus juste et plus libre".